Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Solutions politiques (ou + de 400 propositions de réformes politiques...)
  • Solutions politiques (ou + de 400 propositions de réformes politiques...)
  • : Analyses et propositions de réformes politiques institutionnelles, économiques, fiscales, sociales, juridiques, et autres, issues de ma pratique professionnelle et de la vie tout simplement ; pour vraiment changer...
  • Contact

Sommaire

 

Sélection partiale des derniers articles mis en ligne

Faire-part...

À mes lectrices et lecteurs : avertissements importants !

« Après moi le déluge ! » : constats « navrants » sur plus on sait et plus on est con...

Changer par la loi et pour une « vraie révolution fiscale »... sans sortir de l’Europe...

« La société du spectacle » et « No future », nos seuls avenirs ?...

L’irrésistible progression des souverainistes et des nationalistes : l’horreur absolue... Qui est responsable ?...

Homoparentalité et « mariage pour tous » : de la réalité à la loi...

« Nul ne peut s’enrichir sans cause » : une jurisprudence malheureusement oubliée...

Rapport Gallois et compétitivité... De qui se moque-t-on ?...

« Double contrainte » : 40 ans d’accords internationaux et de lois, qui rendent fou...

La propriété privée et la finitude : des nœuds systémiques centraux...

 

Quelques classiques et textes fondateurs

Imprécis précis de fiscalité… pour en finir avec les « croyances populaires »… si, c’est possible…

(3) - Mises au point et compléments sur la TVA sociale… 

Les dettes publiques : dans la série « on ne vous dit pas tout »… et c’est quoi la pensée virtuelle ?

Histoires de dettes interbancaires : dans la série « on ne vous dit pas tout »… et c'est quoi l'économie virtuelle ?…

Exercises appliqués d’analyse systémique sur la mondialisation et à propos de la décroissance…

À ceux qui prônent un retour au Franc… et aux autres, qui manquent d’arguments pour leur répondre…

(1) - Le marxisme est-il une drogue dure ? Ou quel est le véritable opium du peuple ? Essai de plaidoyer pour une révolution systémique des modes de pensée et des solutions de gauche... (début)

(1) Travailler plus intelligemment, produire utile et modifier les structures, pour travailler moins et créer de la valeur... (début)

(1) - TVA et TVA sociale substitutive : une arme pour le développement économique et de transparence démocratique… (début)

 

Une toute petite sélection d'articles qui aurait pu figurer sous une rubrique « On ne vous dit pas tout »

Le faux débat sur l'évasion fiscale et les paradis fiscaux...

Solidarités sociales et retraites : ce qu’il faut savoir et ce qu'on ne vous dit pas ou si peu...

Vélib' : problèmes d'arithmétique élémentaires, niveau CM1…

 


Tout les articles publiés (regroupés dans l'ordre de leur parution par catégorie : du plus ancien au plus récent)

  A - Préambules

Introduction et justifications de ce blog

D’où je viens, comment je me situe, philosophie et cadre général des propositions

Petites mises au point pour comprendre la logique de ce blog et des 400 propositions…

 

B - Le programme de réformes

1 - Les institutions

2 - Les institutions

1 - Economie et fiscalité

2 - Economie et fiscalité

Santé, Sécurité Sociale et retraites

1 - Droit du travail

2 - Droit du travail

Formation - Éducation - Recherche

Justice

Emplois

Sécurité et qualité de vie

Europe

Plan de mise en œuvre des propositions

Pour conclure provisoirement

 

D - Anecdotes, réflexions et solutions suggérées

Voirie parisienne : l’honneur perdu de Delanoë qui cautionne l’ayatholisme de Baupin et Contassot

(1) - Déficit de la Sécurité Sociale… mes expériences dans l’univers kafkaïen des services de "santé" (début)

(2) - Déficit de la Sécurité Sociale… mes expériences dans l’univers kafkaïen des services de "santé" (fin)

Violence des cités… : Quand on n’a pas les mots et qu’on a tous les maux, il reste le passage à l’acte violent…

A propos d'éducation - Une lettre à Science & Vie

Médias : leur responsabilité dans l'absence de pensée…

Politique internationale : Attentats du 11 Septembre - Au-delà du bien et du mal, il me manque les mots…

Politique internationale : Combien de temps encore nous ferons-nous la guerre pour les fautes des pères ?

(1) - Le marxisme est-il une drogue dure ? Ou quel est le véritable opium du peuple ? Essai de plaidoyer pour une révolution systémique des modes de pensée et des solutions de gauche… (début)

(2) - Le marxisme est-il une drogue dure ? Ou quel est le véritable opium du peuple ? Essai de plaidoyer pour une révolution systémique des modes de pensée et des solutions de gauche… (fin)

Perversions des systèmes : la démocratie en danger

Nicolas Hulot : l'équation économique insoluble et insolvable…

Quelques problèmes auxquels, je réfléchis sans vraiment trouver de remède pratique…

Un problème qui me pose vraiment problème : la société du spectacle, c'est maintenant…

Suite aux présidentielles : politique-fiction sur le mode de scrutin...

(1) - TVA et TVA sociale substitutive : une arme pour le développement économique et de transparence démocratique… (début)

(2) - TVA et TVA sociale substitutive : une arme pour le développement économique et de transparence démocratique… (fin)

(3) - Mises au point et compléments sur la TVA sociale…

(1) - Travailler plus intelligemment, produire utile et modifier les structures, pour travailler moins et créer de la valeur... (début)

(2) - Travailler plus intelligemment, produire utile et modifier les structures, pour travailler moins et créer de la valeur… (fin)

À propos de l’intéressement des salariés aux résultats de l’entreprise…

Pour redonner à la monnaie son équivalence travail et empêcher qu’elle soit gérée comme une marchandise, faut-il éliminer les spéculateurs ?...

Souvenirs d'un vieux con, à propos du féminisme... + Épilogue

Tribune de l'action...

Tribune de l'action : rêvons un peu… avec les banques…

Divagations sur la crise... L'inconscient, cette donnée incontournable oubliée par la politique...

Le faux débat sur l'évasion fiscale et les paradis fiscaux...

Solidarités sociales et retraites : ce qu’il faut savoir et ce qu’on ne vous dit pas ou si peu…

Juste deux ou trois choses qui personnellement me soucient bien plus que l’avenir des retraites !

(1) - Burqa et loi : un débat démocratique entre citoyens - Catherine Kintzler et Incognitototo (début)

(2) - Burqa et loi : un débat démocratique entre citoyens - Catherine Kintzler et Incognitototo (suite et fin ?)

Réchauffement climatique global ou pas ? Religiosité et politique : les Verts et Europe Écologie, la nouvelle secte des béni-oui-oui…

À ceux qui prônent un retour au Franc… et aux autres, qui manquent d’arguments pour leur répondre…

(1) - Euro contre Franc : un débat démocratique entre citoyens - Laurent Pinsolle et Incognitototo (début)

(2) - Euro contre Franc : un débat démocratique entre citoyens - Laurent Pinsolle et Incognitototo (suite et fin ?)

Exercices appliqués d’analyse systémique sur la mondialisation et à propos de la décroissance…

La « lutte des places » : la septicémie de notre démocratie...

