Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Solutions politiques (ou + de 400 propositions de réformes politiques...)
  • Solutions politiques (ou + de 400 propositions de réformes politiques...)
  • : Analyses et propositions de réformes politiques institutionnelles, économiques, fiscales, sociales, juridiques, et autres, issues de ma pratique professionnelle et de la vie tout simplement ; pour vraiment changer...
  • Contact

Sommaire

 

Sélection partiale des derniers articles mis en ligne

Faire-part...

À mes lectrices et lecteurs : avertissements importants !

« Après moi le déluge ! » : constats « navrants » sur plus on sait et plus on est con...

Changer par la loi et pour une « vraie révolution fiscale »... sans sortir de l’Europe...

« La société du spectacle » et « No future », nos seuls avenirs ?...

L’irrésistible progression des souverainistes et des nationalistes : l’horreur absolue... Qui est responsable ?...

Homoparentalité et « mariage pour tous » : de la réalité à la loi...

« Nul ne peut s’enrichir sans cause » : une jurisprudence malheureusement oubliée...

Rapport Gallois et compétitivité... De qui se moque-t-on ?...

« Double contrainte » : 40 ans d’accords internationaux et de lois, qui rendent fou...

La propriété privée et la finitude : des nœuds systémiques centraux...

 

Quelques classiques et textes fondateurs

Imprécis précis de fiscalité… pour en finir avec les « croyances populaires »… si, c’est possible…

(3) - Mises au point et compléments sur la TVA sociale… 

Les dettes publiques : dans la série « on ne vous dit pas tout »… et c’est quoi la pensée virtuelle ?

Histoires de dettes interbancaires : dans la série « on ne vous dit pas tout »… et c'est quoi l'économie virtuelle ?…

Exercises appliqués d’analyse systémique sur la mondialisation et à propos de la décroissance…

À ceux qui prônent un retour au Franc… et aux autres, qui manquent d’arguments pour leur répondre…

(1) - Le marxisme est-il une drogue dure ? Ou quel est le véritable opium du peuple ? Essai de plaidoyer pour une révolution systémique des modes de pensée et des solutions de gauche... (début)

(1) Travailler plus intelligemment, produire utile et modifier les structures, pour travailler moins et créer de la valeur... (début)

(1) - TVA et TVA sociale substitutive : une arme pour le développement économique et de transparence démocratique… (début)

 

Une toute petite sélection d'articles qui aurait pu figurer sous une rubrique « On ne vous dit pas tout »

Le faux débat sur l'évasion fiscale et les paradis fiscaux...

Solidarités sociales et retraites : ce qu’il faut savoir et ce qu'on ne vous dit pas ou si peu...

Vélib' : problèmes d'arithmétique élémentaires, niveau CM1…

 


Tout les articles publiés (regroupés dans l'ordre de leur parution par catégorie : du plus ancien au plus récent)

  A - Préambules

Introduction et justifications de ce blog

D’où je viens, comment je me situe, philosophie et cadre général des propositions

Petites mises au point pour comprendre la logique de ce blog et des 400 propositions…

 

B - Le programme de réformes

1 - Les institutions

2 - Les institutions

1 - Economie et fiscalité

2 - Economie et fiscalité

Santé, Sécurité Sociale et retraites

1 - Droit du travail

2 - Droit du travail

Formation - Éducation - Recherche

Justice

Emplois

Sécurité et qualité de vie

Europe

Plan de mise en œuvre des propositions

Pour conclure provisoirement

 

D - Anecdotes, réflexions et solutions suggérées

Voirie parisienne : l’honneur perdu de Delanoë qui cautionne l’ayatholisme de Baupin et Contassot

(1) - Déficit de la Sécurité Sociale… mes expériences dans l’univers kafkaïen des services de "santé" (début)

(2) - Déficit de la Sécurité Sociale… mes expériences dans l’univers kafkaïen des services de "santé" (fin)

Violence des cités… : Quand on n’a pas les mots et qu’on a tous les maux, il reste le passage à l’acte violent…

A propos d'éducation - Une lettre à Science & Vie

Médias : leur responsabilité dans l'absence de pensée…

Politique internationale : Attentats du 11 Septembre - Au-delà du bien et du mal, il me manque les mots…

Politique internationale : Combien de temps encore nous ferons-nous la guerre pour les fautes des pères ?

(1) - Le marxisme est-il une drogue dure ? Ou quel est le véritable opium du peuple ? Essai de plaidoyer pour une révolution systémique des modes de pensée et des solutions de gauche… (début)

(2) - Le marxisme est-il une drogue dure ? Ou quel est le véritable opium du peuple ? Essai de plaidoyer pour une révolution systémique des modes de pensée et des solutions de gauche… (fin)

Perversions des systèmes : la démocratie en danger

Nicolas Hulot : l'équation économique insoluble et insolvable…

Quelques problèmes auxquels, je réfléchis sans vraiment trouver de remède pratique…

Un problème qui me pose vraiment problème : la société du spectacle, c'est maintenant…

Suite aux présidentielles : politique-fiction sur le mode de scrutin...

