Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Solutions politiques (ou + de 400 propositions de réformes politiques...)
  • Solutions politiques (ou + de 400 propositions de réformes politiques...)
  • : Analyses et propositions de réformes politiques institutionnelles, économiques, fiscales, sociales, juridiques, et autres, issues de ma pratique professionnelle et de la vie tout simplement ; pour vraiment changer...
  • Contact

Sommaire

 

Sélection partiale des derniers articles mis en ligne

Faire-part...

À mes lectrices et lecteurs : avertissements importants !

« Après moi le déluge ! » : constats « navrants » sur plus on sait et plus on est con...

Changer par la loi et pour une « vraie révolution fiscale »... sans sortir de l’Europe...

« La société du spectacle » et « No future », nos seuls avenirs ?...

L’irrésistible progression des souverainistes et des nationalistes : l’horreur absolue... Qui est responsable ?...

Homoparentalité et « mariage pour tous » : de la réalité à la loi...

« Nul ne peut s’enrichir sans cause » : une jurisprudence malheureusement oubliée...

Rapport Gallois et compétitivité... De qui se moque-t-on ?...

« Double contrainte » : 40 ans d’accords internationaux et de lois, qui rendent fou...

La propriété privée et la finitude : des nœuds systémiques centraux...

 

Quelques classiques et textes fondateurs

Imprécis précis de fiscalité… pour en finir avec les « croyances populaires »… si, c’est possible…

(3) - Mises au point et compléments sur la TVA sociale… 

Les dettes publiques : dans la série « on ne vous dit pas tout »… et c’est quoi la pensée virtuelle ?

Histoires de dettes interbancaires : dans la série « on ne vous dit pas tout »… et c'est quoi l'économie virtuelle ?…

Exercises appliqués d’analyse systémique sur la mondialisation et à propos de la décroissance…

À ceux qui prônent un retour au Franc… et aux autres, qui manquent d’arguments pour leur répondre…

(1) - Le marxisme est-il une drogue dure ? Ou quel est le véritable opium du peuple ? Essai de plaidoyer pour une révolution systémique des modes de pensée et des solutions de gauche... (début)

(1) Travailler plus intelligemment, produire utile et modifier les structures, pour travailler moins et créer de la valeur... (début)

(1) - TVA et TVA sociale substitutive : une arme pour le développement économique et de transparence démocratique… (début)

 

Une toute petite sélection d'articles qui aurait pu figurer sous une rubrique « On ne vous dit pas tout »

Le faux débat sur l'évasion fiscale et les paradis fiscaux...

Solidarités sociales et retraites : ce qu’il faut savoir et ce qu'on ne vous dit pas ou si peu...

Vélib' : problèmes d'arithmétique élémentaires, niveau CM1…

 


Tout les articles publiés (regroupés dans l'ordre de leur parution par catégorie : du plus ancien au plus récent)

  A - Préambules

Introduction et justifications de ce blog

D’où je viens, comment je me situe, philosophie et cadre général des propositions

Petites mises au point pour comprendre la logique de ce blog et des 400 propositions…

 

B - Le programme de réformes

1 - Les institutions

2 - Les institutions

1 - Economie et fiscalité

2 - Economie et fiscalité

Santé, Sécurité Sociale et retraites

1 - Droit du travail

2 - Droit du travail

Formation - Éducation - Recherche

Justice

Emplois

Sécurité et qualité de vie

Europe

Plan de mise en œuvre des propositions

Pour conclure provisoirement

 

D - Anecdotes, réflexions et solutions suggérées

Voirie parisienne : l’honneur perdu de Delanoë qui cautionne l’ayatholisme de Baupin et Contassot

(1) - Déficit de la Sécurité Sociale… mes expériences dans l’univers kafkaïen des services de "santé" (début)

(2) - Déficit de la Sécurité Sociale… mes expériences dans l’univers kafkaïen des services de "santé" (fin)

Violence des cités… : Quand on n’a pas les mots et qu’on a tous les maux, il reste le passage à l’acte violent…

A propos d'éducation - Une lettre à Science & Vie

Médias : leur responsabilité dans l'absence de pensée…

Politique internationale : Attentats du 11 Septembre - Au-delà du bien et du mal, il me manque les mots…

Politique internationale : Combien de temps encore nous ferons-nous la guerre pour les fautes des pères ?

(1) - Le marxisme est-il une drogue dure ? Ou quel est le véritable opium du peuple ? Essai de plaidoyer pour une révolution systémique des modes de pensée et des solutions de gauche… (début)

(2) - Le marxisme est-il une drogue dure ? Ou quel est le véritable opium du peuple ? Essai de plaidoyer pour une révolution systémique des modes de pensée et des solutions de gauche… (fin)

Perversions des systèmes : la démocratie en danger

Nicolas Hulot : l'équation économique insoluble et insolvable…

Quelques problèmes auxquels, je réfléchis sans vraiment trouver de remède pratique…

Un problème qui me pose vraiment problème : la société du spectacle, c'est maintenant…

Suite aux présidentielles : politique-fiction sur le mode de scrutin...