Histoires de dettes interbancaires : dans la série « on ne vous dit pas tout »… et c'est quoi l'économie virtuelle ?…

Les dettes publiques : dans la série « on ne vous dit pas tout »… et c’est quoi la pensée virtuelle ?

Imprécis précis de fiscalité… pour en finir avec les « croyances populaires »… si, c’est possible…

La propriété privée et la finitude : des nœuds systémiques centraux...

Tous les extrémistes sont de dangereux malades mentaux...

Sciences et politique : un mauvais mélange... Le cas des réchauffistes...

« Double contrainte » : 40 ans d’accords internationaux et de lois, qui rendent fou...

Rapport Gallois et compétitivité... De qui se moque-t-on ?...

« Nul ne peut s’enrichir sans cause » : une jurisprudence malheureusement oubliée...

Homoparentalité et « mariage pour tous » : de la réalité à la loi...

La politique virtuelle contre « l’économie réelle »...

L’irrésistible progression des souverainistes et des nationalistes : l’horreur absolue... Qui est responsable ?...

« La société du spectacle » et « No future », nos seuls avenirs ?...

Changer par la loi et pour une « vraie révolution fiscale »... sans sortir de l’Europe...

« Après moi le déluge ! » : constats « navrants » sur plus on sait et plus on est con...

 

G - Actualité

Investiture socialiste, quand les vieux gouvernent la France,… étonnant, non ?

A propos de la Démocratie Participative...

Un débat presque oublié… Ou comment choisir notre futur(e) président(e) ?

Tramway parisien, ils persistent et ils signent... et les conneries continuent...

Mon raisonnement à la con pour choisir un Président…

Delanoë menteur et médias complices !!!

Quelques réflexions en vrac sur les résultats du premier tour des présidentielles… et notre système démocratique.

Débat télévisé des présidentiables… le degré zéro de la politique...

Quelques sentiments et idées en vrac, avant la mise en sommeil…

Hommage à Madame Benazir Bhutto…

Constitution européenne : Appels contre le traité de Lisbonne et le déni de démocratie

Edvige, Cristina et tous les autres...

Crise financière mondiale et faillite de la banque Lehman Brothers

Burqa : la liberté et le doute doivent-ils profiter à l’obscurantisme ?… Réflexions et solutions alternatives…

Revue de presse et informations complémentaires sur les retraites…

L’Islande, oubli ou désinformation ?... La révolution, dont (presque) personne ne parle…

Islande, les suites de leur révolution… ou les débats que nous évitons en France…

Mitterrand : l’imposture de la gauche - 10 mai 1981 : la commémoration du deuil de la gauche…

Les dettes souveraines : l’arnaque d’un demi-siècle de mensonges, ou de qui se moque-t-on ?…

11 septembre : la commémoration des amnésiques…

Primaires socialistes : allez-y...

« Votez, pour eux !... »

Croyances et politique : variations et élucubrations sur un second tour...

En vrac...

Compte-rendu d'étape de la présidence Hollande : toujours plus de la même chose : 1 / changement : 0,001

C’est la rentrée... Tous les gens qui s’offusquent de l’incivisme ou de l’immoralité de Bernard Arnault m’emmerdent...

Tribune de l’action : séparer les activités des banques (urgent et important !)... 

Fin de la souveraineté économique des pays et de la démocratie européenne...

À mes lectrices et lecteurs : avertissements importants !

 

E - Émotions, sentiments, humeurs, rires...

Une lettre anonyme que l'INSEE ne recevra pas...

Europe, après la victoire du "non" : les politiques me fatiguent et les journalistes aussi...

Nouvelles cartes grises : carton rouge aux eurocrates qui ont encore frappé très fort…

Quelqu'un connaît-il un descendant de Champollion ? Ou de quoi parlent 2 amis experts-comptables quand ils se rencontrent ?

Insécurité routière... pardonnez-moi, je me défoule...

Je n’ai rien à dire… ou presque…

Lettre à la direction d’un hôpital ou comment sont utilisés nos impôts...

Sarkozy élu… pour partager ma bile… et message(s) à cette gauche atteinte de crétinisme avancé…

Tous derrière Delanoë… pour sauver le monde en plantant des carottes…

Tramway parisien : le bal des cocus continue… et la mascarade passe…

ASSEDIC (et autres) : qui sont les crétins qui écrivent les directives ?...

Une journée dans les bas-fonds de la justice française...

Michel Onfray… Au secours ! La pensée dogmatique et l’ostracisme sont de retour…

Juste pour rire... le langage politique… 

Service des urgences de l’hôpital Tenon : la « honte » de nos services de santé…

Divagations sur le consentement, la sexualité et autres considérations sociales…

Partage d’émotions : quand les humains comprennent ce qui les réunit plus que ce qui les divise...

Une symbolique de 2012 : pour rire jaune… 

Récréation philosophique…

Mes interrogations du moment... ou quand le vide politique ne présage rien de bon...

Nouvelles du « monde du travail » dans la France d’aujourd’hui… interdit au moins de 18 ans…

Nouvelles de la barbarie, de l’individualisme et de l’indifférence…

11 Novembre, hommage et mémoire…

Chine-USA : « Une guerre sans limite »…

Spécial vœux 2012, le temps des bilans… hommage posthume au Diceros bicornis longipes...

"L’Université des Va-nu-pieds", quand les hommes comprennent ce qui les relie…

Faire-part de vie...

Être un homme de gauche, par Alex Métayer...

Le pouvoir des banques, le cas d’école : Goldman Sachs...

Des vœux pour 2014 que je fais miens !...  

Faire-part...

 

  F - Ville de Paris : urbanisme et politique...

Informations sur la catégorie : "Ville de Paris : urbanisme et politique..."

Voirie parisienne : l'honneur perdu de Delanoë qui cautionne l'ayatholisme de Baupin et Contassot

A propos de la Démocratie Participative...

Violence des cités... : Quand on n'a pas les mots et qu'on a tous les maux, il reste le passage à l'acte violent...

Tramway parisien, ils persistent et ils signent... et les conneries continuent...

Delanoë menteur et médias complices !!!

Insécurité routière... pardonnez-moi, je me défoule...

Tous derrière Delanoë… pour sauver le monde en plantant des carottes…

L’Omerta sur Michel Charzat, liste différente de Paris 20ème

Tramway parisien : le bal des cocus continue… et la mascarade passe…

Vélib' : problèmes d'arithmétique élémentaires, niveau CM1…

 

H - Livre d'or des commentaires et autres...

 

Rechercher

Diverses infos pratiques

    

Syndication (RSS : 2.0) - Pour être prévenu(e) des derniers article mis en ligne

Pour préserver un ordre de présentation cohérent sur ce blog, j'ai dû modifier les dates de publication (c'était le système Over-Blog qui voulait ça). Donc, je ne proposais pas de lien de syndication, car celui-ci ne donnait pas la réalité des derniers articles publiés.

Depuis, tout a changer en pire et cette option n'est plus possible.

Aussi, si vous voulez être tenu au courant des dernières publications ou encore du déménagement de ce blog sur une autre plate-forme abonnez-vous à la newsletter (deuxième pavé en partant du haut à droite). Pour information, je n'ai pas accès aux mails complets des inscrits et ne peux donc en faire aucune utilisation détournée.