(1) - TVA et TVA sociale substitutive : une arme pour le développement économique et de transparence démocratique… (début)

(2) - TVA et TVA sociale substitutive : une arme pour le développement économique et de transparence démocratique… (fin)

(3) - Mises au point et compléments sur la TVA sociale…

(1) - Travailler plus intelligemment, produire utile et modifier les structures, pour travailler moins et créer de la valeur... (début)

(2) - Travailler plus intelligemment, produire utile et modifier les structures, pour travailler moins et créer de la valeur… (fin)

À propos de l’intéressement des salariés aux résultats de l’entreprise…

Pour redonner à la monnaie son équivalence travail et empêcher qu’elle soit gérée comme une marchandise, faut-il éliminer les spéculateurs ?...

Souvenirs d'un vieux con, à propos du féminisme... + Épilogue

Tribune de l'action...

Tribune de l'action : rêvons un peu… avec les banques…

Divagations sur la crise... L'inconscient, cette donnée incontournable oubliée par la politique...

Le faux débat sur l'évasion fiscale et les paradis fiscaux...

Solidarités sociales et retraites : ce qu’il faut savoir et ce qu’on ne vous dit pas ou si peu…

Juste deux ou trois choses qui personnellement me soucient bien plus que l’avenir des retraites !

(1) - Burqa et loi : un débat démocratique entre citoyens - Catherine Kintzler et Incognitototo (début)

(2) - Burqa et loi : un débat démocratique entre citoyens - Catherine Kintzler et Incognitototo (suite et fin ?)

Réchauffement climatique global ou pas ? Religiosité et politique : les Verts et Europe Écologie, la nouvelle secte des béni-oui-oui…

À ceux qui prônent un retour au Franc… et aux autres, qui manquent d’arguments pour leur répondre…

(1) - Euro contre Franc : un débat démocratique entre citoyens - Laurent Pinsolle et Incognitototo (début)

(2) - Euro contre Franc : un débat démocratique entre citoyens - Laurent Pinsolle et Incognitototo (suite et fin ?)

Exercices appliqués d’analyse systémique sur la mondialisation et à propos de la décroissance…

La « lutte des places » : la septicémie de notre démocratie...

Histoires de dettes interbancaires : dans la série « on ne vous dit pas tout »… et c'est quoi l'économie virtuelle ?…

Les dettes publiques : dans la série « on ne vous dit pas tout »… et c’est quoi la pensée virtuelle ?

Imprécis précis de fiscalité… pour en finir avec les « croyances populaires »… si, c’est possible…

La propriété privée et la finitude : des nœuds systémiques centraux...

Tous les extrémistes sont de dangereux malades mentaux...

Sciences et politique : un mauvais mélange... Le cas des réchauffistes...

« Double contrainte » : 40 ans d’accords internationaux et de lois, qui rendent fou...

Rapport Gallois et compétitivité... De qui se moque-t-on ?...

« Nul ne peut s’enrichir sans cause » : une jurisprudence malheureusement oubliée...

Homoparentalité et « mariage pour tous » : de la réalité à la loi...

La politique virtuelle contre « l’économie réelle »...

L’irrésistible progression des souverainistes et des nationalistes : l’horreur absolue... Qui est responsable ?...

« La société du spectacle » et « No future », nos seuls avenirs ?...

Changer par la loi et pour une « vraie révolution fiscale »... sans sortir de l’Europe...

« Après moi le déluge ! » : constats « navrants » sur plus on sait et plus on est con...

 

G - Actualité

Investiture socialiste, quand les vieux gouvernent la France,… étonnant, non ?

A propos de la Démocratie Participative...

Un débat presque oublié… Ou comment choisir notre futur(e) président(e) ?

Tramway parisien, ils persistent et ils signent... et les conneries continuent...

Mon raisonnement à la con pour choisir un Président…

Delanoë menteur et médias complices !!!

Quelques réflexions en vrac sur les résultats du premier tour des présidentielles… et notre système démocratique.

Débat télévisé des présidentiables… le degré zéro de la politique...

Quelques sentiments et idées en vrac, avant la mise en sommeil…

Hommage à Madame Benazir Bhutto…

Constitution européenne : Appels contre le traité de Lisbonne et le déni de démocratie

Edvige, Cristina et tous les autres...