(1) - TVA et TVA sociale substitutive : une arme pour le développement économique et de transparence démocratique… (début)

(2) - TVA et TVA sociale substitutive : une arme pour le développement économique et de transparence démocratique… (fin)

(3) - Mises au point et compléments sur la TVA sociale…

(1) - Travailler plus intelligemment, produire utile et modifier les structures, pour travailler moins et créer de la valeur... (début)

(2) - Travailler plus intelligemment, produire utile et modifier les structures, pour travailler moins et créer de la valeur… (fin)

À propos de l’intéressement des salariés aux résultats de l’entreprise…

Pour redonner à la monnaie son équivalence travail et empêcher qu’elle soit gérée comme une marchandise, faut-il éliminer les spéculateurs ?...

Souvenirs d'un vieux con, à propos du féminisme... + Épilogue

Tribune de l'action...

Tribune de l'action : rêvons un peu… avec les banques…

Divagations sur la crise... L'inconscient, cette donnée incontournable oubliée par la politique...

Le faux débat sur l'évasion fiscale et les paradis fiscaux...

Solidarités sociales et retraites : ce qu’il faut savoir et ce qu’on ne vous dit pas ou si peu…

Juste deux ou trois choses qui personnellement me soucient bien plus que l’avenir des retraites !

(1) - Burqa et loi : un débat démocratique entre citoyens - Catherine Kintzler et Incognitototo (début)

(2) - Burqa et loi : un débat démocratique entre citoyens - Catherine Kintzler et Incognitototo (suite et fin ?)

Réchauffement climatique global ou pas ? Religiosité et politique : les Verts et Europe Écologie, la nouvelle secte des béni-oui-oui…

À ceux qui prônent un retour au Franc… et aux autres, qui manquent d’arguments pour leur répondre…

(1) - Euro contre Franc : un débat démocratique entre citoyens - Laurent Pinsolle et Incognitototo (début)

(2) - Euro contre Franc : un débat démocratique entre citoyens - Laurent Pinsolle et Incognitototo (suite et fin ?)

Exercices appliqués d’analyse systémique sur la mondialisation et à propos de la décroissance…

La « lutte des places » : la septicémie de notre démocratie...

Histoires de dettes interbancaires : dans la série « on ne vous dit pas tout »… et c'est quoi l'économie virtuelle ?…

Les dettes publiques : dans la série « on ne vous dit pas tout »… et c’est quoi la pensée virtuelle ?

Imprécis précis de fiscalité… pour en finir avec les « croyances populaires »… si, c’est possible…

La propriété privée et la finitude : des nœuds systémiques centraux...

Tous les extrémistes sont de dangereux malades mentaux...

Sciences et politique : un mauvais mélange... Le cas des réchauffistes...

« Double contrainte » : 40 ans d’accords internationaux et de lois, qui rendent fou...

Rapport Gallois et compétitivité... De qui se moque-t-on ?...

« Nul ne peut s’enrichir sans cause » : une jurisprudence malheureusement oubliée...

Homoparentalité et « mariage pour tous » : de la réalité à la loi...

La politique virtuelle contre « l’économie réelle »...

L’irrésistible progression des souverainistes et des nationalistes : l’horreur absolue... Qui est responsable ?...

« La société du spectacle » et « No future », nos seuls avenirs ?...

Changer par la loi et pour une « vraie révolution fiscale »... sans sortir de l’Europe...

« Après moi le déluge ! » : constats « navrants » sur plus on sait et plus on est con...

 

G - Actualité

Investiture socialiste, quand les vieux gouvernent la France,… étonnant, non ?

A propos de la Démocratie Participative...

Un débat presque oublié… Ou comment choisir notre futur(e) président(e) ?

Tramway parisien, ils persistent et ils signent... et les conneries continuent...

Mon raisonnement à la con pour choisir un Président…

Delanoë menteur et médias complices !!!

Quelques réflexions en vrac sur les résultats du premier tour des présidentielles… et notre système démocratique.

Débat télévisé des présidentiables… le degré zéro de la politique...

Quelques sentiments et idées en vrac, avant la mise en sommeil…

Hommage à Madame Benazir Bhutto…

Constitution européenne : Appels contre le traité de Lisbonne et le déni de démocratie

Edvige, Cristina et tous les autres...

