Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Solutions politiques (ou + de 400 propositions de réformes politiques...)
  • Solutions politiques (ou + de 400 propositions de réformes politiques...)
  • : Analyses et propositions de réformes politiques institutionnelles, économiques, fiscales, sociales, juridiques, et autres, issues de ma pratique professionnelle et de la vie tout simplement ; pour vraiment changer...
  • Contact

Sommaire

 

Sélection partiale des derniers articles mis en ligne

Faire-part...

À mes lectrices et lecteurs : avertissements importants !

« Après moi le déluge ! » : constats « navrants » sur plus on sait et plus on est con...

Changer par la loi et pour une « vraie révolution fiscale »... sans sortir de l’Europe...

« La société du spectacle » et « No future », nos seuls avenirs ?...

L’irrésistible progression des souverainistes et des nationalistes : l’horreur absolue... Qui est responsable ?...

Homoparentalité et « mariage pour tous » : de la réalité à la loi...

« Nul ne peut s’enrichir sans cause » : une jurisprudence malheureusement oubliée...

Rapport Gallois et compétitivité... De qui se moque-t-on ?...

« Double contrainte » : 40 ans d’accords internationaux et de lois, qui rendent fou...

La propriété privée et la finitude : des nœuds systémiques centraux...

 

Quelques classiques et textes fondateurs

Imprécis précis de fiscalité… pour en finir avec les « croyances populaires »… si, c’est possible…

(3) - Mises au point et compléments sur la TVA sociale… 

Les dettes publiques : dans la série « on ne vous dit pas tout »… et c’est quoi la pensée virtuelle ?

Histoires de dettes interbancaires : dans la série « on ne vous dit pas tout »… et c'est quoi l'économie virtuelle ?…

Exercises appliqués d’analyse systémique sur la mondialisation et à propos de la décroissance…

À ceux qui prônent un retour au Franc… et aux autres, qui manquent d’arguments pour leur répondre…

(1) - Le marxisme est-il une drogue dure ? Ou quel est le véritable opium du peuple ? Essai de plaidoyer pour une révolution systémique des modes de pensée et des solutions de gauche... (début)

(1) Travailler plus intelligemment, produire utile et modifier les structures, pour travailler moins et créer de la valeur... (début)

(1) - TVA et TVA sociale substitutive : une arme pour le développement économique et de transparence démocratique… (début)

 

Une toute petite sélection d'articles qui aurait pu figurer sous une rubrique « On ne vous dit pas tout »

Le faux débat sur l'évasion fiscale et les paradis fiscaux...

Solidarités sociales et retraites : ce qu’il faut savoir et ce qu'on ne vous dit pas ou si peu...

Vélib' : problèmes d'arithmétique élémentaires, niveau CM1…

 


Tout les articles publiés (regroupés dans l'ordre de leur parution par catégorie : du plus ancien au plus récent)

  A - Préambules

Introduction et justifications de ce blog

D’où je viens, comment je me situe, philosophie et cadre général des propositions

Petites mises au point pour comprendre la logique de ce blog et des 400 propositions…

 

B - Le programme de réformes

1 - Les institutions

2 - Les institutions

1 - Economie et fiscalité

2 - Economie et fiscalité

Santé, Sécurité Sociale et retraites

1 - Droit du travail

2 - Droit du travail

Formation - Éducation - Recherche

Justice

Emplois

Sécurité et qualité de vie

Europe

Plan de mise en œuvre des propositions

Pour conclure provisoirement

 

D - Anecdotes, réflexions et solutions suggérées

Voirie parisienne : l’honneur perdu de Delanoë qui cautionne l’ayatholisme de Baupin et Contassot

(1) - Déficit de la Sécurité Sociale… mes expériences dans l’univers kafkaïen des services de "santé" (début)

(2) - Déficit de la Sécurité Sociale… mes expériences dans l’univers kafkaïen des services de "santé" (fin)

Violence des cités… : Quand on n’a pas les mots et qu’on a tous les maux, il reste le passage à l’acte violent…

A propos d'éducation - Une lettre à Science & Vie

Médias : leur responsabilité dans l'absence de pensée…

Politique internationale : Attentats du 11 Septembre - Au-delà du bien et du mal, il me manque les mots…

Politique internationale : Combien de temps encore nous ferons-nous la guerre pour les fautes des pères ?

(1) - Le marxisme est-il une drogue dure ? Ou quel est le véritable opium du peuple ? Essai de plaidoyer pour une révolution systémique des modes de pensée et des solutions de gauche… (début)

(2) - Le marxisme est-il une drogue dure ? Ou quel est le véritable opium du peuple ? Essai de plaidoyer pour une révolution systémique des modes de pensée et des solutions de gauche… (fin)

Perversions des systèmes : la démocratie en danger

Nicolas Hulot : l'équation économique insoluble et insolvable…

Quelques problèmes auxquels, je réfléchis sans vraiment trouver de remède pratique…

Un problème qui me pose vraiment problème : la société du spectacle, c'est maintenant…

Suite aux présidentielles : politique-fiction sur le mode de scrutin...

(1) - TVA et TVA sociale substitutive : une arme pour le développement économique et de transparence démocratique… (début)

(2) - TVA et TVA sociale substitutive : une arme pour le développement économique et de transparence démocratique… (fin)

(3) - Mises au point et compléments sur la TVA sociale…

(1) - Travailler plus intelligemment, produire utile et modifier les structures, pour travailler moins et créer de la valeur... (début)

(2) - Travailler plus intelligemment, produire utile et modifier les structures, pour travailler moins et créer de la valeur… (fin)

À propos de l’intéressement des salariés aux résultats de l’entreprise…

Pour redonner à la monnaie son équivalence travail et empêcher qu’elle soit gérée comme une marchandise, faut-il éliminer les spéculateurs ?...

Souvenirs d'un vieux con, à propos du féminisme... + Épilogue

Tribune de l'action...

Tribune de l'action : rêvons un peu… avec les banques…

Divagations sur la crise... L'inconscient, cette donnée incontournable oubliée par la politique...

Le faux débat sur l'évasion fiscale et les paradis fiscaux...

Solidarités sociales et retraites : ce qu’il faut savoir et ce qu’on ne vous dit pas ou si peu…

Juste deux ou trois choses qui personnellement me soucient bien plus que l’avenir des retraites !

(1) - Burqa et loi : un débat démocratique entre citoyens - Catherine Kintzler et Incognitototo (début)

(2) - Burqa et loi : un débat démocratique entre citoyens - Catherine Kintzler et Incognitototo (suite et fin ?)

Réchauffement climatique global ou pas ? Religiosité et politique : les Verts et Europe Écologie, la nouvelle secte des béni-oui-oui…

À ceux qui prônent un retour au Franc… et aux autres, qui manquent d’arguments pour leur répondre…

(1) - Euro contre Franc : un débat démocratique entre citoyens - Laurent Pinsolle et Incognitototo (début)

(2) - Euro contre Franc : un débat démocratique entre citoyens - Laurent Pinsolle et Incognitototo (suite et fin ?)

Exercices appliqués d’analyse systémique sur la mondialisation et à propos de la décroissance…

La « lutte des places » : la septicémie de notre démocratie...

Histoires de dettes interbancaires : dans la série « on ne vous dit pas tout »… et c'est quoi l'économie virtuelle ?…

Les dettes publiques : dans la série « on ne vous dit pas tout »… et c’est quoi la pensée virtuelle ?

Imprécis précis de fiscalité… pour en finir avec les « croyances populaires »… si, c’est possible…

La propriété privée et la finitude : des nœuds systémiques centraux...

Tous les extrémistes sont de dangereux malades mentaux...

Sciences et politique : un mauvais mélange... Le cas des réchauffistes...

« Double contrainte » : 40 ans d’accords internationaux et de lois, qui rendent fou...

Rapport Gallois et compétitivité... De qui se moque-t-on ?...

« Nul ne peut s’enrichir sans cause » : une jurisprudence malheureusement oubliée...

Homoparentalité et « mariage pour tous » : de la réalité à la loi...

La politique virtuelle contre « l’économie réelle »...

L’irrésistible progression des souverainistes et des nationalistes : l’horreur absolue... Qui est responsable ?...

« La société du spectacle » et « No future », nos seuls avenirs ?...

Changer par la loi et pour une « vraie révolution fiscale »... sans sortir de l’Europe...

« Après moi le déluge ! » : constats « navrants » sur plus on sait et plus on est con...

 

G - Actualité

Investiture socialiste, quand les vieux gouvernent la France,… étonnant, non ?

A propos de la Démocratie Participative...

Un débat presque oublié… Ou comment choisir notre futur(e) président(e) ?

Tramway parisien, ils persistent et ils signent... et les conneries continuent...

Mon raisonnement à la con pour choisir un Président…

Delanoë menteur et médias complices !!!

Quelques réflexions en vrac sur les résultats du premier tour des présidentielles… et notre système démocratique.

Débat télévisé des présidentiables… le degré zéro de la politique...

Quelques sentiments et idées en vrac, avant la mise en sommeil…

Hommage à Madame Benazir Bhutto…

Constitution européenne : Appels contre le traité de Lisbonne et le déni de démocratie

Edvige, Cristina et tous les autres...

Crise financière mondiale et faillite de la banque Lehman Brothers

Burqa : la liberté et le doute doivent-ils profiter à l’obscurantisme ?… Réflexions et solutions alternatives…

Revue de presse et informations complémentaires sur les retraites…

L’Islande, oubli ou désinformation ?... La révolution, dont (presque) personne ne parle…

Islande, les suites de leur révolution… ou les débats que nous évitons en France…

Mitterrand : l’imposture de la gauche - 10 mai 1981 : la commémoration du deuil de la gauche…

Les dettes souveraines : l’arnaque d’un demi-siècle de mensonges, ou de qui se moque-t-on ?…

11 septembre : la commémoration des amnésiques…

Primaires socialistes : allez-y...

« Votez, pour eux !... »

Croyances et politique : variations et élucubrations sur un second tour...

En vrac...