Merci.

 

 

Quoi que vous inspire ces textes, merci de prendre le temps de laisser vos commentaires, avis et propositions ; ils sont une source précieuse pour les faire évoluer... Soit en cliquant sur le lien "Ecrire un commentaire" qui se trouve à la suite de chaque article, soit pour les commentaires généraux, avis, propositions, réactions, discussions, états d'âme et "coucou", ... en cliquant directement sur le ien suivant : "Livre d'or des commentaires et autres..."

 

 

2 octobre 2012 2 02 /10 /octobre /2012 02:00

Première date de publication : 26/09/2006
Date de la dernière mise à jour : 10/2012
  

Le nerf de la guerre… Faut-il préciser que rien n’est possible sans argent et qu’une promesse politique sans budget est en soi un mensonge. Ma formation d’expert-comptable et mes expériences de dirigeant d’entreprise me portent naturellement à particulièrement privilégier ces problèmes toujours présentés comme insolubles. Or, à mon sens, ce n’est pas que nous manquons d’argent, mais plutôt que celui-ci est pris aux mauvais endroits, utilisé de manière improductive, gaspillé, englouti dans des institutions improductives, superflues et gargantuesques, mal réparti et mal concentré. Au point que je me demande, probablement comme beaucoup de citoyens, si nos décideurs n’ont pas perdu deux qualités qui malheureusement ne semblent pas enseignées dans les grandes écoles : celle du sens des priorités et tout simplement du bon sens…
 
La logique des décisions économiques que je propose, suit un système de vase communiquant, visant à déplacer les grandes masses qui entravent les développements et à minimiser les frais de structure. Elle propose des réformes structurelles drastiques pour que l’argent arrive bien aux endroits prévus au lieu de se perdre dans des circuits administratifs, très souvent redondants. Ce raisonnement trivial part d’un constat simple totalement oublié dans les administrations : quand les systèmes de perception, de gestion et de contrôle, accaparent la majorité des ressources, c’est qu’il faut changer totalement les structures.
 
Puisque nous ne pouvons pas remettre en cause les choix fondamentaux de société qui ont été faits depuis 1986 (Accords de libre échange du GATT de L'Uruguay Round de 1986 qui déboucheront en 1995 sur la création de l'OMC), nous devons prioritairement résoudre trois fléaux de notre économie ouverte : le nomadisme des capitaux (et non accessoirement des patrimoines), les délocalisations et le surendettement de l’État qui, en l'état, rendent impossibles toute réforme structurelle de fond. J’ai la certitude que ces trois objectifs sont conciliables, à moyen terme, non pas en abandonnant les protections sociales, mais au contraire en les renforçant, en les développant, partout où elles ont besoin de l’être.
Cependant, au risque de choquer mes camarades de gauche, j’ai également une autre certitude : dans un système ouvert, c’est en autorisant les riches à devenir toujours plus riches (par leur travail, leur intelligence commerciale, leur prise de risque, leur capacité à manager, … ; à l’exclusion des purs spéculateurs), ainsi qu'en leur donnant envie de rester en France, que nous inverserons le cours des choses… C’est bateau de devoir rappeler cela, mais dans une économie ouverte et à moins de remettre en cause celle-ci par des mesures protectionnistes, une des seules parades est d’encourager les investisseurs et les entrepreneurs à travailler, ainsi qu’à rester en France. Dans un système sans frontière pour les capitaux, c’est une illusion totale de croire que les plus riches sont "saisissables". Malheureusement, compte tenu du contexte de libre échange international, il faut être réaliste et pragmatique, toutes les mesures visant à une redistribution des richesses en essayant de taxer les plus riches, n’ont pour conséquences :
● que de pousser un peu plus les fortunes qui en ont les moyens, par des montages financiers judicieux et les délocalisations, à mettre à l’abri des impôts leurs avoirs et leurs outils de production,
● d’affaiblir un peu plus les classes moyennes, en leur ôtant leur capacité d’initiative et toujours un peu plus de pouvoir d’achat, car elles n’ont pas les moyens, elles, d’échapper à l’impôt,
● d’obliger sans limite à la compression des coûts de production (donc à laisser toujours au plus bas les plus bas salaires) puisque les plus-values ne sont plus productives de nouvelles richesses sur le sol où elles ont été payées.
Outre l’optimisation économique structurelle des institutions, c’est ce cercle pervers que je me propose de casser par les mesures qui suivront.
  
● Suppression de l'ISF [C001].
● Suppression de la TP [C002] et remplacement par une taxe fixe déductible sur le RE [C003] de 2 % pour l'état et d'une partie variable d'au maximum 3 % pour les collectivités locales,
● Suppression de l'IS [C004] et de l'IFA [C005] et leur remplacement par un prélèvement à la source pour les seuls revenus distribués sur les bénéfices égal au taux marginal d'imposition de 50 % (ou plus). En cas de distribution :
o à des particuliers français ou à des entreprises françaises : créance déductible de leur IR [C006] pour les particuliers, ou de tout impôt dû pour les entreprises, si non-distribution pour ces dernières.
o à des particuliers étrangers ou à des entreprises étrangères : aucune déductibilité, en modifiant l'article 119 bis du CGI pour qu'il ne souffre plus d'exceptions, notamment en dénonçant les conventions fiscales qui l'en exonèrent.
● Suppression du prélèvement libératoire [C007] et autres régimes de faveur sur les revenus financiers ; et leur remplacement par le régime ci-avant défini.
● Instauration d'une surtaxe pour tous les revenus distribués à des anonymes, notamment sur les sociétés étrangères qui n'auraient pas fait connaître leurs bénéficiaires finaux.
● Instauration d'une taxe (de 50 % ou plus, en fonction du taux maximum d'IR) calculée sur la base de la valeur des marchandises hors UE [C008], pour toutes les entreprises dont les capitaux sont délocalisés souhaitant vendre sur le territoire français ; taxe reversée pour 1/3 aux pays concernés.
● Suppression des différents systèmes d'imposition au profit d'une répartition en 6 seules catégories [C009] : commerce, prestation, industrie (dans lequel on inclut le foncier), agriculture, finance, salaire ; qui sont déterminées par les ratios entre investissement (et leur type), achats de marchandises, MO [C010], et/ou origine du revenu ou autrement dit des ratios dans la constitution du RE.
● Retenue à la source pour l'IR [C011] et lissage de la progressivité par l'adjonction de tranches intermédiaires pour supprimer les effets de seuil, jusqu'à 50 % ou plus [C012].
● Suppression de toutes les taxes et impôts parafiscaux (notamment de l’Organic [C013], de la redevance télé et d'autres [C014] et harmonisation autour de 3 taux de TVA : 5, 10 et 15 %, majorées pour chaque taux d'une TVA sociale de 20, 30 et 40 % (ou plus) pour les seules importations ne provenant pas de l'Europe ; avec un système de compensation partielle en direction des états nous achetant nos produits. Les taxes parafiscales sur certains produits (pétrole, cigarette et autres) sont remplacées par une TVA qui est la seule à être non déductible pour les entreprises les acquittant.
● Cette précédente mesure est provisoire. En fait, compte tenu que l'ouverture des marchés semble irréversible, en concertation avec les autres pays d'Europe (notamment l'Allemagne), mettons en place progressivement le transfert sur la TVA du financement social (lire à ce propos, l'article de fond sur la TVA sociale substitutive), comme l'a effectué avec succès depuis 1987 le Danemark ; les taux d'imposition sociaux diminuant corrélativement à la mise en place de ce système, jusqu'à disparaître (Merci Carole !!!). 