Crise financière mondiale et faillite de la banque Lehman Brothers

Burqa : la liberté et le doute doivent-ils profiter à l’obscurantisme ?… Réflexions et solutions alternatives…

Revue de presse et informations complémentaires sur les retraites…

L’Islande, oubli ou désinformation ?... La révolution, dont (presque) personne ne parle…

Islande, les suites de leur révolution… ou les débats que nous évitons en France…

Mitterrand : l’imposture de la gauche - 10 mai 1981 : la commémoration du deuil de la gauche…

Les dettes souveraines : l’arnaque d’un demi-siècle de mensonges, ou de qui se moque-t-on ?…

11 septembre : la commémoration des amnésiques…

Primaires socialistes : allez-y...

« Votez, pour eux !... »

Croyances et politique : variations et élucubrations sur un second tour...

En vrac...

Compte-rendu d'étape de la présidence Hollande : toujours plus de la même chose : 1 / changement : 0,001

C’est la rentrée... Tous les gens qui s’offusquent de l’incivisme ou de l’immoralité de Bernard Arnault m’emmerdent...

Tribune de l’action : séparer les activités des banques (urgent et important !)... 

Fin de la souveraineté économique des pays et de la démocratie européenne...

À mes lectrices et lecteurs : avertissements importants !

 

E - Émotions, sentiments, humeurs, rires...

Une lettre anonyme que l'INSEE ne recevra pas...

Europe, après la victoire du "non" : les politiques me fatiguent et les journalistes aussi...

Nouvelles cartes grises : carton rouge aux eurocrates qui ont encore frappé très fort…

Quelqu'un connaît-il un descendant de Champollion ? Ou de quoi parlent 2 amis experts-comptables quand ils se rencontrent ?

Insécurité routière... pardonnez-moi, je me défoule...

Je n’ai rien à dire… ou presque…

Lettre à la direction d’un hôpital ou comment sont utilisés nos impôts...

Sarkozy élu… pour partager ma bile… et message(s) à cette gauche atteinte de crétinisme avancé…

Tous derrière Delanoë… pour sauver le monde en plantant des carottes…

Tramway parisien : le bal des cocus continue… et la mascarade passe…

ASSEDIC (et autres) : qui sont les crétins qui écrivent les directives ?...

Une journée dans les bas-fonds de la justice française...

Michel Onfray… Au secours ! La pensée dogmatique et l’ostracisme sont de retour…

Juste pour rire... le langage politique… 

Service des urgences de l’hôpital Tenon : la « honte » de nos services de santé…

Divagations sur le consentement, la sexualité et autres considérations sociales…

Partage d’émotions : quand les humains comprennent ce qui les réunit plus que ce qui les divise...

Une symbolique de 2012 : pour rire jaune… 

Récréation philosophique…

Mes interrogations du moment... ou quand le vide politique ne présage rien de bon...

Nouvelles du « monde du travail » dans la France d’aujourd’hui… interdit au moins de 18 ans…

Nouvelles de la barbarie, de l’individualisme et de l’indifférence…

11 Novembre, hommage et mémoire…

Chine-USA : « Une guerre sans limite »…

Spécial vœux 2012, le temps des bilans… hommage posthume au Diceros bicornis longipes...

"L’Université des Va-nu-pieds", quand les hommes comprennent ce qui les relie…

Faire-part de vie...

Être un homme de gauche, par Alex Métayer...

Le pouvoir des banques, le cas d’école : Goldman Sachs...

Des vœux pour 2014 que je fais miens !...  

Faire-part...

 

  F - Ville de Paris : urbanisme et politique...

Informations sur la catégorie : "Ville de Paris : urbanisme et politique..."

Voirie parisienne : l'honneur perdu de Delanoë qui cautionne l'ayatholisme de Baupin et Contassot

A propos de la Démocratie Participative...

Violence des cités... : Quand on n'a pas les mots et qu'on a tous les maux, il reste le passage à l'acte violent...

Tramway parisien, ils persistent et ils signent... et les conneries continuent...

Delanoë menteur et médias complices !!!

Insécurité routière... pardonnez-moi, je me défoule...

Tous derrière Delanoë… pour sauver le monde en plantant des carottes…

L’Omerta sur Michel Charzat, liste différente de Paris 20ème

Tramway parisien : le bal des cocus continue… et la mascarade passe…

Vélib' : problèmes d'arithmétique élémentaires, niveau CM1…

 

H - Livre d'or des commentaires et autres...

 

Rechercher

Diverses infos pratiques

    

Syndication (RSS : 2.0) - Pour être prévenu(e) des derniers article mis en ligne

Pour préserver un ordre de présentation cohérent sur ce blog, j'ai dû modifier les dates de publication (c'était le système Over-Blog qui voulait ça). Donc, je ne proposais pas de lien de syndication, car celui-ci ne donnait pas la réalité des derniers articles publiés.

Depuis, tout a changer en pire et cette option n'est plus possible.