Crise financière mondiale et faillite de la banque Lehman Brothers

Burqa : la liberté et le doute doivent-ils profiter à l’obscurantisme ?… Réflexions et solutions alternatives…

Revue de presse et informations complémentaires sur les retraites…

L’Islande, oubli ou désinformation ?... La révolution, dont (presque) personne ne parle…

Islande, les suites de leur révolution… ou les débats que nous évitons en France…

Mitterrand : l’imposture de la gauche - 10 mai 1981 : la commémoration du deuil de la gauche…

Les dettes souveraines : l’arnaque d’un demi-siècle de mensonges, ou de qui se moque-t-on ?…

11 septembre : la commémoration des amnésiques…

Primaires socialistes : allez-y...

« Votez, pour eux !... »

Croyances et politique : variations et élucubrations sur un second tour...

En vrac...

Compte-rendu d'étape de la présidence Hollande : toujours plus de la même chose : 1 / changement : 0,001

C’est la rentrée... Tous les gens qui s’offusquent de l’incivisme ou de l’immoralité de Bernard Arnault m’emmerdent...

Tribune de l’action : séparer les activités des banques (urgent et important !)... 

Fin de la souveraineté économique des pays et de la démocratie européenne...

À mes lectrices et lecteurs : avertissements importants !

 

E - Émotions, sentiments, humeurs, rires...

Une lettre anonyme que l'INSEE ne recevra pas...

Europe, après la victoire du "non" : les politiques me fatiguent et les journalistes aussi...

Nouvelles cartes grises : carton rouge aux eurocrates qui ont encore frappé très fort…

Quelqu'un connaît-il un descendant de Champollion ? Ou de quoi parlent 2 amis experts-comptables quand ils se rencontrent ?

Insécurité routière... pardonnez-moi, je me défoule...

Je n’ai rien à dire… ou presque…

Lettre à la direction d’un hôpital ou comment sont utilisés nos impôts...

Sarkozy élu… pour partager ma bile… et message(s) à cette gauche atteinte de crétinisme avancé…

Tous derrière Delanoë… pour sauver le monde en plantant des carottes…

Tramway parisien : le bal des cocus continue… et la mascarade passe…

ASSEDIC (et autres) : qui sont les crétins qui écrivent les directives ?...

Une journée dans les bas-fonds de la justice française...

Michel Onfray… Au secours ! La pensée dogmatique et l’ostracisme sont de retour…

Juste pour rire... le langage politique… 

Service des urgences de l’hôpital Tenon : la « honte » de nos services de santé…

Divagations sur le consentement, la sexualité et autres considérations sociales…

Partage d’émotions : quand les humains comprennent ce qui les réunit plus que ce qui les divise...

Une symbolique de 2012 : pour rire jaune… 

Récréation philosophique…

Mes interrogations du moment... ou quand le vide politique ne présage rien de bon...

Nouvelles du « monde du travail » dans la France d’aujourd’hui… interdit au moins de 18 ans…

Nouvelles de la barbarie, de l’individualisme et de l’indifférence…

11 Novembre, hommage et mémoire…

Chine-USA : « Une guerre sans limite »…

Spécial vœux 2012, le temps des bilans… hommage posthume au Diceros bicornis longipes...

"L’Université des Va-nu-pieds", quand les hommes comprennent ce qui les relie…

Faire-part de vie...

Être un homme de gauche, par Alex Métayer...

Le pouvoir des banques, le cas d’école : Goldman Sachs...

Des vœux pour 2014 que je fais miens !...  

Faire-part...

 

  F - Ville de Paris : urbanisme et politique...

Informations sur la catégorie : "Ville de Paris : urbanisme et politique..."

Voirie parisienne : l'honneur perdu de Delanoë qui cautionne l'ayatholisme de Baupin et Contassot

A propos de la Démocratie Participative...

Violence des cités... : Quand on n'a pas les mots et qu'on a tous les maux, il reste le passage à l'acte violent...

Tramway parisien, ils persistent et ils signent... et les conneries continuent...

Delanoë menteur et médias complices !!!

Insécurité routière... pardonnez-moi, je me défoule...

Tous derrière Delanoë… pour sauver le monde en plantant des carottes…

L’Omerta sur Michel Charzat, liste différente de Paris 20ème

Tramway parisien : le bal des cocus continue… et la mascarade passe…

Vélib' : problèmes d'arithmétique élémentaires, niveau CM1…

 

H - Livre d'or des commentaires et autres...

 

Rechercher

Diverses infos pratiques

    

Syndication (RSS : 2.0) - Pour être prévenu(e) des derniers article mis en ligne

Pour préserver un ordre de présentation cohérent sur ce blog, j'ai dû modifier les dates de publication (c'était le système Over-Blog qui voulait ça). Donc, je ne proposais pas de lien de syndication, car celui-ci ne donnait pas la réalité des derniers articles publiés.

Depuis, tout a changer en pire et cette option n'est plus possible.