-> suite du "Programme de réformes" : "2 - Economie et fiscalité"




Impôt de Solidarité sur la Fortune : encore une belle idée "socialiste" et une preuve supplémentaire que ce n'est pas avec de bonnes intentions qu'on change le monde… C'est quand même l'un des rares impôts payé sur ce qui reste d'un revenu sur lequel en principe l'impôt a déjà été payé… De plus, avec la flambée immobilière, des personnes qui ne sont pas ce qu'on peut appeler des "riches" ou des "rentiers", se retrouvent à payer cet impôt, car leur bien a pris mécaniquement de la valeur avecle temps (Le seuil d'imposition du patrimoine total est à 732 000 €. Avec l'abattement, il suffit d’avoir une résidence principale "estimée" à 915 000 €, pour être imposé à l'ISF. ). Deplus, le système est ainsi fait que si deux personnes disposant chacune d'un patrimoine de 730 000 € (elles ne sont pas soumises individuellement à l'ISF) se marient ou se "pacsent", les patrimoines sont cumulés et elles auraient, du seul fait de leur union, 4 564 € d'ISF à payer…
Cet impôt n'a fait que donner un peu plus de travail aux fiscalistes et permis la mise en place de tout un tas de stratégies ayant pour seul but d'y échapper ; comme par exemple, la déclaration de résidence fiscale à l'étranger, l'utilisation de prête-noms et le démembrement des patrimoines (toutes options réservées aux seuls assujettis qui peuvent se payer les services de fiscalistes très grassement payés).
Par ailleurs, c'est un puissant frein à l'investissement des étrangers en France, car tous les patrimoines français (à l'exception des quelques biens exclus…) y sont soumis, même si les propriétaires sont des non-résidents. L'ISF représente autour d'1 % de la totalité des prélèvements fiscaux et mobilisent une armada de fonctionnaires et de spécialistes privés dédiés, car ses arcanes sont particulièrement complexes ; alors qu’un simple ajustement des tranches hautes de l’IR (d'ailleurs, je propose déjà de faire momentanément passer la tranche haute de 48,2 % à 50 % ou plus) et des bases de taxe foncière permettraient de recouvrir le même volume d’impôt, si ce n’est plus.
La plupart des pays d’Europe (même les plus socialistes) l’ont ou s’apprêtent à le supprimer et la France continue à faire cavalier seul dans la bêtise politique, le repoussoir pour investisseurs et l'inefficacité fiscale… y inclus en inventant une nouvelle usine à gaz qui limite à 60 % (puis 50%) des revenus la totalité des impôts dus : le fameux "bouclier fiscal" mis en place, malgré l'avis défavorable du Conseil Constitutionnel, à cause de la complexité du dispositif. Ça ne s'invente pas, je cite : "En revanche il (le Conseil Constitutionnel) a censuré l'article 78, relatif au plafonnement global des avantages fiscaux, en raison de son excessive complexité, qu'aucun motif d'intérêt général ne suffisait à justifier.". Mais le gouvernement a passé outre...
 
Taxe Professionnelle : pour mémoire, impôt instauré par Chirac qui pénalise les entreprises qui investissent puisque son assiette est principalement constituée par les biens immobilisés. Une réforme a été votée (de mémoire en 1998) pour faire glisser cette assiette sur la VA. La Valeur Ajoutée (notion qui n’est pas identique pour les gestionnaires comptables et le FISC) est égale (pour faire simple) au Résultat d’Exploitation avant imputation des amortissements, provisions, charges salariales et taxes. C'est seulement depuis 2002 (date des transferts de compétences sur les collectivités locales) que cette réforme commence, plus ou moins, à être appliquée pour les entreprises réalisant plus de 7,6 M€ HT de CA. Mais, elle a un grand désavantage, c’est qu’elle pénalise, encore plus qu’avant, les entreprises qui investissent et embauchent, puisque, ni les amortissements des actifs, ni la masse salariale ne sont déduits de la VA, sans oublier qu’encore une fois, on paye un impôt sur des impôts puisque les taxes ne sont pas déduites de l’assiette.
Ce tour de passe-passe comptable, passé quasiment totalement inaperçu parmi les fiscalistes, a pour conséquence dans une majorité de cas, de doubler les montants de taxe professionnelle… pouvant mettre en perte une entreprise qui ne le serait pas normalement.
Encore une perversion qui aura des conséquences néfastes, car c’est une vraie incitation supplémentaire à la délocalisation, pour tous ceux qui n’ont pas envie de travailler pour des clopinettes… La parade pour les entreprises est simple : on laisse en France uniquement les structures commerciales et on externalise tout l’appareil de production, ainsi que la logistique de distribution… concomitamment, on multiplie les structures ; ceci pour morceler le CA, à seule fin de rendre sa plus grande partie non imposable.
 