Compte-rendu d'étape de la présidence Hollande : toujours plus de la même chose : 1 / changement : 0,001

C’est la rentrée... Tous les gens qui s’offusquent de l’incivisme ou de l’immoralité de Bernard Arnault m’emmerdent...

Tribune de l’action : séparer les activités des banques (urgent et important !)... 

Fin de la souveraineté économique des pays et de la démocratie européenne...

À mes lectrices et lecteurs : avertissements importants !

 

E - Émotions, sentiments, humeurs, rires...

Une lettre anonyme que l'INSEE ne recevra pas...

Europe, après la victoire du "non" : les politiques me fatiguent et les journalistes aussi...

Nouvelles cartes grises : carton rouge aux eurocrates qui ont encore frappé très fort…

Quelqu'un connaît-il un descendant de Champollion ? Ou de quoi parlent 2 amis experts-comptables quand ils se rencontrent ?

Insécurité routière... pardonnez-moi, je me défoule...

Je n’ai rien à dire… ou presque…

Lettre à la direction d’un hôpital ou comment sont utilisés nos impôts...

Sarkozy élu… pour partager ma bile… et message(s) à cette gauche atteinte de crétinisme avancé…

Tous derrière Delanoë… pour sauver le monde en plantant des carottes…

Tramway parisien : le bal des cocus continue… et la mascarade passe…

ASSEDIC (et autres) : qui sont les crétins qui écrivent les directives ?...

Une journée dans les bas-fonds de la justice française...

Michel Onfray… Au secours ! La pensée dogmatique et l’ostracisme sont de retour…

Juste pour rire... le langage politique… 

Service des urgences de l’hôpital Tenon : la « honte » de nos services de santé…

Divagations sur le consentement, la sexualité et autres considérations sociales…

Partage d’émotions : quand les humains comprennent ce qui les réunit plus que ce qui les divise...

Une symbolique de 2012 : pour rire jaune… 

Récréation philosophique…

Mes interrogations du moment... ou quand le vide politique ne présage rien de bon...

Nouvelles du « monde du travail » dans la France d’aujourd’hui… interdit au moins de 18 ans…

Nouvelles de la barbarie, de l’individualisme et de l’indifférence…

11 Novembre, hommage et mémoire…

Chine-USA : « Une guerre sans limite »…

Spécial vœux 2012, le temps des bilans… hommage posthume au Diceros bicornis longipes...

"L’Université des Va-nu-pieds", quand les hommes comprennent ce qui les relie…

Faire-part de vie...

Être un homme de gauche, par Alex Métayer...

Le pouvoir des banques, le cas d’école : Goldman Sachs...

Des vœux pour 2014 que je fais miens !...  

Faire-part...

 

  F - Ville de Paris : urbanisme et politique...

Informations sur la catégorie : "Ville de Paris : urbanisme et politique..."

Voirie parisienne : l'honneur perdu de Delanoë qui cautionne l'ayatholisme de Baupin et Contassot

A propos de la Démocratie Participative...

Violence des cités... : Quand on n'a pas les mots et qu'on a tous les maux, il reste le passage à l'acte violent...

Tramway parisien, ils persistent et ils signent... et les conneries continuent...

Delanoë menteur et médias complices !!!

Insécurité routière... pardonnez-moi, je me défoule...

Tous derrière Delanoë… pour sauver le monde en plantant des carottes…

L’Omerta sur Michel Charzat, liste différente de Paris 20ème

Tramway parisien : le bal des cocus continue… et la mascarade passe…

Vélib' : problèmes d'arithmétique élémentaires, niveau CM1…

 

H - Livre d'or des commentaires et autres...

 

Rechercher

Diverses infos pratiques

    

Syndication (RSS : 2.0) - Pour être prévenu(e) des derniers article mis en ligne

Pour préserver un ordre de présentation cohérent sur ce blog, j'ai dû modifier les dates de publication (c'était le système Over-Blog qui voulait ça). Donc, je ne proposais pas de lien de syndication, car celui-ci ne donnait pas la réalité des derniers articles publiés.

Depuis, tout a changer en pire et cette option n'est plus possible.

Aussi, si vous voulez être tenu au courant des dernières publications ou encore du déménagement de ce blog sur une autre plate-forme abonnez-vous à la newsletter (deuxième pavé en partant du haut à droite). Pour information, je n'ai pas accès aux mails complets des inscrits et ne peux donc en faire aucune utilisation détournée.

Merci.

 

 

Quoi que vous inspire ces textes, merci de prendre le temps de laisser vos commentaires, avis et propositions ; ils sont une source précieuse pour les faire évoluer... Soit en cliquant sur le lien "Ecrire un commentaire" qui se trouve à la suite de chaque article, soit pour les commentaires généraux, avis, propositions, réactions, discussions, états d'âme et "coucou", ... en cliquant directement sur le ien suivant : "Livre d'or des commentaires et autres..."

 

 

25 juin 2010 5 25 /06 /juin /2010 11:00
Catégorie : D - Actualité



Comme probablement beaucoup d’entre vous, j’ai suivi le débat télévisé entre nos deux prétendants à la fonction présidentielle… espérant y trouver une lueur d’espoir ou une raison de changer d’avis sur mon abstention au deuxième tour.
Je voulais me taire pour ne pas vous infliger un ixième commentaire qui vous gaverait encore un peu plus, tant ce débat était déjà suffisamment assommant, tant il n’y pas eu de grandes révélations dans les échanges… Mais bon, difficile de me retenir quand j’ai l’impression que, quel que soit le résultat, plus que jamais, nous allons souffrir…
 
 
Sur les styles : vraiment, 2 conceptions opposées de la morale politique et du comportement….
 
Quand Sarkozy est en difficulté, ne veut pas dire le fond de sa pensée ou ne sait pas, il ment sans aucune vergogne (mais, ça se voit très bien à ses tics) et attaque l’autre à un niveau personnel ; quand Royal est dans la même situation, elle dit une phrase qui ne veut rien dire (avec sa voix monocorde et sûrement parfaite pour chanter les berceuses) et propose une réunion…
Il est bien le petit « naboléon », manipulateur, avide de pouvoir pour le pouvoir, qu’il a toujours été (il faut dire qu’il a une lourde hérédité à porter) ; elle, c’est un décennat qu’il lui faudra pour prendre la moindre décision (il faut dire qu’elle sait très bien user et abuser de ses ambiguïtés de son rapport au pouvoir)…
 
 
Sur les sujets de société…
 
Aucune surprise, les deux ont été égaux à eux-mêmes… Des programmes vides de substances et aucune « révolution » à attendre d’aucun… La matraque pour Sarkozy, le cocooning pour Royal… Mais peut-il en être autrement, avec des candidats qui sont dans la politique depuis 30 ans et qui ont déjà exercé des responsabilités sans grands résultats…
 
 
Sur l’Europe…
 
Une différence notable, Royal propose de soumettre à référendum tout nouveau traité, Sarkozy essaye de nous faire croire qu’il a entériné le refus des Français, mais se mettra d’accord sur un traité minimum avec nos partenaires européens sans nous consulter…
Un bon point pour Royal, si elle tient son engagement… mais, un mauvais point également pour elle, quand elle dit que les accords qui ont été passés (notamment avec la Turquie) ne peuvent pas être remis en cause…
 
 
Sur l’économie…
 
C’est évidemment là que je les attendais, car tout le reste ne tient que si l’économie de notre pays est remise en marche… et c’est malheureusement là qu’ils ont démontré leur méconnaissance mutuelle abyssale des problèmes économiques et du monde des entreprises… et c’est rien de le dire…
 
Comment Royal finance son programme ? Elle « décrète » que nous ferons plus de 2,5 % de croissance par an, sans évidemment nous dire comment ; et, évidemment, elle taxe les revenus du capital. Encore une pure keynésienne qui oublie de nous dire que cette théorie systémique ne fonctionne qu’en « milieu fermé » et que toute relance décrétée, dans notre contexte structurel actuel, n’aboutira qu’à créer un peu plus de dettes et à détruire, à terme, un peu plus d’emplois…
Par ailleurs, en « grande fiscaliste qu’elle est », elle propose de diviser par 2 le taux de l’IS des PME, pour les bénéfices non distribués… je ne sais pas, qui lui a soufflé ça, mais, encore une fois désolé Madame, le taux de l’IS est déjà à 15 % (au lieu de 33 1/3) pour les petites entreprise (CA < à 7,63 M€ HT et résultat < à 38 120 € HT ; autant dire pas grand monde parmi les entreprises qui créent de la valeur), … mais, qui sait, peut-être veut-elle le réduire à 7,5 %, … mais, nous n’en saurons pas plus sur son programme pour redévelopper de la dynamique économique…
 
Comment Sarkozy finance son programme ? Il « libère le travail » en proposant d’exonérer d’impôt et de charges sociales les heures supplémentaires (en les payant 25 et 50 % de plus, alors que cette obligation existe déjà, (SIC !!!)) et ne remplace pas un fonctionnaire sur deux qui part à la retraite. Pour ce dernier point où est l’économie ? Mystère… Est-ce cela qui va rebooster l’économie ? Non vraiment il se fout de nous, car, la charge du fonctionnaire qui part à la retraite reste à l’État, donc avec l’espérance de vie actuelle on peut atteindre une inflexion des dépenses de l’État au mieux dans 17 ans (période pendant laquelle les dépenses continueront à croître)… Attendre que tous les fonctionnaires non remplacés meurent, ça fait long à patienter pour faire des économies…
Une autre phrase « clef » de Sarkozy c’est « le travail crée du travail »… Faut-il, à ce point, être ignorant des mécanismes de création de valeur pour dire une pareille ânerie ? Car, tout dépend de quel travail on parle et où vont aller les richesses produites… Mais là-dessus, silence… Sauf qu’évidemment une ineptie pareille ne peut que plaire à l’électorat sur lequel Sarkozy s’appuie…
 
 
J’arrête là, … tant c’est facile de reprendre les propositions de l’une ou de l’autre et de démontrer qu’ils ne feront rien de plus et plutôt pire que tout ce qui a déjà été tenté…
 
Bref, quand au court de mes précédents articles, je vous parlais de la vacuité des programmes présidentiels, j’aurais plutôt dû parler du degré zéro de la politique…
 
Reste, pour se décider à faire un choix sur les personnes et ce que nous percevons d’eux… pas terrible pour se motiver à mettre un bulletin dans l’urne, affreux de devoir choisir entre le pire du pire et le moins pire du pire…
 
À dire vrai, je ne me suis jamais senti aussi mal devant un choix politique à faire… Je suis rongé par la culpabilité de mon choix de voter blanc… Sarkozy représente un vrai danger pour tous les exclus et probablement tout aussi également pour la démocratie. D’ailleurs ses phrases fétiches sont « je veux que…, et je crois, que… » ; et moi, à mon âge, ça fait longtemps que je ne crois plus aux religions pour régler les problèmes, ni à l’autoritarisme pour résoudre les difficultés…. Royal continue de représenter tout ce que la gauche perpétue comme pensée magique et ne fera que renforcer les déceptions…
 

Les deux seront une calamité pour l’économie… et pour cause, aucun n’a jamais travaillé en entreprise… donc, aucun ne traitera jamais les problèmes à la racine.