Aussi, si vous voulez être tenu au courant des dernières publications ou encore du déménagement de ce blog sur une autre plate-forme abonnez-vous à la newsletter (deuxième pavé en partant du haut à droite). Pour information, je n'ai pas accès aux mails complets des inscrits et ne peux donc en faire aucune utilisation détournée.

Merci.

 

 

Quoi que vous inspire ces textes, merci de prendre le temps de laisser vos commentaires, avis et propositions ; ils sont une source précieuse pour les faire évoluer... Soit en cliquant sur le lien "Ecrire un commentaire" qui se trouve à la suite de chaque article, soit pour les commentaires généraux, avis, propositions, réactions, discussions, états d'âme et "coucou", ... en cliquant directement sur le ien suivant : "Livre d'or des commentaires et autres..."

 

 

17 juin 2010 4 17 /06 /juin /2010 15:00

 

Cliquez ici pour revenir aux échanges précédents

 

Incognitototo

 

Vous savez, si je ne me sentais pas très proche de vous, je ne mettrais pas autant d'énergie à essayer de vous convaincre que, sur ce sujet-là, vous faites fausse route et surtout une grave erreur qui irait à l'encontre de nos objectifs communs.

Je vous remercie au passage pour la qualité du débat, même si nos rhétoriques mutuelles donnent parfois lieu à des considérations qui, si nous étions inhumains, ne devraient pas avoir leur place dans la discussion.

Je sais bien que vous savez nuancer, cependant, je pense qu'il vous manque des éléments de réalité qui font qu'au final vous arrivez à croire à ce que vous dites, alors que tout démontre que ça ne fonctionne pas comme ça...

 

Le problème de vos raisonnements, c'est qu'ils ne fonctionnent que sur le papier et qu'il semble vous manquer quelques paramètres pour comprendre que la complexité du système économique mondial rend caduque les théories énoncées pour des systèmes fermés et/ou à faibles interactions avec l'extérieur.

Depuis 1971 (fin de la convertibilité dollar/or), nous avons confié à la loi de "l'offre et de la demande mondiale" la fonction de réguler la valeur monétaire et progressivement l'économie tout entière. Depuis cette époque, cela a été toujours pire par rapport à notre embourbement dans ce système ; le traité du Luxembourg (1986) et les accords de l'OMC (1994) entérinant un système, dont vous ne mesurez pas tout ce qu'il implique ; notamment, qu'en aucune manière les leviers que vous proposez n'ont le pouvoir de produire ce que vous pensez qu'ils peuvent faire.

 

Trois articles pour comprendre pourquoi dans un environnement spéculatif (qui ne peut que s'accroître compte tenu de la demande exponentielle des pays émergents) encore plus aujourd'hui qu'hier, dévaluer est "suicidaire". Les deux premiers sont juste pour vous rappeler notre environnement spéculatif (et en conséquence l'intérêt de garder une monnaie forte dans celui-ci, quand on n'est pas les USA ou la Chine), le troisième pour vous familiariser avec quelques théories spéculatives, dont vous mésestimez les effets et le pouvoir qu'elles ont sur nous, ainsi que ce qu'elles impliquent ou produisent :

1 - La hausse du prix des matières premières menace-t-elle la reprise ?

2 - Pourquoi le prix des matières premières s'envole

3 - La surréaction des taux de change, les bulles rationnelles, les anticipations autoréalisatrice, les équilibres multiples. Les fonds d'arbitrages ( " hedge funds ").

 

Il manque pour être un peu plus exhaustif un descriptif de comment réagissent les acteurs financiers (aussi bien les investisseurs, que les entreprises et même les particuliers) face à une monnaie qui se dévalue, mais nous en avons déjà parlé...

 

Ne prenons qu'un exemple pour simplifier, à peine caricatural...

EADS (comme tous les grands groupes français, ainsi que la Coface), faisait partie des "méchants spéculateurs" qui attaquaient le franc, notamment au début des années 80... Ne pas le faire aurait d'ailleurs été une faute de gestion pour cette entreprise, puisque c'est ainsi que tous ces groupes assurent leur couverture de change et le prix de leurs ventes et achats à terme.... Un retour au franc, c'est simplement une multiplication de nos "ennemis", sans aucun gain pour ces entreprises qui n'auront de cesse que d'essayer de produire en environnement maîtrisé, quitte à jouer contre les intérêts nationaux et même à partir sous de meilleurs cieux, si nécessaire, ce qui est devenu beaucoup plus facile, avec leur éclatement structurel (4 divisions, 13 unités opérationnelles et plus d'une centaine de centres de productions et/ou sous-traitants disséminés dans le monde entier...).