Résultat d’Exploitation (net) : richesse réelle produite dans les entreprises, car c'est ce qui reste après qu'on ait déduit toutes les charges d'exploitation et les amortissements d’actif.
Pour information, actuellement les économistes utilisent principalement la référence au PIB (Produit Intérieur Brut), qui représente en gros la totalité des valeurs ajoutées (chiffres d’affaires – consommations directes) faites sur le sol français, ce qui leur permet de se convaincre "que tout ne va pas si mal", même s'ils déplorent les faibles taux de croissance (entre 1 et 2 %)...Or cette notion est biaisée et, osons le dire, totalement sans aucune signification, car elle ne rend pas compte de la richesse réelle générée, c'est-à-dire des revenus distribués sur le sol français et de ceux qui restent à répartir.
De plus, elle est soumise à de nombreux facteurs exogènes qui ne permettent pas de connaître les performances réelles du pays:
- valeur spéculative de la monnaie,
- chiffre d’affaires des entreprises étrangères,
- inflation,
- autoconsommation,
- évolution réelle de l’actif net,
- dettes extérieures,
- CA non marchands, …
Par exemple, plus on augmente le total de la masse salariale des fonctionnaires en ayant recours au déficit public et plus on gonfle artificiellement le PIB ! Autant vous dire, que peu de gouvernements se sont privés d'user et d'abuser de cet artifice mortifère...
Pour mémoire le PIB est quasiment en augmentation constante, alors que le RE est en régression ou stagnation depuis plus de 10 ans (sauf pour les entreprises qui ont délocalisé, mais en contrepartie leur revenu distribué sur le sol français est minime)… ce qui corrobore les faits suivants :
● pour préserver la compétitivité (entre autres), les salaires sont mécaniquement en baisse pour ceux qui sont en dessous de la moyenne, alors qu’on pourrait croire qu’il y a plus richesses disponibles si on ne tient compte que du PIB… (Je me demande d'ailleurs, comment certains peuvent persister à penser qu'un quelconque plan de relance pourrait fonctionner… Il faut cesser ce débat stérile sur la relance économique par la consommation, c'est prouvé depuis longtemps : le keynésianisme ne fonctionne pas en système ouvert, au contraire il aggrave les problèmes. A chaque fois qu'on distribue 100, aujourd'hui c'est 80 de plus qui partent à l'étranger et donc l'effet multiplicateur non seulement n'a aucun effet sur le développement économique national, mais il augmente encore un peu plus nos déficits… Sans réformes structurelles de fond pour rétablir des circuits courts, transférer les efforts économiques sur ce qui produit de la plus-value (sociale et économique) et actions concertées avec le reste de l'Europe (et même du monde), toute politique de relance par la consommation est, au final de la chaîne, contre-productive. )
● toujours pour préserver le RE et la compétitivité les patrons n'ont guère d'autres choix actuellement que de délocaliser, pour réduire le seul poste sur lequel ils peuvent significativement agir : le coût salarial.
● le RE disponible produit en France et les revenus distribués sur le sol français n'ayant quasiment pas évolué depuis 10 ans et nos besoins sociaux augmentant, notre endettement atteint des sommets, puisque nous finançons des charges d’exploitation par des emprunts successifs et en vendant notre patrimoine ; ce qui aurait déjà conduit plus d’un patron à la faillite personnelle, mais là c’est l’Etat, alors ça ne choque personne…
● notre situation économique est tout à fait artificielle et ne tient que par des subterfuges à courte vue, notamment monétaires ; le système est menacé d'effondrement à tout instant.
Cette focalisation sur le PIB biaise tous les raisonnements. C'est la façon dont il est produit (notamment la part des revenus français qui ont permis de le produire), l’actif net qu’il permet ou non d’augmenter et le RE qu'il génère en France, qui sont importants pour savoir si un pays va bien ou pas économiquement. C'est ça la vraie mesure de la "richesse" produite et disponible. De plus, là, nous ne parlons que de la richesse économique "sonnante et trébuchante"... D'autres mesures en terme de bien-être social, développement culturel, accès à la santé, et autres (production renouvelable, écologique, etc.), pourraient faire l'objet de développements qui nous permettraient de savoir réellement où nous en sommes... Mais, les "habitudes" ont la vie dure en France et ailleurs, surtout quand en changeant simplement de modèles, toutes les supercheries politiques, dont on nous abreuve depuis 30 ans, deviennent des évidences... Il ne faudrait pas que le "bon peuple" finisse par comprendre qu'on se fout de lui, des fois qu'il se réveillerait...
Dans un autre ordre d'idée, mais tout de même assez proche, le même type de confusion perdure parmi les entrepreneurs. J'ai toujours eu du mal à convaincre les patrons qu'il était plus simple et plus intéressant de diriger une entreprise qui produit d'importants résultats d'exploitation et revenus, même avec un petit chiffre d'affaires, plutôt qu'une avec un énorme CA qui ne produit aucun résultat, ni revenus. La satisfaction narcissique d'être à la tête d'énorme structure, même si celles-ci sont à très faible rendement, supplante tous les principes de réalité.
 
[C004] 
Impôt sur les Sociétés : impôt non déductible des résultats qui ampute mécaniquement les
bénéfices d'environ 36,67 % (avec les taxes additionnelles). Il représente environ 16 % des recettes fiscales totales (soit 39 Md€). Montant que l'on retrouvera de toute façon, pour partie, par la retenue à la source en cas de distribution des bénéfices….
Il est assez simple de démontrer mathématiquement que pour la grande
majorité des entreprises à faible RE (inférieure à 5 % du CA) et dont les besoins en fonds de roulement augmentent avec leur expansion, c'est un impôt qui fragilise l’indépendance financière, mais surtout qui empêche tout investissement ou développement.
De plus dans un système mondialisé, il faut être naïf pour ne pas
comprendre que cet impôt n'est payé que par les entreprises qui n’ont pas les moyens de faire autrement ou qui sont mal conseillées. Vous apprendrai-je quelque chose, si je vous dis que les sociétés internationales ne payent, elles, que ce qu’elles veulent bien payer et pour le seul montant qu'elles ont décidé de laisser pour valoriser leur éventuelle cote boursière locale…
Malgré l'arsenal répressif en vigueur, compte tenu du "laxisme" des services fiscaux (politiquement voulu et entretenu) cela reste d'une extrême simplicité d'organiser des circuits d'évasion fiscale : le temps
que les juges français réussissent à obtenir des commissions rogatoires dans des pays étrangers (même quand nous avons des conventions fiscales) et les capitaux suspects ont déjà fait 5 fois le tour de la terre...
Nous n’avons pas à lutter que contre le dumping social ; le dumping fiscal est tout aussi dangereux et délétère pour
notre économie.
En tout état de cause, si l'Europe veut garder sur son sol quelques entreprises et sièges sociaux, la tendance lourde
mondiale est à la suppression de cet impôt ; ou alors, il faudrait dénoncer 20 ans d’accords internationaux sur le commerce mondial… On imagine sans peine que ce serait, alors, immédiatement la guerre.
 
Impôt Forfaitaire Annuel : impôt (d’abord non déductible puis déductible à partir 2006) perçu sur les entreprises soumises à l'IS quand elles sont en perte (et maintenant sur toutes les entreprises), ce qui est quand même une funeste aberration. L’entreprise ne va pas bien, mais on la taxe quand même… Impossible de savoir ce qu'il représente dans les recettes d'État, puisque l'administration fiscale ne le ventile pas dans ses rapports publics, mais il est probablement totalement marginal et intégré dansles 16 % de l'IS.
 
Impôt sur le Revenu

Impôt à taux fixe (26 %) prélevé sur les bénéfices de certains placements financiers.
 
Union Européenne

La classification actuelle des revenus est un vrai casse-tête pour certaines catégories et les subdivisions sont quelques fois parfaitement arbitraires…

Main d’œuvre : dans le contexte pourcentage (ou ratio) du coût de la main d’œuvre dans la formation duRésultat d’Exploitation.

Notre système décalé de paiement d'impôt est extrêmement pénalisant. Nous payons l'année suivante pour des revenus perçus l'année précédente… Il serait temps de débarrasser l'administration de toutes les demandes émanant des contribuables qui ont vécu comme des cigales… Les gains de financement pour l'État s'en trouveraient également notablement améliorés et éviteraient la course aux emprunts.
Bien entendu, l'année (ou les années) de transition sera difficile à gérer, mais rien n'est impossible. Si les politiques retrouvent la légitimité qu'ils ont perdue (celle qu'ils n'ont plus et qui permet à l'administration fiscale de faire sauter tous les ministres qui essayent un tant soit peu de réformer le système), alors nous pourrons faire de réels progrès.

Rappel : actuellement la tranche haute est à 48,2 %. Mais cette mesure de hausse de la dernière tranche serait transitoire juste le temps d’assainir les finances publiques et que l’IR ne serve plus (presque intégralement) à rembourser la charge de la dette.
 
Organic : taxe parafiscale (de 0,16 %) perçue sur le chiffre d’affaires des sociétés qui est reversée aux organismes de retraite des commerçants et artisans qui sont chroniquement en déficit depuis toujours (Cf. : mesures concernant la Sécurité Sociale).