 

Alors, que faire ? Il est, tout à fait, exclu que je donne ma voix à Sarkozy, mais par ailleurs, s’il passe à cause de mon abstention, ce serait cautionner le matraquage des petits… Reste donc, que je pourrais donner mon bulletin à Royal en espérant qu’elle saura s’entourer des compétences qui, incontestablement, lui manquent… Difficile pari, cruel dilemme… En admettant qu’elle passe, c’est reculer pour mieux sauter, et probablement prendre du Sarkozy pour 10 ans dans 5 ans… et c’est probablement également se retrouver avec une Assemblée qui ne lui permettra pas de gouverner…

 
Oui, que faire ? Je suis tellement tiraillé que j’en ai mal au crâne… et je vous laisse sur votre faim, car, si je sais ce que je ne ferai pas pour autant, je ne sais pas ce que je vais faire…
 
Allez, dimanche sera un nouveau jour et à chacun ses problèmes de conscience.
 

Partager cet article

Repost 0
Publié par : Incognitototo - dans G - Actualité
commenter cet article

commentaires

jasmin 10/04/2008 17:13

Oh que oui !! Fais-le. Tous ceux qui viennent s'asseoir dans ton salon comprendront. En plus, on commence à se connaître, ce qui n'est pas désagréable. Si tu veux, j'apporte les gâteaux.

Incognitototo 13/04/2008 22:26


Le risque, c'est quand même que sous peine de tomber dans de la psychologie de bazar, c'est très difficile d'être réducteur pour expliquer certaines impasses politiques...

Mais bon, si tu fais les gateaux je vais essayer de faire un effort pour voir si "ça le fait ou pas"...


jasmin 09/04/2008 14:42

Les propositions de toto "dérangent" les aménagements bien huilés et exploités, sans doute depuis fort longtemps. Je comprends qu'il est inutile d'hurler avec les loups, ainsi que vous l'écrivez, toutefois rester ou devenir complices silencieux ne me convient pas non plus.Alors, comment faire Michel ?Il se trouve que quand je me promène sur le blog de Toto, je me sens réconfortée de lire quelqu'un qui voit les choses telles que moi. C'est que je me sens moins "cinglée".Moi aussi je mets un peu de couleur, pour vous suivre.

Incognitototo 10/04/2008 03:53



Ha, en plus je te sers de psychiatre, tu m'en vois ravi... oui, il y a vraiment des raisons de se demander si c’est nous qui sommes fous ou si nous vivons dans un
monde de fous… Je pense que la deuxième proposition est plus exacte… d'ailleurs, ce n’est pas d’être fou qui est important, le plus grave c’est de refuser de l’admettre… et c’est bien là où il y
a un problème. On ne peut pas espérer résoudre un problème sans d’abord admettre qu’il existe. Cette conscience semble de plus en plus s’évaporer dans notre société, au point qu’un chercheur
(dont j’ai oublié le nom) a diagnostiqué la baisse des névroses au profit des psychoses. Il y aurait, aujourd’hui, 40% de psychotiques (déclarés ou « dormants ») dans notre société.


Et je vous rappelle une définition simple de ces problèmes : le névrosé sait que 2 + 2 font 4 et ça le désespère, le psychotique est persuadé que 2 + 2 font 5 et ça
lui convient très bien comme ça…

À part ça, cela fait un certain temps que je voudrais écrire un article mettant en parallèle les comportements et les décisions politiques avec la psychopathologie et les névroses (dont nous
sommes tous constitués)… mais j’hésite, je me demande si cela pourra être suffisamment abordable et clair, et si cela ferait vraiment avancer le schmilblick…



Michel MARTIN 09/04/2008 12:16

@Jasmin, suite au commentaire 31C'est vrai que l'ambiance politique est pas terrible et ce n'est pas la faute aux joyeux commentateurs et commentatrices de ce blog (c'est mieux que compères et surtout commères ;-), mille excuses). N'empèche qu'il faut quand même tenir compte du fait que les médias vivent du scandale et de la rumeur, ce qui nous fausse quand même notre vision. C'est aussi un peu facile d'en rajouter une couche, de hurler avec les loups. Les propositions de Toto méritent certainement beaucoup mieux que l'audience qu'elles ont et il faut quand même prendre conscience que le fait de passer son temps à relayer les pourris leur donne (aux pourris) beaucoup d'importance et c'est toujours ça qui n'est pas utilisé pour relayer et discuter des propositions constructives. C'est à dire que la force de proposition qui est contenue dans ce blog me semble assez fortement amoindrie par la fatigue, le ras le bol  (compréhensibles et justifiés, ce n'est pas la question) de l'auteur, et que cette ambiance favorise les commentaires convenus sur les pourris, plutôt que des commentaires, des interrogations, des explications, des compléments, des illustrations sur le contenu (qui sont tout de même présents).

Incognitototo 10/04/2008 04:57



Oui, Michel, encore une fois, tu mets le doigt sur un phénomène qui ne t’a pas échappé… Alors que ce blog se voudrait essentiellement un lieu de
discussions de propositions pratiques, les commentaires tournent assez peu autour d’elles. Je ne sais pas bien à quoi cela tient, probablement beaucoup à la forme blog.
D’ailleurs, j’ai écrit dans l’introduction « J’ai pris le parti inverse en proposant des réformes et en les modifiant au fur et à mesure des apports convaincants que vous voudrez bien m'envoyer.
Mais, il faut dire que je n’ai pas vraiment le choix, puisque je suis limité par la forme blog, qui ne permet pas un vrai échange en profondeur en direct, comme dans les forums ou les Wiki…
J’aurais rêvé d’organiser ce blog en mettant un système de vote du type : pour / contre / pour avec tels aménagements / contre parce que / je ne sais pas… Mais ça dépasse largement mes
compétences informatiques… »
S’il était possible d’organiser chaque proposition comme un forum où on viendrait débattre, cela serait probablement différent ; mais encore faudrait-il que je puisse suivre, … ce serait un
boulot à plein temps…

Tu remarqueras par ailleurs que je me tiens assez éloigné de tous les débats ou avis qui animent la plupart des blogs politiques… Je me fous de savoir si Carla est une conne ou pas… si notre
président est bling bling ou pas… et de tous les jugements moraux et bien pensants qui animent la plupart de nos commentateurs politiques… Tout ça c’est du blabla, de la lutte d’ego, des
enfantillages pour savoir qui a la plus grosse ou qui est le plus beau ou le plus bien… et vraiment ça ne m’intéresse pas, c’est d’ailleurs pour ça que ma production est assez peu fournie ; je ne
vois vraiment pas quoi rajouter à ce que j’ai déjà dit pour commenter de l’actualité qui pour moi n’en est vraiment pas, tant tout ce cirque me fatigue.

La lassitude que tu pointes chez moi, tient à l’impuissance rageuse que je ressens à faire bouger réellement et concrètement les choses, tandis que je vois tout le convoi (avec nous dedans) se
diriger à grande vitesse vers le précipice. Alors, j’agite mes petits bras, je crie, je vitupère, j’engueule les conducteurs, je demande à ce qu’on change de direction, je propose d'autres
routes, … et le convoi continue à avancer imperturbable vers le précipice. Cela pourrait faire un beau cauchemar, mais ce n’est pas un rêve, c’est la réalité… cela se paye en misère matérielle et
morale, en gens qui souffrent, qui sont paumés, en tonnes de psychotropes et neuroleptiques pour que tous ces gens puissent continuer à fonctionner malgré leurs douleurs, … tout ça, pendant que
les paillettes, les strass et les sourires idiots continuent à faire l’essentiel des programmes de nos télés…de manière savamment
orchestrée, faut-t-il le préciser… « Polvere negli occhi » disait mon père (« poudre dans les yeux »), ou du « pain et des jeux » pour endormir le bon peuple, pour que personne ne pense à
demander à nos élus des comptes de ce qu’ils ont réellement fait pour honorer leur mandat, et non accessoirement leurs promesses, pendant qu’ils continuent à se nourrir sur la bête…
Oui, c’est vrai, souvent nous nous égarons dans nos commentaires… mais tu remarqueras également qu’avec ceux qui viennent sur ce
blog, nous n’avons pas de différends fondamentaux sur ce qu’il faut changer. À part Infree qui tient plus qu’à tout à son Sénat (je pense qu’en fait, il y lorgne une place pour sa retraite et
qu’en réalité, il n’a jamais lu mes propositions jusqu’au bout), le reste est tellement du « bon sens » que le débat serait presque artificiel… Alors, on cause d’autre chose et ça fait du bien
aussi.
Mais si tu veux lancer des débats sur les propositions, ça sera avec plaisir que je les accueillerai.