De même dans cette perspective de retour au franc, on peut facilement imaginer que ce serait plus avantageux que ce soit l'Allemagne qui achète les besoins de sous-traitance avec sa monnaie forte et que ce soit l'Espagne qui assemble et vende avec sa monnaie plus faible que le franc... et nous au milieu, on ferait quoi ?

 

Vous imaginez toujours que notre situation entre l'Allemagne et les pays méditerranéens est une bonne place pour un retour aux monnaies nationales, et moi, je pense que c'est la plus mauvaise... car nous sommes pris en tenaille, entre un pays qui nous pique les investisseurs financiers et les autres les emplois.

 

À l'époque des monnaies nationales, nous avons tiré la croissance des pays à monnaie plus faible (notamment l'Espagne et l'Italie), en le payant par la perte de milliers d'emplois (notamment dans le secteur agricole), sans jamais réussir à profiter de notre compétitivité par rapport à l'Allemagne pour lui piquer à elle des emplois... Et ça se comprend assez facilement par rapport à ce que je vous expliquais sur le ratio MP/MO des productions, mais également par le goût immodéré des investisseurs pour les monnaies stables et leur non moins "obstination" à spéculer sur celles qui ne tiennent pas.

Dévaluer, ça n'est pas comment créer de nouveaux emplois et de nouvelles richesses, mais mettre en place une supposée solution (totalement artificielle) de supposée captation de ceux des autres ; sauf que ça ne fonctionne pas dans un environnement spéculatif, tel que j'essaye de vous le faire comprendre depuis le début de nos échanges, et tel que notre histoire économique le démontre depuis 40 ans. Dans le meilleur des cas et à supposer que les spéculateurs ne brisent pas vos spéculations, ce n'est pas aux Chinois que nous reprendrions des emplois, mais aux Allemands, tandis que nous continuerions à en perdre avec les autres pays... beau résultat.

 

Vous ne traitez pas les problèmes des lois économiques fondamentales que nous subissons ou encore de l'inadaptation de nos structures aux échanges dans un environnement compétitif, non, vous espérez y adapter le système en dévaluant pas seulement notre monnaie, mais aussi la valeur humaine pour la mettre au niveau des plus bas. C'est à dire, au final, en abdiquant et en rentrant de plain-pied dans les logiques que nous voulons combattre et résoudre.

En aucune manière ce n'est ainsi que vous résoudrez "la surévaluation, l'encouragement supplémentaire à la compression des salaires, l'unicité de politique pour des réalités différentes", bien au contraire, vous allez redonnez des armes à ceux qui ont depuis toujours su jouer sur nos différences européennes à leur seul profit, en paupérisant toujours plus les mêmes.

 

C'est pourquoi, je vous dis depuis le début, que vous vous trompez de cible en pensant que le levier monétaire pourrait être une réponse (notamment pour nos pertes de pouvoir d'achat et d'emplois) et qu'au final, ça n'aboutirait qu'à une concurrence des misères encore plus terrible...

 

Vous cherchez des scénarios de sortie de crise... je ne peux que vous encourager à aller voir ce que je propose. Avec ce que je propose, ce ne sera pas à nous, à nous adapter aux lois du monde, ce sera au monde à s'adapter aux nôtres.

 

Quelques exemples de mesures simples :

 

Fiscalisations des prélèvements sociaux et toutes les mesures annexes consécutives à cela :

- suppression des organismes de recouvrement : 40 milliards

- lissage des cotisations et suppression des plafonds et abattements : 40 milliards

- suppression des niches sociales : 32 milliards (et probablement plus compte non tenu des particularismes des entreprises et activités personnelles)

- fraude sur les impôts (TVA incluse) et prélèvements sociaux : 40 milliards (il est à noter à ce sujet que la grande majorité de ces fraudes sont consécutives au système déclaratif actuel, et croyez-moi, j'ai une longue pratique là-dessus)

- suppression des niches fiscales : 110 milliards...

 

Nous en sommes déjà à 262 milliards de ressources ou d’économies supplémentaires...

 

Et je n'inclus pas là-dedans les effets économiques :

- du réaménagement de l'IR et de la fiscalité directe,

- de la fusion des organismes d'aide sociale,

- du retour à terme au plein emploi (36 milliards)

- de la taxe au kilomètre parcouru pour les produits importés,

- des réformes institutionnelles politiques,

- et cetera, et cetera...

 

Bien évidemment, ce ne sont pas des prélèvements "secs", toutes ces mesures trouvent en face des compensations et des utilisations :

- suppression de la CSG/CRDS, de l'ISF, de l'IS sur les revenus non distribués, et cetera.

- salaire brut devenant le net payé,

- redistributions fiscales sur tous les secteurs productifs en perdition,

- investissements massifs industriels,

- redistribution des personnels, devenus inutiles, sur les secteurs sociaux en déshérence,

- et cetera, et cetera, sans oublier l'affectation d'une part non négligeable au remboursement de la dette publique.