[C014] 
Le système fiscal actuel est particulièrement indirect et morcelé, car il
a multiplié les circuits de perception, rendant totalement opaque ce que le citoyen paye vraiment (le total des "petites taxes" représente presque autant que l'IS : 37 Md€, contre 39 Md€ pour l'IS). La seule chose que le citoyen constate c’est que son pouvoir d’achat baisse globalement, sans comprendre, ni avoir le moindre pouvoir sur ce qui lui arrive.
Or, il faut bien comprendre qu’à chaque fois qu’une nouvelle taxe ou obligation est créée pour les entreprises, dans le meilleur des cas,
celles-ci répercuteront leur coût dans le prix de revient des produits qu’elles vendent et dans le pire, elles s’expatrieront pour échapper à ces nouveaux surcoûts ou contraintes.
Il faut qu’une fois pour toutes la population comprenne que "faire payer les entreprises" ne veut
strictement rien dire, c’est un vœu pieux d’autruche totalement contreproductif… comme ce beau slogan "pollueurs payeurs" qui depuis 1992 a donné lieu à de nouvelles taxes (et non accessoirement à la délocalisation massive des activités les plus polluantes que nous faisons maintenant supportées aux pays du tiers monde)… C’est d’une hypocrisie sans nom, car au final, c’est toujours le citoyen qui paye sous une forme ou une autre… Si, par exemple, on veut vraiment que les sociétés (ou les agriculteurs ou d’autres) arrêtent de polluer il faut, purement et simplement, interdire le rejet des matières polluantes en question, sous peine de fermeture, pas dédouaner l’ entreprise de ses responsabilités en lui faisant payer une obole, qui de toute façon sera répercutée sur les coûts de production ; mais concomitamment, il faut également interdire la vente sur notre territoire des produits qui proviendraient de pays qui ne respecteraient pas nos réglementations.
D’où, entre autres, mes propositions qui concernent la fiscalisation des prélèvements sociaux
et la généralisation de l’impôt sur le revenu avec le système de retenue à la source, mais également la TVA sociale, contre-mesure du dumping social des pays émergents.
Il faut vraiment que les citoyens comprennent que, quoi qu’on puisse inventer comme système fiscal dirigé contre les entreprises, ce sont eux
qui au final paieront ; et doublement, car l'entreprise perdra une partie de sa compétitivité ou finira par trouver des moyens pour y échapper, notamment par les délocalisations.
Il faut que les citoyens redeviennent maître de l’impôt et pour cela, la seule façon c’est de rétablir une transparence budgétaire, pas de masquer perpétuellement par des taxes indirectes ce qui rentre dans le coût des produits ou services consommés.
[C014 - retour au texte]
 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Michel MARTIN 22/01/2011 11:40



C'est déjà un premier pas, et même un grand pas pour des socialistes. Il m'a semblé avoir capté quelques frémissements sur la TVA, mais en effet, s'ils font la même chose avec la TVA, ce
serait une révolution idéologique à gauche.


C'est le même Picketti qui avait proposé un projet de retraites qui
défrisait déjà pas mal, mais qui n'a pas du tout été repris pendant la réforme.



Incognitototo 22/01/2011 13:41



Tu vois un frémissement toi sur la TVA sociale ??? Tu sais compte tenu du lobbysme des syndicats, un candidat qui la mettrait à son programme, et dans l'état actuel de notre démocratie, n'aurait
aucune chance d'être élu...
Rien de bien original dans ses propositions sur les retraites, d'autant qu'il garde comme assiette de cotisations les salaires...



Michel MARTIN 21/01/2011 21:31



Un site qui devrait retenir ton attention, où Picketti et quelques comparses proposent une révolution fiscale. Ils se sont sûrement inspirés de ton blog! En tout cas, je suis certain que tu vas avoir des commentaires à faire sur cette proposition.



Incognitototo 22/01/2011 02:50



Merci Michel, oui, très pratique ce site... Je trouve leur solution pas assez progressive. Personnellement, je multiplie les tranches et la progressivité des taux (juqu'à 60 % en taux marginal),
en partant d'une base de non imposition à 12 000 €/an... ça le fait aussi... Il faudrait qu'ils nous fassent la même chose avec la TVA...



chouette-chouette 10/01/2010 18:36


Pas très calée pour jongler avec tous ces chiffres et sigles, mais en 10 ans je sais quand même que le pouvoir d'achat à baisser d'environ 15% et que pour les revenus petits et moyens c'est
beaucoup, vraiment.


Incognitototo 08/01/2011 16:14



Oui, la différence entre discours officiel et réalité est saisissante, on le sait tous... du moins ceux qui vont faire leurs courses alimentaires eux-mêmes... Paradoxalement, les biens de
consommations accessoires (électronique, fringues, etc) ont quand même baissé... Mais les écrans, même plasma, ça ne se mange pas. Il reste vrai dans ce pays qu'il vaut mieux être riche et bien
portant, que pauvre et malade...



jasmin 14/09/2008 14:41

La formation dans les Ecoles de journalisme (IUT et consort) fait frémir.Là encore on assiste à un formatage en règle.Je me permets de l'évoquer dans la mesure où je connais deux jeunes qui viennent de quitter ce "système", écoeurés de la manipulation qu'ils y découvrent, et refusant d'être considérés de la sorte.Une chose fait plaisir : il y en a qui s'en rendent compte. Mais ils ne sont pas nombreux.

Incognitototo 14/09/2008 14:56



Oui, Jasmin... et malheureusement, ce ne sont pas eux qu'y vont trouver du boulot dans les grands médias... la boucle est bouclée... et bien "tenue". C'est comme dans le milieu politique, à force
de faire des mariages consanguins, les tares les plus cachées commencent vraiment à se voir beaucoup...



christophe 13/09/2008 20:55

Là encore, on se rejoint sur le thème des médias: je crois qu'il n'est pas étonnant de voir la presse écrite (qui traditionnellement doit nous donner plus de recul) quand on lit un certain nombre d'articles (y compris dans la presse dite "sérieuse"). C'est un peu trop souvent le journalisme "on dit que..." : on recueille 2 ou 3 idées toutes faites et on ne prend pas soin de faire un véritable travail de fond. Les médias subissent une crise de confiance jamais atteinte.Mais là encore, je pense que tout n'est pas aussi noir: un certain nombre de problèmes sont mis à jour. J'ai cité A. Sen qui a mis au point il y a quelques années l'IDH (indicateur de Développement Humain); alors qu'auparavant, seul le PIB / hab. faisait référence. Il me semble que c'est un progrès...Je le répète: je pense que la commission, étant donné la qualité des experts qui la composent, devrait aboutir à des résultats significatifs.Quant à la comptabilité nationale, on voit déjà quelques changements (sous la pression des critiques): sur le site de l'INSEE, on peut calculer un taux d'inflation en le modulant selon un certain nombre de critères. C'était une pratique déjà en vigueur dans les autres pays européens, on s'y met tardivement.Tu le sais aussi, dans la blogosphère, on peut trouver des articles intéressants sur ces sujets. Je cite souvent le débat sur le référendum européen en 2005 durant lequel les citoyens, experts, intellectuels ont débattu. Alors, je sais, on peut -à juste titre- trouver que l'action politique ne va pas assez vite. Il faut donc accentuer la pression. PS: oui, c'est vrai, pourquoi t'ai-je vouvoyer ? Je pense que c'est en lisant ton article, très austère et sérieux ^^A plus !