PS : c’est bien de rassurer Jasmin sur tes propos… elle n’est pas facile à apprivoiser, mais c’est toujours pareil avec celles qui ont un grand cœur, elles ont mal plus fortement et plus vite que
les autres… Alors, elles se protègent avec leurs griffes en avant…



Infreequentable 08/04/2008 12:02

@ Michel : Pourquoi on fait, je n'en sais rien en ce qui me concerne.Je me suis juste retrouvé face à une association qui faisait mais qui perdait autant d'argent qu'elle le voulait... Des "bonnes âmes" qui avait créé le "truc" se sentaient mal à l'aise de devoir mettre la main à la poche pour couvrir les découverts bancaires vertigineux et ont pensé que je pouvais peut-être trouver des solutions.J'y suis allé, juste pour voir et j'ai compris que le Président était impliqué gravement dans une paranoïa personnelle qui faisait qu'il avait dirigé la boîte de telle sorte qu'elle se casse la gueule, accumulant les maladresses et denni de gestion, tout en étant sûr qu'il ne pouvait pas déposer le bilan (c'est un avocat prestigieux).Bé je l'ai viré (entre juriste, on cause du même vocabulaire) pour me mette à sa place et j'ai mis au boulot la directrice (qui avant préparait déjà son chômage et sa pré-retraite).Là dessus je l'ai fait rêver à bâtir une chaîne de structures identiques. Du coup, elle y a cru et son personnel aussi. On a trouvé le "bon schéma" (taille/effectif, horaire/coût). Ce qui a épongé les découverts en un seul exercice et maintenant on se retrouve à la tête de 6 mois de trésorerie, dont on ne sait pas quoi faire !Enfin plutôt si : "les bonnes âmes" veulent me refiler les bâtiments pour encaisser les loyers à leur place...Comme je n'ai pas d'argent à titre personnel, on va donc utiliser le pognon qui traîne avec un montage juridique pas piqué des vers qui sera parfaitement légal (ça reste jusque là de l'argent pas à moi, mais je vais transformé ça sans sourciller et sans que ce soit un vol ou un abus de confiance : le plus difficile)J'en suis à voir le banquier jeudi prochain pour lui expliquer l'opération et savoir s'il va me suivre, puis à demander les autorisations municipales samedi prochain, au moins de principe, en leur racontant que ça ne coûtera rien à l'impôt communal tout en trouvant des solutions de garde des tout petits à une centaine de famille en plus dans ladite ville...Trois comme ça et j'aurai fait mon beurre et mes retraites !Comment ? C'est plus compliqué et mériterait une analyse du marché de la garde d'enfant. Gorsso modo et pour le moment, le smic est à 8,44 €/h. Comme je peux descendre mes prix à 6 €/h, il est clair qu'il y a un "gap" utile (en plus de la professionnalisation des "nounous").Mon principal concurrent, c'est l'Etat. A 8,44 € plus les charges, disons 10 € moins le crédit d'impôt attaché au service à la personne à domicile, pour peu que ce soit préfinancé par un CE quelconque, je ne tiens pas la distance pour un particulier.D'autant que cette mairie là refile 300 €/mois pour aider les familles qui n'ont pas de solution "collective" faute de place en structure.Ceci étant, quand une crèche municipale s'installe, elle coûte 12 €/h, reçoit 6 des familles et de la CAF et se tartine le reste sur l'impôt local (ce qui est nettement plus cher que 300 €/mois) !Donc, normalement, je vais pouvoir en refaire une autre sur la commune, voire 2... enfin logiquement, s'ils savent compter !Après, on fera peut-être de la franchise, mais je n'aime pas la formule, ou de l'aide à création (ça je préfère nettement mettre les gens face à leurs responsabilités... en citoyens libres et respectables).On verra bien !Il faut déjà que je franchisse le seuil de la deuxième structure : et ce n'est pas si simple puisque ça devient "politique" (même que De-La-Nuée m'a fait dire "merde" par sbires interposés sur Paris : lui il est adepte de ne rien faire, de n'autoriser rien sauf à ses copains, et encore, en faisant vivre une armée de cabinets d'études particulièrement coûteux qui font chier un max jusque sur la couleur des boutons de porte !)L'enfer est pavée de bonnes intentions et le paradis d'opportunités scabreuses !

Michel MARTIN 08/04/2008 10:25

@i2,Le service après vente, c'est pourtant bien ce que je te propose de faire, mais en le mutualisant! Si on veut que nos retraites soient couvertes, tu peux y aller. Des numéros dans ton genre, j'en redemande!Ton expérience crèches me semble mériter un peu plus d'attention, est-ce que ça ne vaudrait pas le coup que tu formalises un peu plus le commentonfait, le pourkoaonfait ..., un texte clair et complet. Tu pourrais aussi étendre sur les autres situations de dépendance ou de besoins sociaux.@Charly,Une réponse simple que j'aurais pu te faire: la participation directe aux activités sociales n'est pas en plus, mais à la place d'une partie de ton temps passé à ton job et globalement sans perte de salaire (on s'y retrouve sur les prélèvements, c'est juste un transfert, et si le mode que je propose est plus efficace (moins de paperasses), on est même gagnant).

Infreequentable 07/04/2008 10:37

@ Michel : c'est déjà mieux ! Plus clairement exprimé...Mais j'ai encore les cheveux qui s'électrisent tout seul en te relisant.Le lient n'est pas la "monnaie à sobriquet" dans ma pensée, mais bien un intérêt "parfaitement spéculatif".Ca marche mieux comme ça : la preuve, je m'y investis, que ce soit dans la formation à haut niveau qui ne rapporte pas un kopek ou si peu que j'appelle ça un impôt en nature (@ Charly : je forme des Master en fiscalité appliquée et des DRH europe en optimisations de prélèvements obligatoires), ou dans les quelques activités "sociales" auxquelles je préside (Crèches et jardins d'éveil) ou culturel (écoles de musique : actuellement deux alors que je ne sais pas faire la distinction entre un Do et un La !).Il faut un moteur spéculatif facile pour que ça marche. Et ça marche.Bon, pour la délégation de reproduction, je n'y avais pas pensé et je veux bien m'y essayer (même si je me suis déjà reproduit), mais je n'assume pas le "service après-vente", qu'on se le dise !

Charly 05/04/2008 20:58

Je vais aller faire un petit tour sur votre blog, puisque vous m'y invitez.Demain, à tête reposée, je reviendrai sur votre post. Là, malgré deux relectures, ...j'imprime pas.Une seule chose. Dans la France que nous vivons depuis un certain temps (30 ans au moins) ou que nous subissons, il n'est nullement question que je confie l'éducation de mes enfants à la Société. Certainement pas.  Bon WE à tous,    

Michel MARTIN 05/04/2008 13:04

@Charly,On pourrait avoir ce débat sur mon blog, je ne voudrais encombrer celui de Toto par des sujets qui sont en dehors. Mais jusqu'ici il a toujours eu l'hospitalité généreuse.Pour saisir ma proposition d'état providence participatif, il faut se placer à un niveau d'ensemble et sortir le nez du guidon (surtout si on se trouve dans la classe d'âge qui supporte l'essentiel de l'activité comme celà semble être ton cas). Concrètement, on pourraît avoir le choix, soit de déléguer les tâches sociales et cotiser fortement pour celà, soit d'y prendre part et c'est la solution que je préconise. Dans ce denier cas de participation directe, on peut alors dégager du temps sur le temps de travail sans perdre de salaire. J'ajoute que tout le monde n'est pas aussi occupé que toi et que le domaine social permettrait à bon nombre d'éviter de se désocialiser, la demande en main d'oeuvre est telle qu'il y aurait du boulot pour tous ceux qui le souhaitent de 16 à 90 ans.D'un point de vue macroéconomique ça peut tenir la route pour la raison suivante: quand on délègue, on cotise, ce qui donne lieu à une machinerie administrative qui consomme elle-même une bonne part de la cotisation pour un travail inutile. D'autre part, les heures transférées du domaine productif au domaine sociale induirait une diminution du chômage, donc là aussi diminution des prélèvements obligatoires, jusqu'où? C'est une bonne question.Ensuite, c'est une question qualitative, une question liée à une limite de la division du travail. Pour être plus clair, en forcant un peu le trait, est-ce qu'il te viendrait à l'idée de sous-traiter la procréation et l'éducation de tes enfants? Je pars du principe (arbitraire comme tout principe et toute classification) que nous gagnerions à clairement répartir notre activité selon trois principaux domaines: un domaine à dominante productiviste (biens et services standardisables), un domaine social (tout ce qui ne relève pas de la catégorie précédente et pour laquelle le gain de temps est secondaaire alors que la relation, le lien est premier) et un domaine affectif (la famille ou le groupe affectif de référence, dans lequel on inscrit notre histoire). L'idée de fond est que chacun participe à ces trois domaines fondamentaux et que la délégation soit l'exception, pas la règle.La mise en oeuvre de ces principes ne dicte pas automatiquement le type de politique menée, ces principes peuvent avoir une conduite plus ou moins libérale, plus ou moins autoritaire, le champ est libre (je préconise plutôt une conduite libérale, mais c'est mon point de vue, il n'est pas inscrit dans les principes d'état providence participatif que je défends).Une grande question que me pose souvent i2, c'est la valorisation de ce "bénévolat", pour que les gens soient volontaires dans notre monde individualiste. J'ai bien proposé une monnaie fondante qu'il dévalue tout de suite en la qualifiant de molle et autres sobriquets. Elle aurait pourtant bien des avantages, selon moi, là-dessus va faire un tour sur mon blog "toutes les archives" "monnaie fondante" http://solidariteliberale.hautetfort.com/monnaie_fondante/Amicalement.

Charly 04/04/2008 20:10

Trêve de dérision ou de plaisanterie.Une journée de travail fait approximativement 8h00.  Pour la plupart d'entre nous, il y a une famille à gérer : enfants, petits ou grands, pour des parents normalement constitués, occupent  quelques heures (matin et soir)Les tâches ménagères incontournables : repas, lessives, repassages, courses, toubibs, loisirs enfants, etc...Sur les 24h00 disponibles, moments de sommeil écartés, où allez-vous chercher encore du temps disponible pour le travail bénévole ?Pour vivre décemment et faire vivre sa famille, il n'est pas envisageable de considérer un travail à temps partiel. Déjà que le salaire d'un temps complet n'est pas fabuleux.Alors ? Comment comptez-vous vous y prendre pour associer les deux ? Sans rêver.