 

Je pense que c'est la bureaucratie qui a tué l'URSS, et quasiment rien d'autre... et si on veut bien se donner la peine de comparer nos systèmes de gestion avec ceux des pays émergents, on ne peut pas ne pas voir que ce qui les caractérise, c'est l'absence de contraintes pouvant bloquer leur réactivité... Un peu comme l'Empire romain qui a été défait par des hordes de barbares qui se foutaient d'avancer en quinconce et d'avoir une administration "organisée". Si les Romains avaient envoyé un peu plus de "fonctionnaires" à la bataille, probablement que nous parlerions encore latin...

Ce n'est bien évidemment pas la seule raison, mais elle participe pour beaucoup dans l'inadaptation de nos structures productives et notre propension à produire des charges qui ne génèrent rien en termes de richesses, d'emplois et de plus-values sociales. Je pourrais vous fournir de nombreux exemple de terrain là-dessus à propos des entreprises et il en est de même pour nos organisations publiques.

Si on cumule cette réorganisation institutionnelle, avec les mesures protectionnistes indirectes que nous produisons notamment avec la TVA sociale, ainsi qu'avec les incitations auprès des investisseurs, je pense que nous serions largement assez armés pour inverser le cours des choses, toujours sans sortir de l'Europe et de l'Euro.

 

Ce qui bien évidemment ne nous empêcherait pas, par ailleurs, de remettre en cause au niveau de l'Europe et de l'OMC toutes les règles mortifères qui participent au transfert des misères plutôt qu'au développement des pays, y incluse une politique monétaire différente ; et dans ce cadre-là, même une dévaluation n'est pas une option à exclure pour moi ; alors qu'elle le serait totalement dans notre seul cadre national.

 

Vous savez mon seul candidat pour la France en ce moment, c'est Lula, d'ailleurs je crois qu'il est libre, et il ferait bien de venir nous donner quelques cours de realpolitik... Le Brésil vient d'ailleurs de porter le problème devant l'OMC, en menaçant de prendre des mesures nationales contre les politiques monétaires des USA et de la Chine !!!

Enfin un pays qui s'attaque aux deux seuls vrais problèmes... Espérons qu'il trouve en l'Europe un vrai allié, mais malheureusement, j'en doute...

 

 

Laurent Pinsolle

 

En même temps, la discussion est intéressante. En dehors des questions monétaires, je crois que nous sommes d'accord sur pas mal de choses, que ce soit sur le protectionnisme commercial (y compris par la TVA sociale), sur la refonte et la simplification de la fiscalité (je confirme le propos d'A-J H).

 

Il est bien évident qu'une sortie de l'euro ne changera pas tout. Dans le papier "Quitter l'euro, est-ce abdiquer devant les marchés", j'ai indiqué qu'il était possible d'avoir une politique alternative avec l'euro, comme il était possible d'avoir une politique néolibérale avec une monnaie nationale (Cf. : Grande-Bretagne). Et là, je vous rejoins.

 

Du coup, il est bien évident que je ne conçois pas la sortie de l'euro comme la seule solution à nos problèmes. Lors des élections européennes, nous avions fait campagne pour le protectionnisme et sur mon blog, je défends beaucoup d'autres mesures d'accompagnement (Cf. : 18 mesures pour réguler la finance). La sortie de l'euro ne se conçoit qu'accompagnée de toutes ses mesures. Il est bien évident que seule, elle pourrait poser de graves problèmes qui doivent être traités par des mesures fortes d'accompagnement (contrôle des mouvements de capitaux, protectionnisme, notamment sur les produits agricoles...).

 

Cependant, je persiste à penser qu'entre une politique alternative avec l'euro et une politique alternative avec le franc, il y a tout de même de grandes différences :

- il y a des différences qui pourraient être apportées à l'euro : remise de la politique monétaire sous la coupe des politiques, remise de la politique monétaire au service de la croissance et l'emploi, politique de change plus réaliste (l'euro pourrait ne pas être cher), autorisation de la monétisation des dettes (même si cela pose le problème de qui est responsable in fine). Mais cette réforme de l'euro est peu probable du fait de l'Allemagne.

- mais il y a aussi des différences qui ne pourront pas être corrigées, à savoir que les pays de la zone euro sont trop différents pour partager une même monnaie et que l'unicité de politique monétaire est mauvaise pour des pays trop différents, et le fait qu'il est un encouragement supplémentaire à la baisse des salaires

 

J'ai peur que vous sous-estimiez l'importance des politiques monétaires.

 

 

Incognitototo

 

Oui, nous divergeons sur l'Europe et l'attitude à adopter avec nos partenaires, et c'est dommage, mais trop fondamental pour être accessoire.