Incognitototo 13/09/2008 21:46



Cher Christophe,

Je suis moins optimiste que toi sur notre capacité à changer... En dehors de quelques revues confidentielles et d'Internet, as-tu déjà lu quelque chose dans les grands médias sur l'IDH ou encore
sur le PIBED (cher à notre ami Michel ;o) ? Et ne parlons même pas de la télé qui réduit tellement les problèmes à quelques "idées" basiques (mais peut-on encore parler d'idées à ce
niveau-là...), qu'à chaque fois que j'écoute leurs "analyses", j'ai l'impression d'écouter des "attardés mentaux"... Si encore, ils l'étaient, ce serait acceptable, mais la plupart ont fait
Science Po ou autres, et leur niveau de discours est désespérant d'inculture, et surtout tellement vide de sens...

Sans être un adepte de la théorie du complot, tous ces journalistes, qui n'ont aucune pensée personnelle, ne sont quand même pas là, par hasard. Je pense que les pouvoirs ont toujours eu intérêt
à maintenir les populations à un certain niveau d'ignorance... D'ailleurs, je crois que tu es bien placé pour savoir que les programmes scolaires de culture générale se réduisent comme peau de
chagrin... Bis : Il n'y a jamais de hasard.

Alors oui, augmenter la pression, mais comment, pour que cela soit efficace ? Éternelle question...

Bien amicalement.

P.-S.  Pour Michel qui ne va pas manquer d'intervenir s'il tombe sur notre échange : oui, oui, je vais aller t'apporter mes contributions au PIBED. Mais, tu sais que j'aime faire les choses
bien et réfléchir en profondeur avant de dire quelque chose ; et pour ça, il faut que j'ai un peu plus de temps devant moi... surtout pour décortiquer le mode de calcul qui n'est pas simple.



jasmin 13/09/2008 18:58

Oui, et à propos de comptabilité d'entreprises, comment appréciez-vous donc les rapports de la DGI lors des contrôles fiscaux et plus précisément sur les suites qu'ils réservent aux réponses desdits contrôlés.C'est surprenant que la DGI aie un ascendant sur les tribunaux dans ce pays , non ? N'est ce pas un cas de figure en France ?Comment s'étonner alors que les entreprises préfèrent aller se constituer extra muros.

Incognitototo 13/09/2008 20:07


Les distorsions qui existent entre les appréciations de la DGI et les entreprises, proviennent, en grande partie, de la différence de définition qui concerne la formation du résultat entre le CGI
et la comptabilité commerciale. Ces différences tendent à s'estomper, cependant, comme je le faisais remarquer, ailleurs, c'est encore une "belle" illustration de la contradiction des droits...
Oui, c'est assez unique que la DGI (mais aussi l'URSSAF et d'autres administrations) ait en même temps le pouvoir d'instruire et le pouvoir de punir... Ils sont en quelque sorte juges et partie,
encore un particularisme français... l'État n'a jamais tort, l'État ne peut pas se tromper... tu parles...
Pour le reste, je ne suis pas sûr que ce soient les "persécutions" fiscales qui fassent fuir les entreprises, ailleurs... Les causes sont bien plus terre-à-terre que ça... Pourquoi continuer à
gagner 5 en France, si je peux en gagner 50 en m'exilant...


christophe 13/09/2008 13:14

BonjourJe viens de lire votre paragraphe sur le PIB et la mesure de la richesse: nous sommes effectivement sur la même ligne.Vos réflexions sont intéressantes et prolongent les miennes (notamment sur la prise en compte d'autres critères comme les actifs immobilisés, les dettes...). J'apprécie également vos dernières remarques sur les entreprises qui privilégient leur taille commerciale (pour elle, synonyme de puissance^^).Je pense que nous sommes arrivés à un point de non-retour, ces constats sont de plus en plus admis. Reste maintenant à franchir le cap. Ce qui passe entre autre par l'élaboration de nouveaux indicateurs. A cet égard, j'attends les résultats de la commission dirigée par Stiglitz et Sen (voir mon blog). Il me semble aussi, qu'en matière de comptabilité d'entreprises, des changements doivent se produire (mais là, j'avoue, je suis moins compétent que vous).Bonnes continuations !

Incognitototo 13/09/2008 15:29


Bonjour,

Oui, la question est bien de savoir comment "franchir le cap" et les résistances au changement sont quand même pour le moins étonnantes, alors que tous les gens un peu sérieux s'accordent à dire
que le calcul du PIB ne veut rien dire...

Sauf, si on considère qu'avouer qu'on nous sert des "fables" depuis toujours à propos du PIB, a de quoi remettre en cause quelque peu la crédibilité des "sachants" qui nous gouvernent. On préfère
faire croire que notre richesse globale est en augmentation (ce qui en soi est déjà faux), plutôt que de dire réellement ce qui se passe en terme de richesses (quelles qu'elles soient) réelles,
distribuées et disponibles... D'ailleurs, tu remarqueras que les médias préfèrent se focaliser sur le pouvoir d'achat sans mettre en relation les problèmes, des fois que les gens finissent par
comprendre ce qu'on ne veut pas leur dire...

Même si la comptabilité d'entreprise pourrait être améliorée, l'urgence me paraît quand même une réforme profonde de la comptabilité publique qui, elle, est un véritable miroir aux alouettes...

Bien amicalement.

P.-S. : Je te tutoie, car c'est l'usage sur Internet et parce que nous avions déjà eu des échanges qui avaient abouti à ce tutoiement, il y a quelques mois ou années, mais si tu préfères le
vouvoiement, c'est OK aussi.


Michel MARTIN 15/11/2007 14:15

Bonjour Toto,Une contradiction: dans ta note sur la TVA et TVA sociale (début), tu proposes de garder la TP et ici de la supprimer et de la remplacer par une taxe sur le RE.En ce qui concerne le logement, il y a des thèses différentes. Je te cite un article de l'Institut Turgot (très libéral) focalisé sur la pénurie du foncier:"Que doit faire  le gouvernement pour résoudre ce problème ? Libérer  l'offre de terrains à bâtir.C'est cela,  et cela seul,  qui résoudra  la crise du logement.Que doit faire  le gouvernement pour résoudre ce problème ?  Comme nous l'avons proposé  dans l'étude  de l'Institut Turgot,  libérer  l'offre de terrains à bâtir ;  mettre fin à ces lois  qui nient le Droit de propriété  en interdisant a priori de construire sans autorisation, et n'imposer des limites au Droit de construire que pour de bonnes raisons,  et "en échange d'une juste et préalable  indemnité",  pour reprendre les termes de la Déclaration des Droits de l'Homme et du Citoyen dans son article 17.  C'est cela,  et cela seul,  qui résoudra  la crise du logement en France.A la place,  que fait le gouvernement ?  Il se propose d'aggraver doublement les choses :  en  stimulant artificiellement la demande,  d'accroître encore l'excès de demande sur l'offre qui est  la cause de la crise ;  et en faisant monter les prix de la propriété immobilière,  d'accroître  l'injustice  causée  par sa restriction de l'offre foncière,  qui a massivement subventionné les propriétaires en place  au détriment des nouveaux  arrivants. Et cela  à grands frais pour le budget - on évoque une enveloppe de 2 à 2,5 milliards d'euros, alors que la libération de l'espace foncier ne lui coûterait rien  et relancerait tout aussi sûrement la construction immobilière. "Un peu plus détaillé:http://www.turgot.org/sites/turgot/article/pdf.php?article=regl_fonciereAmicalement.Michel