Infreequentable 04/04/2008 11:12

@ Charly : Il me semble que c'est l'idée sousjacente de Michel : http://solidariteliberale.hautetfort.com/Deux boulots pour tous : un pour vivre et mettre un peu de beurre dans les pâtes.L'autre gratuit mais à l'adresse d'autrui.A terme, l'action de l'Etat disparaît et tous les prélèvements obligatoires pour le financer tout autant.Une sorte de deal "gagnant/gagnant".Enfin, c'est ce que j'en ai compris : à Michel de développer, parce que pour le moment, je ne suis guère convaincu que ce soit la bonne façon de faire (et le pauvre, je reste cirtique à ses posts pour mieux qu'il perfectionne son sujet pour le moins intéressant).Car au fond, l'idée n'est pas si mauvaise, même si elle est sans doute trop "brute de béton" telle quelle.Mais chut, il ne faut pas lui dire, sans ça il pourrait ne pas l'améliorer !

Charly 03/04/2008 19:38

Infreequentable,Qu'entendez-vous par volontariat social ?

Infreequentable 03/04/2008 18:49

Biz à Jasmin au passage !

Infreequentable 03/04/2008 18:42

@ Inco : Il n'empêche, Michel a raison ! Avec un tant soi peu d'humour, on peut faire passer des messages bien plus puissants qu'avec de belles démonstrations rationnelles et parfaitement étayées."Mein Blok" en est l'illustration depuis que j'ai enfin réussi à mettre ça en oeuvre (et pourtant, j'ai un "sens de l'humour" parfaitement iconoclaste qui déroute bien souvent : mais iconoclaste, c'était déjà pris comme nom de blog), tellement il monte en puissance régulièrement (il est probable qu'il dépassera les 20.000 connexions/mois et les 60.000 pages lues/mois d'ici à fin avril, beaucoup plus que les 12 premiers "d'exploitation"... C'en est presque indécent !). Chacun de vos commentaire à toi, Jasmin et à Michel et d'autres sont donc importants, même si on doit se "combattre" pour faire encore plus "vrai" (et puis c'est dans ta nature et la mienne, Inco, de se bagarrer, donc on ne force pas notre naturel).Globalement, tes propositions sont claires, mais "imbuvables" telles quelles. C'est tout autant vrai de Jacques Heurtault qui a en plus le "travers" d'avoir des "idées fixes", mais alors bien encrées même quand elle sont stupides.A mon sens, il faut partir de la "mise en dérision" de ce qui existe, évoquer, et à peine évoquer des solutions (en disant bien haut qu'elles sont tout autant dérisroires) et l'idée passe bien mieux...Mais ce n'est que mon point de vue de "nul" !Enfin pas tant que ça quand même : je pratique à peu près comme ça en entreprise (à redresser, Charly, toi qui est "neuf" ici), mais avec d'infinies précautions !Un patron parachuté pour sauver une boîte et ses emplois, ça a une réputation de sabreur (ce que je ne suis pas : en 20 ans de bourlingage, je n'ai à mon "actif" que 4 licenciements et 4 mises en retraite anticipée, et encore, souhaitées).Passé la difficulté des a priori, en se mettant à l'écoute des mecs qui sont là souvent depuis des décennies et savent bien mieux que toi les contraintes de leur métier derrière leur machine, quand tu les mets à se poser des questions à eux-mêmes, ils trouvent tout naturellement des solutions d'amélioration.C'est génial, parce que venant d'eux, l'idée qu'ils balancent à toutes les chances de fonctionner, parce que ça les valorise et les sécurise. Et ça fonctionne mieux que si c'était descendu d'en haut par voie hiérarchique (puisque là, ils seraient fait un plaisir de se déresponsabiliser en te crachant à la tronche en plus... et ils auraient eu raison) : J'ai appris ça très tôt en entreprise quand mes boss me faisaient faire des choses pour lesquels je n'étais même pas formé (construire un entrepôt automatique de 2 hectares par exemple, moi le fiscaliste/expert-comptable qui ne savait même pas l'utilité d'un géomètre ; faire des achats à l'importation, moi qui maîtrise comme une courge l'anglais des affaires... Gérer des toubibs, moi qui m'effondre à la vue d'une aiguille hypodermique, redresser une école de musique, moi qui ne sait pas distinguer un do d'un la, etc...)Quand ça "merde" et que c'est leur idée, ils sont les premiers à tout faire pour corriger, alors que toi tu n'avais aucune idée de la solution possible à leur problème...Je crois qu'il faut faire de même pour la "chose publique". Quand une idée ne marche pas, il faut redonner la bride sur le cou en comptant sur la qualité des mecs qui y rament tous les jours.C'est à mon sens ce qu'on appelle l'état de grâce. Un chef tout nouveau, il fait ce qu'il veut pendant 6 mois. Et au premier tournant, l'idée est sabotée et tout le monde va au mur en disant, "je l'avais bien dit !".Après, le mec n'a plus de légitimité et chacun repart dans sa direction : c'est comme ça que ça fonctionne depuis le référendum de 1969 en France en goinfrant tous les carriéristes, alors que la gestion de la chose commune devrait être bénévole.Faut vraiment revoir ce schéma là. Et la bonne idée est peut-être celle de Michel et de son "volontariat social".Tu ne l'exprimes pas comme ça Michel, mais c'est sans doute ça qu'il faut arriver à mettre en place, n'est-ce pas Charly.J'entends, comme je ne sais plus quel ministre, dans le temps, on avait 10 % de libre dans les bahuts (les lycées) La réforme Fontanet je crois...Dans le temps, on consacrait 1 an à la défense de la patrie (oui, enfin...).Pourquoi ne pourrions pas consacrer une demie-journée à la chose publique ?J'ai bien vu mon père faire juge au tribunal de commerce un jour toutes les 2 semaines gratuitement (et bosser les week-ends sur ses dossiers consciencieusement), juste pour la gloire et participer à éliminer les salopards qui régnaient sur l'institution  et la détournait à leurs porfits (il en est d'ailleurs mort...)Alors Michel, pourquoi pas ton idée pour tout le reste : on ne manque pas de compétences dans ce pays quand même !Bien à vous tous !I²

jasmin 03/04/2008 18:27

@ IncoMais je suis très calme mon doux Inco. Seulement, surprise des mots "compères" et "commères" repris dans le commentaire de Michel Martin qui ne m'avait pas habituée à ce style de propos. Et je lui en fais part.En ce qui concerne le mot "commère", il y a peut être un sens second qui m'a échappé ?Mais c'est évident que les propos expressément ironiques, tournés à la dérision, voire féroces doivent en  "agasser" plus d'un qui viendrait prendre place ou juste passer dans ce salon.  @ Michel MartinJ'aimerais vraiment avoir confiance en nos politiques ou les considérer plus positivement. Comment voulez-vous que ce soit possible ou envisageable ?Un exemple : la réforme des régimes spéciaux de retraite. Fort bien. Il est urgent de réformer. Sauf que nos "politiques" se sont concocté un régime de retraite tout à fait particulier et enviable par tous les Français,  auquel il n'est pas question de toucher.Alors, que ces gens là commencent par donner l'exemple, pour ce cas précis, mais pour tant d'autres tout aussi inacceptables. Les politiques, sauf peut être à l'échelon local (petites municipalités), font ce qu'il faut pour être détestés de la population. Est ce la faute des compères et des commères Michel ?

Michel MARTIN 03/04/2008 16:43

@Toto,Bon, tant pis, je t'ai donné mon point de vue et je vais continuer à venir régulièrement te lire, ainsi que les commentaires.@Jasmin,Vous ne me gènez pas et je n'ai rien contre le sarcasme, l'ironie, la polémique... mais il faut bien appeler les choses par leur nom. Toto a très bien compris que je lui donnais mon point de vue sur la question qu'il se pose souvent de l'efficacité à convaincre de ses propositions. Vous êtes invitée à venir sur mon modeste blog et raconter ce que vous voulez, une petite visite, ça fait toujours plaisir, si c'est pas quand on arrive, c'est quand on part (désolé, je n'ai pas pu y résister, celà fait partie des classiques lyonnais).@CharlyBen les 2 mon capitaine!

Charly 03/04/2008 14:10

Michel MartinJe ne vous connais pas et vous demande très sérieusement sur lequel des deux blogs suggérés comptez-vous vous exprimer ?IncognitototoNon, non il ne s'agit pas de passer un examen avec permis à la clé. Quand je parle de "maturité politique", je pense très précisément à la faculté d'analyse et de recul qu'il faut à un électeur avant de se prononcer.  Je peux comprendre que ceci vous heurte. 

Incognitototo 03/04/2008 15:11



Mais, ça ne me heurte pas du tout, Charly. C’est une vraie question… Je viens encore, d’en avoir un exemple patent dans le 20ième
arrondissement où les électeurs ont préféré suivre comme des brebis hypnotisées, la représentante, incompétente et parachutée, de Delanoë, alors que leur maire sortant n’a jamais démérité et
proposait une alternative constructive.

Oui, les critères de choix des électeurs sont assez étranges… et c’est pourquoi, j’ai placé en première ligne de mes propositions, une grande réforme institutionnelle pour pallier aux perversions
de nos systèmes actuels… Bien évidemment, on ne peut pas compter sur nos politiques actuels pour changer le système qui les nourrit, alors la question de « comment on fait pour changer le
système » reste posée.

Bien amicalement.



jasmin 03/04/2008 14:01

@ Michel MartinBin mon vieux ! Si on vous dérange,  vous au moins  nous le faites savoir. Bah, personnellement je n'irai pas vous ennuyer.Vous avez signé un pacte avec la politique ou vous en êtes déjà  ?  Que c'est beau ! 

Incognitototo 03/04/2008 15:01



Holà, ma Jasmin, du calme… On ne peut pas en vouloir à Michel de se poser des questions sur l’efficacité de mes (nos) propos…

Ça reste, d’ailleurs, un vrai problème, toujours pas résolu… mais, personnellement, je pense que la stratégie « Dalaï Lama » a ses limites, et je n’ai jamais été un non violent.