Même si je pense qu'il n'est jamais inutile de se réapproprier un centre de décisions, je pense également que les conditions ne sont plus réunies pour que nous puissions, à nouveau, faire cavalier seul, notamment au niveau monétaire, sans contrecoups plus graves que ce que nous aurions pu, éventuellement, gagner. Et puis c'est un pari qui n'a pas de sens aujourd'hui pour moi... Les "ennemis" de l'Europe ce ne sont pas les différences (évidentes) des pays qui la composent, mais la Chine, les USA, ainsi que les multinationales ; et pour affronter tous ces hégémonistes à la "puissance de feu" redoutable, il faut évidemment, bien mieux, rester unis, même avec nos erreurs, nos dissensions et nos difficultés.

D’ailleurs, est-ce que le dollar est remis en cause parce que la Californie (huitième puissance mondiale par son PIB) est en état de quasi-faillite, avec une notation à peine supérieure à celle des junk bonds (obligations pourries) ??? Comme bien des États américains d'ailleurs... Alors, je ne vois toujours pas pourquoi cela devrait être le cas pour l'Europe...

 

Je vous ai glissé plusieurs informations capitales, au cours de mes commentaires qui ne semblent pas avoir attiré votre attention, ni produit de réflexions sur ce qu'elles impliquent par rapport à nos marges de manœuvre... Une au hasard, la première banque chinoise (et ils en ont plusieurs de ce gabarit), c'est un potentiel d'intervention financier égal à plus d'un an du PIB français !!! Vous ne faites rien de cette information (ni d'autres d'ailleurs) ; moi, je sais ce que je ferais, si j'étais cette banque et que j'étais confronté à une dévaluation monétaire de la seule monnaie française...

Vous persistez à ne pas comprendre ou admettre, que nous ne sommes plus rien tout seul et que les leviers que vous proposez pour contrer les spéculateurs sont justement ceux qu'ils maîtrisent le mieux pour piller les pays, à tous niveaux.

Vous avez beau dire et vous avez parfaitement raison, comme beaucoup d'autres, que l'Euro n'a pas produit tous les miracles qu'on nous a vendus avec lui, mais vous vous trompez cependant sur l'origine de l'échec ; parce que ce n'est pas l'Euro, en lui-même, qui est en cause, mais les "politiques de carpette" que l'Europe a conduites vis-à-vis du reste du monde ; et si nous n'avions pas eu l'Euro, compte tenu de la politique nationale française menée depuis, je pense qu'il n'y aurait plus beaucoup de Français, aujourd'hui, en capacité de mettre de l'essence dans leur véhicule...

 

Cela dit, je ne néglige pas le levier monétaire, je dis juste que c'est se tromper d'ennemis que de réinstaurer une "compétition" entre pays européens et d'aller à la bataille en ordre dispersé, alors que nos ennemis communs (et ceux du Brésil maintenant) sont ceux que je vous ai déjà nommés. Ce n'est pas l'Euro qui nous empêche de retrouver notre compétitivité et des salaires décents ; outre nos problèmes structurels, c'est le dumping monétaire (sans oublier le fiscal, le social et l'environnemental) des USA (qui vivent à crédit) et des Chinois (qui refusent de redistribuer à leur population les gains commerciaux réalisés).

Ce n'est pas s'attaquer à ces problèmes-là que de rentrer dans les logiques qu'ils voudraient nous imposer en nous obligeant à faire comme eux, surtout si c'est en ordre dispersé... et je me répète, pour autant je suis parfaitement d'accord pour que nous utilisions les leviers que vous proposez au niveau européen.

Cependant, c'est toujours pareil avec ce genre "d'armes", si toutes les monnaies se mettent à faire pareil la somme des gains est non seulement nulle, mais nous déchainons en plus les appétits et irrationalités spéculatifs. C’est ça que vous n’intégrez pas… Une dévaluation pour qu’elle soit efficace en terme de levier compétitif suppose tout d’abord que les autres ne fassent pas pareil, puis pour la seule France qu’elle soit au moins de 30 %... en chaîne cela veut dire que vous dites aux créanciers et investisseurs en France qu’ils ont perdu 30 %. C’est étonnant que vous n’arriviez pas à imaginer ce que cela implique en termes de

- de majoration sur les taux d’intérêt du loyer de l’argent,

- pression des investisseurs pour retrouver leur taux de rendement (et leurs capitaux),

- spéculation monétaire sur la valeur à la baisse,

- spirale inflationniste, et cetera, et cetera, …

- sans oublier la perte colossale de pouvoir d’achat des Français et l’amputation de leur épargne…

 

Sur la méthode, je ne me fais strictement aucune illusion sur le fait que nous pourrions mettre d'accord tout le monde, d'autant que l'Allemagne et la GB sont des chantres du libre-échange (pour des raisons totalement différentes d'ailleurs)... C'est pourquoi je pense qu'il faut amorcer le mouvement tout seul, sans négliger, bien entendu, de trouver des alliés parmi les autres pays qui voudront suivre...