Incognitototo 15/11/2007 15:42

Presque bien vu Michel, mais, non, il n’y a pas de contradiction, je spécifie bien dans l’article en question « Selon les seules modalités exposées dans les chapitres traitant des propositions d’économie et de fiscalité (…) »Pour le problème sur la pénurie immobilière, je ne suis pas sûr que la libéralisation du droit à construire serait une bonne chose… On dirait d’ailleurs que le texte, que tu cites, a été écrit par des promoteurs immobiliers… Déjà, avec une réglementation hyper compliquée et dissuasive, nous subissons des abus de tous ordres qui donnent, d’ailleurs, lieu à de nombreux recours et contentieux interminables… imagine ce que ça deviendrait, si on assouplissait encore le dispositif… tous les voisins de France seraient en guerre perpétuelle, pour un mur qui fait de l’ombre ou une fenêtre en trop…Cependant, cela n’empêche pas d’essayer de redonner de l’efficacité aux administrations, ou de simplifier les procédures, ou de libérer des terrains, ou encore de faire en sorte qu’une procédure devant le TA (Tribunal Administratif) dure moins de 10 ans (dans le meilleur des cas et je compatis : pour ceux qui sont passés par là, c’est pire que le film Brazil) ; d’ailleurs, pour les 2 premiers points, les dispositifs d’accès aux PC viennent d’être assouplis, car cela devenait tout de même assez kafkaïen…Personnellement, je pense plutôt que les 4 axes suivants seraient plus profitables et efficaces :- empêcher réglementairement la spéculation, sans fin, organisée par les administrateurs et les intermédiaires immobiliers,- mettre en place des véritables systèmes incitatifs d’offres et de gestion, qui fassent qu’un constructeur de logements ou un gestionnaire ne puisse jamais être tout à fait perdant,- responsabilisation de l’Etat et des communes pour que les retards en matière de logements sociaux soient rattrapés dans les 10 ans, il faut un vrai plan Marshall du logement ; avec des sanctions un peu plus costaudes que celles actuellement en vigueur, pour toutes les communes qui ne veulent pas respecter leur quota de logements sociaux (suivez mon regard : à Neuilly, par exemple...),- revoir les PLU pour, qu’entre autres, plus jamais nous ne connaissions le phénomène des villes-dortoirs ou à « mono-destination ou activité ou population »…Amicalement.TotoPoscriptum : je vois que finalement, petit à petit, tu arrives à lire mes propositions, … Bravo, car je sais bien, combien cela peut être barbant et rébarbatif pour un néophyte…

Franz 15/03/2007 21:26

Il y a bien sûr des raisons objectives à ce quee tu avances. Mais toutes ces mesures, tu les proposes dans quel but ? Combien d'emplois tout cela créerait ? Par exemple, les profits des entreprises du Cac40 sont considérables. Et pourtant, elles ont détruit des emplois. Je suis d'accord pour qu'il y ait moins de gaspillages et plus d'efficacité. Mais pour quoi faire ?
Qu'un entreprenuer s'enrichisse ne me dérange pas. On pourrait peut-être l'encourager à réinvestir dans l'activité plutôt que dans le casino boursier. Mais le problème ne se pose pas tellement pour lui. Il concerne les actionnaires et les investisseurs financiers. Voir par exemple ce qu'il vient de se produire à St. Nazaire.
Il reste qu'en effet, compte tenu de l'ouverture totale de la planète aux mouvements financiers, il faut trouver une réponse qui ne soit pas un interdit au ras des paquerettes comme le propose Marie Georges Buffet. Il faut proposer autre chose, une alternative. Comment relancer, non pas le dévelopement qui n'a aucune sens mais l'activité humaine et le tout sans niquer la planète ? C'est ça le défi qui nous attend. Je me fout pas mal de faire fonctionner plus efficacement ce système si c'est juste pour générer un peu plus de fric que l'on ne saura même plus où réinvestir.
Amicalement
Franz

JASMIN 18/12/2006 19:08

Alors rêvons, que Diantre !

JASMIN 18/12/2006 17:42

Par contre, tu vois, là je ne rêve pas !
J'ai bien peur de m'apercevoir qu'il s'agit d'un subtile statagème pour ponctionner plus.
Mais tu as raison, attendons les modalités.

Incognitototo 18/12/2006 18:12

Tu n'aurais pas un peu mauvais esprit, toi, aujourd'hui ??? Tu soupçonnerais, donc, nos politiques d'essayer, une fois de plus et comme d'habitude, de nous entourlouper ???Tseu, tseu... c'est pas bien ça... de croire que ce qui est vrai toujours pourrait être vrai tout le temps... lol

JASMIN 18/12/2006 16:56

A propos d'IR.
Avez-vous entendu l'annonce faite par le Ministre des finances ce week-end, concernant le prélèvement automatique de l'IR sur la fiche de paie ?
Ca se pratique en Belgique depuis très longtemps, ce qui n'empêche pas le contribuable de recevoir un rôle fiscal de cloture d'exercice, avec très souvent un surplus à payer.
Pour le contribuable salarié, ce système a pour effet de diviser par 2 le salaire brut, avant de devoir souvent compléter.
Les Belges sont bien saignés aussi.

Incognitototo 18/12/2006 17:31

Oui, je suis au courant de ce projet de réforme depuis longtemps... Cependant, les modalités précises d'application n'ont pas encore été définies et je ne peux donc pas encore me prononcer sur l'impact qu'il aura réellement... Mais, je crains que ce ne soit qu'un gadget de plus dans la longue liste des "bonnes idées" qui ne servent à rien, quand on ne modifie pas le reste...

pollen 18/12/2006 15:59

Je partage votre avis sur le fait qu'il faut libéraliser le travail ( libérer les forces vives de notre pays, afin que chaque personne ayant l'ame d'un entrepreneur puisse s'y essayer avec la mise en place d'un filet de sécurité).
Le problème la gauche bien pensante et les médias feront tout de suite référence au libéralisme et de ce fait discréditer le bon sens qui prévaut dans toutes les démocraties dignent de ce nom.

Incognitototo 18/12/2006 17:26

Donc, malgré votre blog écologiste sur les bio-carburants, vous n'êtes pas un partisan de Nicolas Hulot ? Qui est lui pour une compression de la demande...Oui, malheureusement, il serait tant que certains cessent de s'envoyer à la figure des mots qui ne veulent rien dire, comme si c'était des insultes (car, ils n'ont de sens qu'en fonction du contexte qui les définit et de comment ils sont appliqués)... Vous aurez remarqué que, "bizarrement", parmi tous ces gens qui se payent de mots, personne ne remet en cause le "libéralisme", totalement sauvage et inhumain pour le coup, de la Chine ou de la Russie ou d'autres...