Il faudra bien qu’un jour tous ceux qui nous regardent de haut entendent les cris…

Biz à toi.



Michel MARTIN 03/04/2008 10:25

@tous et en réaction à Luc.Je partage l'impression générale ressentie par Luc que donne ton blog, Toto, de dégoût de la politique qu'on ressent à le lire, alors que bien entendu, il ne s'agit que d'un dégoût d'une partie du personnel politique. Mais on a bien l'impression, si on se laisse un peu aller qu'il faille jeter le bébé politique avec l'eau du bain (l'addiction à la société du spectacle et à la lutte des places). Toto, je vais te donner un conseil, qui n'engage que moi, afin d'être plus audible: fais 2 blogs: un pour tes propositions exposées le plus simplement (où tu excelle) et le plus sobrement possible (c'est à dire en en sortant la question des pratiques politiques qui polluent tes excellentes propositions et peuvent aboutir à leur rejet instinctif par tes lecteurs); et un second où tu pourrais analyser toutes les pratiques et les personnages pourris qui te hantent(éventuellement avec la complicité d'I2 et des autres compères et commères qui sont très doués pour ça).Amicalement.

Incognitototo 03/04/2008 14:51



C’est drôle, Michel, encore hier soir, une vieille amie me disait que le ton de mes articles leur enlevait beaucoup de force et que je devrais
plutôt traiter cela avec humour…
Et je ne savais pas quoi lui répondre… faire semblant que tout ça n’est pas grave ? Faire semblant que ce n’est pas le présent et l’avenir de tous qui est en jeu ?…

Compte tenu de l’immobilisme de nos politiques et de l’Europe, quand on prévoit que d’ici 20 ans , nous n'aurons plus de protections sociales, que ce sont les Chinois qui devrons nous envoyer une
aide alimentaire (si nous les intéressons encore…), qu’ils seront propriétaires ou contrôlerons la majorité des gisements de matières premières, qu’ils auront une telle puissance monétaire qu’ils
pourront mettre à genou n’importe quel pays (USA et Europe incluses), et qu’ils auront probablement repris Taiwan sans que personne ne bouge le petit doigt, … c’est difficile de rester calme…
Il y a le feu et ce n’est pas dans ma nature, de rire ou de rester calme, alors que je ne vois rien bouger…

Alors définitivement non ; le ton professoral, posé et objectif (seulement d’apparence), je laisse cela à nos « élites » qui savent très bien baisser "pudiquement" les yeux pour ne
pas voir les bidonvilles qui se réinstallent un peu partout, alors qu’ils avaient quasiment totalement disparu à la fin des années 70…
Et pour les 2 blogs, il y a une autre raison à l’impossibilité, c’est que j’ai déjà du mal à en gérer un, alors 2, c’est au-dessus de mon temps disponible…

Amitiés itou.



Infreequentable 01/04/2008 18:26

Charly, voilà la bonne question !Et son corrolaire : sont-ils mûrs pour la dictature ?Cintra que d'assumer son destin démocratique...@ Michel et Inco : Il me semble que la politique, c'est d'abord la gestion la chose commune, tellement commune à tous qu'elle en sort de la sphère privée pour devenir publique.Res Publica des latins donne République de gaulois.Le reste, ma foi, c'est de la cuisine !

Incognitototo 03/04/2008 02:57



Heu... "Chose commune", ça c'est la définition de base... tu crois vraiment que c'est encore ça ? C'est plutôt devenu de la gestion de carrières
personnelles et de places au chaud, ... avec notre argent commun, je te l'accorde... et c'est tout ce qu'il reste de commun dans cette affaire ; d'ailleurs une fois dans leur poche cet argent
n'est même plus commun...



Charly 01/04/2008 15:16

Les électeurs ne s'en accommodent pas mais ils n'ont pas l'éventail souhaité. Le pouvoir est  savamment verrouillé.Est ce que les électeurs sont nantis d'une maturité politique ?

Incognitototo 03/04/2008 02:47


Heu... à priori, non... mais on ne peut pas être démocrate et penser en même temps qu'il faudrait un permis de voter...


Michel MARTIN 31/03/2008 16:23

J'aime bien Fernando SAVATER quand il parle de politique et d'éthique (il y a d'ailleurs une confusion avec les comités d'éthique qui sont en réalité des comités politiques puisqu'ils ont une influence directe sur les institutions):  « (la politique et l’éthique) sont des façons de déterminer notre comportement (c’est à dire l’emploi que nous allons faire de notre liberté), mais l’éthique est avant tout un point de vue personnel, que chacun adopte en considérant uniquement ce qui peut rendre sa vie meilleure à un moment donné sans espérer convaincre les autres que c’est le bon moyen de vivre mieux, et le plus satisfaisant. En éthique, on peut dire que ce qui importe c’est être en accord avec soi-même, et d’avoir l’intelligence et le courage d’agir en conséquence, ici et maintenant : s’agissant de ce que nous voulons, il ne peut être question d’ajournements ; la vie est trop brève, et l’on ne peut sans cesse remettre le meilleur au lendemain...L’attitude politique, en revanche, vise un autre genre d’accord, l’accord avec les autres, la coordination et l’organisation, entre de nombreux individus, de ce qui affecte la plupart d’entre eux. Mes idées morales n’ont à convaincre que moi ; en politique, il faut que ma pensée puisse convaincre les autres ou que je puisse me laisser convaincre par la leur...
En résumé : si les effets d’une action morale qui ne dépend que de moi sont, pour ainsi dire, à portée de ma main, en politique par contre, il me faut tenir compte de la volonté de nombreux autres, si bien que les «bonnes intentions » ont souvent bien de la peine à se frayer un chemin et que le temps, qui peut faire échouer ce qui avait bien commencé ou ne jamais nous apporter ce que nous attendions, y est un facteur décisif. Sur le terrain de l’éthique, la liberté individuelle se résout en actions, alors qu’en politique il s’agit de créer des institutions, des lois, des formes d’administrations durables... mécanismes fragiles qui se dérèglent facilement ou ne fonctionnent jamais tout à fait comme on l’espérait..."

Incognitototo 31/03/2008 23:43



Bonjour Michel,

Pas mieux… à une exception près. Je me demande quel est le niveau moral et éthique de la population pour qu’elle soit capable de réélire des Balkani et autres filous… ou quand des gens comme
Voynet ou Mamère s’assoient sur les statuts de leur parti en acceptant pour eux le cumul des mandats…
Cette géométrie variable de l’éthique est quand même un mystère, mais c’est encore plus incroyable de constater que les électeurs s’en accommodent fort bien et ne sanctionnent quasiment jamais ce
genre de comportement.

Je vais radoter… démocratie bien malade…

Amicalement.

Toto



Charly 25/03/2008 17:44

Je pense qu'il faut marquer la différence entre "politicien" et "Homme d'Etat". Il manque cruellement de ce dernier.Mais pour faire plaisir à Jasmin, Luc, Incognitototo, j'ai trouvé la citation suivante :"La politique, ça doit sentir l'andouillette. Un peu la Merde, mais pas trop"(Auteur : Edouard Herriot, Président du Conseil , 1925)

Incognitototo 27/03/2008 12:24



Tout à fait d’accord Charly !!! Une absence abyssale d’hommes d’État qui nous conduit à trouver que la façon de faire de la politique,
aujourd’hui, a d’insoutenables relents d’odeurs de fosse septique…

Si encore à l’issue du processus de décomposition, il en ressortait une eau propre, ça serait bien… Mais là ça pu toujours autant… Quelque chose
est détraquée dans le système d'épuration... car, la démocratie est malade et même moribonde...



jasmin 25/03/2008 17:14

@ LucCe qui pourrait surprendre aujourd'hui les jeunes et les moins jeunes, c'est la lecture des commentaires de grands Auteurs ou autres Grands Politiques sur...précisément la politique, son Art et son Exercice.Remontez dans le temps, et,  si vous en avez (du temps) laissez -vous porter par les critiques virulentes voire sans la moindre complaisance de ces auteurs à l'encontre de leurs contemporains qui s'essayaient ou s'installaient au Pouvoir.Non, la politique en elle-même n'est pas de la "merde" et il ne me semble pas n'avoir jamais lu pareils propos sur ce blog.Toutefois il n'est pas interdit de se poser la question sur ceux et celles  qui l'exercent, ni d'émettre des avis.C'est génial qu'à 18 ans, vous nous rejoignez ici.Moi qui suis "vieille" le soir à la candelle, assise auprès du feu, dévidant et filant....j'ai mis des mois à lire à peine la moitié seulement des 400 propositions d'Incognitototo.  Sur de nombreux articles, je suis revenue plusieurs fois.Installez-vous et bienvenue Luc. 

Infreequentable 25/03/2008 10:22

Je ne sais pas encore comment, mais on va y arriver !J'aurai trop honte de laisser un pays comme le mien, dans l'état où il se trouve, à tous mes successeurs.Inco propose, pour ma part, je dénonce... par petits bouts (avec des "S", parce qu'ils sont nombreux) !On arrivera bien à se rejoindre au bout du compte, LUC !

luc 24/03/2008 21:07

Bonjour a tous , je suis assez jeune 18 ans je pense que vous etes un peu plus agées et mieux informé que moi sur l actualité politique Mais ce qui me choque le plus c est le fait que vous etes tous plus ou moins du meme avis c est a dire que la politique d 'aujourd'hui c est de la merde ... car il so tous egoiste la haut et ne pause qu au pouvoir et l argent dont il n 'ont meme pa la notion . et pourtant vous arrivez a entre vous vous lancer des piques au lieu de réfléchir aà des solution tous ensemble ( ce qui d ailleurs manque un peitit peu a ce blog car vous avez l air tous capable voir tres capable de les trouver )prenez en consideration ou pas ce que je dis ,c est bien de pauser les probleme mais il faut aussi trouver, ce qui n est d'ailleurs pas le plus facil . merci a tous de vous soucier de ce qui se passe et de ne pas laisser couler comme beaucoup d autre le fond ...