C'est quand même dingue, par exemple, que Villepin se soit fait taper sur les doigts par l'Europe et ait dû retirer une mesure protectionniste par rapport aux capitaux étrangers, qu'il voulait adopter... Aussi, je pense que nous devrions procéder à l'inverse de ce que vous proposez : prendre les mesures et profiter du refus de l'Europe pour provoquer débat et crise, s'il le faut...

On pourrait croire, a priori, que ce n’est qu’un simple problème de divergence stratégique ou méthodologique, qu’il y aurait au final entre nous. Non, cela va beaucoup plus loin que ça.

En prenant les mesures structurelles et protectionnistes que je propose, nous ne ferions que respecter la volonté exprimée par les Français au cours du référendum de 2005, et confronter l’Europe à tous les choix qu’elle a faits sans l’accord des peuples, notamment sur le « libre-échange » avec le reste du monde, qui n’était pas inclus dans le traité de Maastricht (!!!) ; alors qu’en remettant directement en cause la monnaie unique, nous irions contre la volonté des peuples exprimée en 1992. Ça a plus que son importance d’un simple point de vue démocratique et surtout, pour ne pas tout mélanger ! Et au moins, si nous devions en arriver là, nous saurions pourquoi, nous nous sommes séparés.

 

P.-S. : À propos de votre "modèle" la GB... On n'aura pas eu longtemps à attendre pour que les faits me donnent raison : La croissance britannique rechute brutalement

Toujours persuadé que votre stratégie de dévaluation est la bonne ???...

 

 ----------------------------------------------------------------------------------


Voilà… les échanges continuent encore un peu après, mais visiblement, nous n’arriverons pas à nous mettre d’accord. À l’évidence, nous ne réfléchissons pas à partir des mêmes données…

 

Et vous, si vous avez réussi à nous suivre jusqu’ici, quelle opinion vous êtes-vous faite ?


Euro ou Franc ?


Je suis pour la conservation de l’Euro, avec la stratégie Incognitototo
Je suis pour la conservation de l’Euro, sans rien changer
Je suis pour un retour au Franc, avec la stratégie Pinsolle
Je suis pour un retour au Franc sans dévaluation
Je suis pour un passage au Rouble
Je ne sais pas ou je n’y comprends rien
T’as pas cent balles ?
Autres...



Résultats

 


Partager cet article

Repost 0

commentaires

I-Cube 31/01/2011 11:03



Faudrait encore que ces konnards de "cousins natios", ils se mettent à penser plus de deux secondes...



I-Cube 27/01/2011 17:09



Depuis, il y a un phénomène nouveau : L'emprunt du FMES a été placé en moins d'un quart d'heure...


Libellé en Euros.


Les investisseurs en demandait vingt fois plus qu'il n'était offert.


 


L'Euro (et du coup l'Europe) se retrouve en lieu et place d'une "puissance géostratégique" émergente.


 


Exactement comme je te l'avais prévu dans ce post : http://infreequentable.over-blog.com/article-dur-dur-65241797.html


D'il y a tout juste une semaine...


 


Mais je n'avais pas prévu ce "succès", son ampleur, parfaitement inimaginable pour mon pauvre neurone de la semainde dernière...


 


 


Pour ce qui est d'une monnaie, je suggère depuis de nombreuses années l'invention du "Paoli" pour mes "cousins natio-Corsi".


Une opération annuelle qui pourrait rapporter assez pour soutenir les "prisionniers politiques" (des malfrats racketeurs et explosifs), tel que ça pourrait ramener un peu de calme dans l'île de
Beauté.


Mais sont trop kons pour y donner suite : c'est pourtant facile.


Je vote donc "autre" !



Incognitototo 28/01/2011 02:12



Tout le monde veut de ce qu'il y a encore en Europe... Tu as bien vu que les Chinois ont même proposé "leurs services" pour refinancer de la dette souveraine... C'est une vraie partie de go qui
s'engage maintenant et je n'ai malheureusement pas l'impression que nos dirigeants européens l'aient bien compris.

Pour l'instant, nous sommes encore un peu trop chers pour tous les vautours qui nous attendent au moindre dérapage, mais ils ne désespèrent pas de faire plonger l'euro, pour nous racheter avec du
dollar pourri.
Pinsolle n'a toujours pas compris ça... La France sans l'Euro est rachetable par la première banque chinoise !!! Et il y en a 4 à peu près comme elle là-bas...
Si cela devait arriver, il sera temps alors que tu me donnes l'asile en Corse d'où nous organiserons la résistance avec le Paoli