Incognitototo 25/03/2008 00:04



Bonjour Luc et bienvenue,

Je ne pense pas que « nous » disons que la politique soit de la merde, au contraire, si nous discutons, c’est bien que nous avons une haute opinion sur sa fonction… ce sont plutôt les
hommes et les femmes politiques qui sont décevants… Pas un (à part de rares exceptions qui ne font pas la une des médias) qui n’ait menti par calcul, pas un qui soit en cohérence avec ses dires
et ses convictions, pas un qui ne se soit pas compromis dans le seul but de garder sa place… bref, pas un (ou pas beaucoup) qui nous donnerait envie de militer pour lui ou elle…
C’est très différent de ta perception…

Quant aux propositions concrètes, cherche bien, il y en a plus de 400 sur ce blog, c’est même son objet principal… et sans avoir les chevilles qui enflent, je pense qu’elles sont d’une autre
portée pratique que le salmigondis d’Attali par exemple… Seulement, tu ne les verras jamais dans les programmes de nos politiques ou seulement de façon partielle, car elles bouleverseraient trop
les potentats qui gouvernent la France d’aujourd’hui…

Courage, personne ne laisse tomber, mais il faut bien avouer que les appareils sont tellement verrouillés qu’on peut se demander qui arrivera à débloquer tout ça.



Infreequentable 14/05/2007 10:29

@ Inco : ARF !

jasmin 13/05/2007 12:46

Vous venez d'afficher le pire : vous ne savez pas lire.
Dommage.

Au revoir Judy et bon vent.

Incognitototo 13/05/2007 19:38

Bon... et si on sifflait la fin de la récré ??? Avant qu'une furieuse envie de censure ne me saisisse...Arf, Sarkosy déteint déjà sur moi... au secours...

judy 13/05/2007 12:28

je vous retourne le commentaire, si vous preniez le temps de voir que le "je n'ai rien d'autre à redire" est lié à ce que je dis ensuite sur vos réponses, autrement dit, puisque visiblement vous extrapolez, vous auriez vu que je disais cela en partie par rapport à vos réponses à mon commentaire "fracassant" (boouuuh). Une ligne sautée, et la suite de la phrase concerne explicitement vos réponses et non le blog lui-même.

jasmin 12/05/2007 21:52

Vous extrapolez Judy.
Vous n'avez pas lu, ni en long ni en large, sinon vous n'auriez pas fait une entrée aussi fracassante !
Si vous avez besoin d'aide, je peux vous aider à trouver un calmant.

C'est quoi ce ton péremptoire ?

Le "...j'ai rien d'autre à redire" dans votre dernière intervention, laisse peu d'espoir à un éventuel débat, qui est l'essentiel de ce blog. Mais encore faut-il prendre la peine de se poser.

judy 11/05/2007 19:23

Bah je n'ai pas lu le blog en entier, mais cet article m'a laissé entendre cela.
A part ça j'ai rien d'autre à redire, enfin si quand même, "les deux seuls qui avaient une vision restent NS et FB", pour bayrou je n'appelle pas ça une vision, au contraire c'est même de la "non-vision", et pour sarkozy, franchement si c'est pour avoir une vision comme celle là autant n'en avoir aucune. 

Infreequentable 11/05/2007 18:15

Et je rajoute, Judy, mais c'est une opinion personnelle, que la "vision du chef" chez Bayrou, même ses potes ils ne la voient pas bien encore ! Ce n'est pas très emballant, tout ça !
Quant à toi, Inco, il va falloir que nous procédions autrement : à l'UMP, j'avais fait pareil en 1995 et avant encore. Pour finir par comprendre que je n'étais même plus invité au "petits fours" des soirées entre copains, tellement je les emmeerdais !
Alors depuis, je change d'ordinateur de temps à autres et je blog comme toi !

Infreequentable 11/05/2007 09:54

On a voté, Judy !
Et on n'attend pas tout d'un pédégé : juste qu'il ait une "vision", c'est déjà beaucoup ! Et tu as raison, les deux seuls qui avaient une vision reste NS et FB ! Mais le second n'a pas su la partager parce qu'elle était encore floue, pas mâture.... D'ailleurs, à mon avis, il ne sait toujours pas laquelle il a lui-même. (Pas comme Le Pen, mais de celle-là, on en veut pas pour être aussi héritiers, tous, d'un passé et d'un Histoire longue et coûteuse qui remonte à l'empire romain !)
Pour le reste, le pédégé il ne peut rien faire sans une majorité (qui sera peut-être plus courte qu'on ne le pense : mais je n'y crois pas trop ! Le Pays reste "légitimiste" et les co-habitations, il en a soupé).
Je veux dire par là que même dans une entreprise, c'est pas parce que le chef est désigné par les salariés qu'on peut en faire un leader et que la boîte ira mieux. Souvent les freins sont aux pieds des machines, tout simplement parce que les gens ne savent plus ou ont oublié pourquoi ils faisaient des tâches débiles et fatigantes !
Point barre ! Alors la "vision du chef", finalement ils s'en tapent du moment qu'ils sont payés en fin de mois ! C'est comme ça et il faut aussi faire avec.

Incognitototo 11/05/2007 16:04

??? Judy ???« tous pourris ???», certainement pas sur ce blog, fréquenté par des citoyens de tous horizons et de toutes tendances ou obédiences politiques… et qui sont tout, sauf blasés, parce que sinon, ils ne se donneraient pas la peine, de prendre du temps et de réfléchir pour trouver des solutions… Mais peut-être que le « ton blasé » qui peut apparaître est dû à l’hyperréalisme sans parti pris, qu’il me semble nous partageons tous…c'est notre valeur commune, pas de mensonges entre nous, même pour défendre celui ou celle pour qui nous avons voté...« quand, on a lâchement refusé de le faire changer, quand on s'est renfrogné dans sa médiocre frustration de petit mortel ???», … et un petit calmant ça lui ferait pas du bien ? Il ne faut pas parler sans savoir… Ça fait 20 ans que je propose des solutions à nos dirigeants politiques, sans aucun retour et je ne suis même pas lassé de cette attitude plus que méprisante… Depuis un an et demi, j’ai envoyé 20 contributions au PS, 10 à l’UDF, et je n’ai jamais même reçu un accusé de réception !!! Alors à qui la faute ???Pour le reste, il me semble que notre ami Infrequeentable vous a répondu et c’est tant mieux, car je ne comprenais pas ce que vous vouliez dire…Bien cordialement.

judy 10/05/2007 18:49

vive les blasés dis donc! Je ne sais pas qu'est-ce que vous attendez d'un président, si ce n'est le messie on dirait. C'est facile de remettre en cause des chiffres, mais ne faudrait-il pas plutôt regarder l'idée qui est derrière, enfin quand le sujet s'y adapte plus. Surtout que les chiffres sont quasiment invérifiables tant il y a de sources différentes.
Mais si le discours c'est "tous pourris" comme j'ai cru le comprendre il fallait voter bayrou ou mieux encore le pen !
Ne faut-il pas tendre vers le meilleur, au lieu de tout attendre d'un président, au lieu de s'abstenir aussi parce que c'est trop facile et à partir du moment ou il y a bipolarité il me semble que l'on peut choisir tout de même. Alors il faudra pas se plaindre maintenant, on ne peut pas critiquer le résultat quand on a lâchement refusé de le faire changer, quand on s'est renfrogné dans sa médiocre frustration de petit mortel.(enfin je dis ça au cas ou vous n'auriez pas voté au second tour).

Infreequentable 07/05/2007 15:11

C'est exactement ça : un équilibre humain, comme tu dis ! En 2040, les "seniors" du baby-boum auront 90 balais ! Il devrait y en avoir moins que ce qu'on nous promet aujourd'hui avec leur départ en retraite !
Maintenant Inco, réfléchis deux secondes et dis-toi qu'un "senior" coûte jusqu'à 5 fois plus cher (actuellement et en moyenne d'après la CNAM) à la branche soins de l'assurance maladie (hors les IJ, ça réduirait l'écart de 1 à 3, mais je n'en suis pas sûr) qu'une personne en activité !
Alors, le "petiot déficit" de de 5 à 11 Md€ annuel actuel, ça restera comme d'un âge d'or devenant inaccessible pendant deux bonnes décennies si nous ne trouvons pas de nouvelles ressources, c'est deux problèmes qu'il faudra régler en même temps !
Quel que part, je te rappelle donc que les deux choses sont liées : jusqu'en 1970, la CNAV et la CNAF payaient pour la CNAM via divers siphonages. En 1972, c'était l'inverse (sous Pompidou) : la CNAV servait pourtant 1 pension pour 1,2 cotisant. Puis la situation s'est redressée (effet des classes creuse de la première guerre) pour cause d'arrivée des babyboumeurs. Puis elle s'est dégradée lentement pour raisons de reflux économique... Il a fallu Rocard pour inventer la CSG, pas tout à fait 20 ans plus tard. On n'a pas attendu très longtemps pour l'enfler et inventer la CRDS.
Demain, on va te coller une TVA sociale, toujours pour éviter de creuser les déficits de la CNAM qui vont aller en grandissant et celle de la CNAV qui est bien plus monstrueuse ! Le risque est aussi que la CNAF soit asséchée alors qu'elle a su créer un besoin immense (politique PMI, planing familiale, crèches, jardins d'enfant, soutien au ménage mono parentaaux etc.). Tout cela risque de disparaître...
Bref, tout est (partiellement) lié, mon ami ! On ne peut plus se permettre de traiter d'un seul type de risque à la fois.

jasmin 05/05/2007 22:59

Non, non Inco...rassure-toi, je ne confonds pas.

J'évoque LA réforme des retraites qui n'a jamais vu le jour en France...depuis les dizaines d'années que le système par répartition est dénoncé...

Je ne sais plus qui avait dit : "l'immobilisme est en route et rien ne saura l'arrêter".

jasmin 04/05/2007 20:14

Infreequentable,

J'ai comme un doute sur 2030. Rien, strictement rien n'a été fait à ce jour en France pour tenter d'équilibrer "financièrement" les caisses de retraite.
Tu sais sans doute le temps que peut et va prendre une telle réforme.

MAIS...est ce que ceux qui avancent ce chiffre parle d'un éventuel équilibre financier ou évoque à peine masqué, voire passe sous silence, un éventuel et nouvel équilibre "humain".
C'est une manière comme une autre d'équilibrer n'est ce pas ?

Incognitototo 04/05/2007 21:51

Est-ce que vous ne confondez pas, tous les deux, le cumul des déficits de toutes les branches sociales maladies et autres qui ont été affectées sur la CRDS qui court jusqu'en 2032 pour le remboursemnt de la dette !!! Et qui de mémoire est de 64 Md€... Une paille pour les générations futures et notre porte-monnaie actuel... A part que comme le déficit se creuse de 5 à 11 Md€ tous les ans, on ne purgera jamais la dette...

Infreequentable 04/05/2007 17:42

Tu as raison Jasmin : ce chiffe est faux ! Ceratins prétendent que c'est en 2030 qu'on retrouve un équilibre des régimes de retraite.
Je constate simplement qu'on l'expliquait en cours de droit de la Sécu dans les années 70, ce que personne ne retenait de Debré (Michel, pas les deux autres couillons) : en 2010/2020, nos régimes seraient en faillite !
Mon prof s'appelait Jean-Jacques Dupeyroux et était plutôt taxé de gauchiste !
Mais bon, ils devaient sans doute avoir tort...
Malgré l'afflux d'étrangers désirés pour venir compenser le manque de main-d'oeuvre ambiante de l'époque (chômage réduit à 2 ou 3 % crois-je me souvenir : c'était encore le bon temps ou Marchais swtigmatisait les 500.000 chômeurs comme d'un scandale !)

Jasmin 04/05/2007 13:37

....attention il s'agit de 16% d'électricité consommé dans le monde.

Incognitototo 04/05/2007 14:11

Oui, c'est exact, c'est la même distinction que pour les chiffres français... 17 % de l'énergie électrique consommée, mais seulement 2 % de la consommation énergétique totale... Il y a encore beaucoup d'endroit ou on se chauffe au bois ou à autre chose, par exemple... Dans la série mauvaise prémisse du débat, c'est la même distinction qu'il faut opérer, par ailleurs, quand on parle des pollutions émises par les transports (de marchandises inclus), qui ne participent qu'à 5% dans le réchauffement climatique et les émissions polluantes totales, mais à 20 % pour les émissions de CO2, ce qui reste très marginal pour nos problèmes de pollution.... et ne nécessitait pas que "Notre-Drame de Paris" nous fasse dépenser 1 Md€ pour un résultat qui a aggravé la situation, alors qu'en ne faisant rien cela se serait amélioré bien mieux, avec la seule évolution technologique des véhicules...

Jasmin 04/05/2007 13:28

Est ce que tu peux vérifier Inco

Je viens de lire sur "planète-énergies.com" que l'énergie nucléaire représente 16 % de l'énergie "consommée" dans le monde, mais 2 % de l'énergie "primaire".

C'est ce que je pensais savoir....sauf que j'ignorais le chiffre de 2%

Bisous.

Jasmin 04/05/2007 13:18

Qui est ce qui peut prévoir ce qui devrait se passer en 2040 ?

Tous les chiffres qui avaient été annoncés vers 1980/1985 concernant, entre autres, la population mondiale en 2000 ou 2010, se sont révélés faux. Revus largement à la baisse aujourd'hui.

Pour l'énergie nucléaire, je n'ai pas compris la même chose que toi Inco....
J'ai dû aller faire pipi au mauvais moment.
Pardon si j'ai fait erreur.
La prochaine fois, je sais ce qu'il me reste à faire.

Mais je suis bien contente que cette campagne soit ENFIN terminée, parce que je sature de toute cette comédie.
Quel que soit le vainqueur, et dans le meilleur des cas, il ne faut pas imaginer que quelque chose va se passer dans les cinq ans à venir.
C'est absolument désolant.


Infreequentable 04/05/2007 12:29

S'il n'y avait eu que sur le nucléaire qu'ils racontaient que des çonneries ! Lamentable...
Pour un CDR, tu as raison : il faudra quand même payer tôt ou tard. Mais au moins on saura combien : là encore, les chiffres touchent à l'absurde du simple au décuple selon la façon de présenter la chose : partir d'un montant certain et en étaler le finacement, c'est mieux que de partir de n'importe quoi pour finir par dire qu'il n'y a pas de problème jusqu'en 2020 !
Il s'est foutu de notre tronche, ce soir là ! C'est à partir de 2010, date du retour devant le législateur, que les vrais problèmes vont commencer...
Et jusqu'en 2040, époque prévisible d'un retour à l'équilibre structuel : c'est déjà inscrit dans les courbes de la natalité et de la démographie : incontournables !

jasmin 04/05/2007 08:04

Oh que j'aime ce fil !

...et de citer des chiffres qui n'en sont pas, tels les 17% de l'énergie nucléaire que Madame Royal a envoyé, "courroucée", à la tête de Mr. Sarkozy.

Affligeant.
Elle doit être vraiment très fâchée avec le nucléaire, parce qu'elle raconte n'importe quoi.
Mme Royal a été soit mal informée, soit s'est mélangé les pinceaux. Il s'agit de consommation nucléaire mondiale et non française.

Pauvre France....

Incognitototo 04/05/2007 11:05

Désolé Jasmin, ils avaient tous les 2 tort... La part de la production du nucléaire dans l'électricité n'est ni de 17% (SR) ni de 50% (NS), mais de 78%. Le chiffre de 17% correspond en fait à la part du nucléaire dans la consommation totale d'énergie en France (ce que SR a omis de préciser). Quant au chiffre de 50% (chiffre avancé par NS), il ne correspond à rien dans le domaine de la consommation de l'énergie !!!Oui, affligeant... mais, pour les deux...Quant à la part du nucléaire dans les énergies consommées, elle n'est que de 2 % pour le monde entier !!!

Infreequentable 03/05/2007 18:41

Ah ! Autre chose... Pour passer mes nerfs dont je savais qu'ils allaient être mis à rude épreuve, j'ai dépassé le stade des "storia corsa" et te fais de jolis papiers sur les "conséquences fiscales de l'activité coïtale en France" au sens large : petit résumé de l'imposition des personnes, mécanismes simplifiés, des personnes physiques et morales (qui "coïtent" aussi) sans aborder les problèmes d'assiette !
Ca détend !

Infreequentable 03/05/2007 18:37

Excellent ressenti : J'ai eu le même ! Nullité absolue du débat sur les propositions, flopée démagogique ! Lamentable. Jusqu'à inventer un corps de fonctionnaires chargé de raccompagner d'autres fonctionnaires.... Et les premiers, ils seront raccompagnés par qui, à pas d'heure ? On va finir tous par être payés pour raccompagner des gens qui ont fini d'en raccompagner d'autres ! Gag !
Reste cette analyse lue sur un blog : "Mamounette est bizarement faite pour dialoguer à deux et Papounet pour monologuer seul". Lui mal à l'aise sur des trucs pourtant simple, allant jusqu'à dire "nous verrons comment vous allez faire" comme si il était déjà battu, elle s'emportant sur le hanidcap d'une "colère juste" absolument hors de propos. Lamentable, mon pauvre ami ! On n'est pas arrivé : il faut vraiment refonder la politique et sérieusement.
Bon deux bémol quand même sur ton post (si tu me permets) : Pour les fonctionnaires, les marges de manoeuvre sont tellement étroites qu'entre une qui dit qu'elle va redéployer et l'autre qui n'embauche que la moitié nécessaire pour mieux redéployer, c'est sûr qu'on ne verra pas trop la différence dans les comptes : Il serait grand temps de passer à la norme comptable qui oblige EDF et la SNCF à cantonner leur passif social dans une structure ad hoc jusque pour chaque poste de fonctionnaire ou de contractuel, on y verrait plus clair.... Même si aucun n'en a encore eu l'idée !
Pour ce qui est du taux d'IS, note comme moi que dans un temps pas si reculé, tu pouvais doter une RSPV à long terme pour ne pas payer l'IS au taux normal. (Il nous reste même des mécanismes de PPI et de CI Recherche pour alléger la facture sur des coûts investis). Pourquoi pas n'imposer que ce qui est désinvesti en terme de résultat, comme d'une retenue à la source, puisque de toute façon, dans notre système actuel, on repaye de l'IR sur ce qui est décaissé au titre de RCM ? 33 % (voire 15 % pour les PME) plus l'IR à 40 % sur 60 % de ce qui est perçu, ça fait quand même plus de 40 % d'impot au total. Si l'entreprise réinvesti, ça fait 0 et en capitalisant ses résultats, on passe à l'impôt sur les plus-values au taux proportionnel (plus CGS et CRDS), ce qui tient aussi compte du good-will de "bonne gestion de ces fondslà"... Tout le monde devrait y être gagnant à terme !
Juste une suggestion que ne manquera pas de reprendre un jour ou l'autre le Service, que ce soit sous Sarko ou Ségo, tu verras !
Car de toute façon ces deux là peuvent raconter n'importe quoi (et ils ne se sont pas gênés) puisqu'on ne leur a pas encore envoyé les députés qui en décideront au final !
Alors vote, pour n'importe qui, ce n'est pas grave, ce qui compte, c'est juin ! Mais tu les savais....

Incognitototo 04/05/2007 11:16

Pour l'IS, ça fait longtemps que je propose de le supprimer et d'instaurer à la place la retenue à la source (au taux marginal supérieur d'imposition) pour les seuls bénéfices distribués...Créer des CDR pour les dettes publiques ??? Je ne vois pas ce que ça change sur le fond sur le problème du financement.... ça rend un peu plus propre les comptes des enteprises, mais ça n'empêche pas qu'il faut payer quand même... Et je ne sais toujours pas si je vais me déplacer pour voter... de toute façon tu as raison, c'est en juin que nous verrons à quelle sauce nous allons être mangés...