Aussi, si vous voulez être tenu au courant des dernières publications ou encore du déménagement de ce blog sur une autre plate-forme abonnez-vous à la newsletter (deuxième pavé en partant du haut à droite). Pour information, je n'ai pas accès aux mails complets des inscrits et ne peux donc en faire aucune utilisation détournée.

Merci.

 

 

Quoi que vous inspire ces textes, merci de prendre le temps de laisser vos commentaires, avis et propositions ; ils sont une source précieuse pour les faire évoluer... Soit en cliquant sur le lien "Ecrire un commentaire" qui se trouve à la suite de chaque article, soit pour les commentaires généraux, avis, propositions, réactions, discussions, états d'âme et "coucou", ... en cliquant directement sur le ien suivant : "Livre d'or des commentaires et autres..."

 

 

1 juillet 2010 4 01 /07 /juillet /2010 15:00

 

Première date de publication : 12/05/2011
Date de la dernière mise à jour : 12/05/2011

 


Bien qu'ayant voté pour Mitterrand, je ne faisais pas partie des fêtards du 10 mai 1981. J’étais même effrayé par la liesse qui avait envahi le pays, mesurant déjà combien les déceptions allaient être douloureuses et irréversibles, laissant de profonds stigmates en politique et dans la vie tout court.

 

Je pressentais déjà que cet homme était un menteur et un manipulateur, dont le seul véritable centre d'intérêt était son gout immodéré pour le "pouvoir" et de basses satisfactions égotiques.

La seule émotion positive que j’ai eue à son élection fut de voir mon père pleurer, à ce qu’il prenait pour l’aboutissement de toute une vie de combats. C’était deux ans avant qu’il meure à 69 ans, emporté par la silicose du marbre après bien des années de souffrances. Au moins, il est mort avec un espoir pour ses enfants, il n’aura pas eu le temps d’être déçu, il n’aura pas eu le temps de se sentir trahi…

 

Il n'aura pas fallu attendre bien longtemps pour se rendre compte que Mitterrand avait trompé tout le monde... et qu’il serait digne de mes perceptions initiales.

 

Dès 1982, il enterrait toute une partie des lois Quillot, puis celles d'Auroux (toutes deux, véritablement révolutionnaires dans leur première mouture), empêchant par le fait, des évolutions fondamentales de nos problèmes de sociétés : celles que nous aurions pu faire sur le logement et la direction des entreprises... Ces deux lois, dans leur première version, auraient nécessité de faire des modifications constitutionnelles et Mitterrand n’a pas voulu y aller. Ça aurait dû faire descendre tous les gens de gauche dans la rue pour crier à la trahison ; mais même le PC n'a pas moufté à l'époque ; il attendra sagement 1984 (voir la vidéo associée à ce lien, c’est édifiant) pour démissionner du gouvernement et marquer sa (faible) opposition aux politiques menées…

Pour la première loi, il faudra attendre Chirac (un comble, notamment pour quelqu’un qui aura toujours été logé et ses amis avec, aux frais de la République) pour inscrire une version édulcorée en 2007, du « droit au logement » dans la Loi.

Pour la deuxième, toutes les propositions tendant à modifier les rapports socio-économiques (autogestion, participation, mode de direction des entreprises, et cetera…) ont dés lors disparu des programmes du PS, et il n’y a pas de hasard… C’est si impossible à penser que le PS fut un jour un parti qui avait un vrai projet de société, que quand quelqu’un comme Montebourg remet au goût du jour de timides propositions sur ces sujets, les citoyens, qui ne connaissent pas l’histoire, s’imaginent que c’est un « révolutionnaire »… Ce serait encourageant, si ce n’était pas risible, quand on analyse à quel point Montebourg est le digne héritier de Mitterrand pour tous ses retournements de veste, son opportunisme, sans oublier son manque d’imagination programmatique…

 

Mais, sous peine de vous fatiguer et que vous ne pensiez que je suis de parti pris contre Mitterrand, je ne vais pas continuer plus longtemps la liste de ses promesses non tenues, de ses revirements et de ses trahisons : sur l'Europe, sur la justice, sur l'éducation, sur l'emploi, sur le libéralisme le plus sauvage, sur la santé, ... Et je ne ferai pas non plus la liste de toutes les puantes affaires qui ont émaillé ses deux septennats ; sur lesquelles il sera bien le seul à ne jamais avoir rendu aucun compte, se soustrayant même aux questions des journalistes, avec un mépris non dissimulé.

Le plus incroyable étant de s'être probablement fait élire sur sa fameuse petite phrase en réponse à Giscard : « vous, vous êtes l'homme du passif » ; et d'avoir autorisé la multiplication par 1,6 de la dette publique sur les 5 premières années de son mandat... pour atteindre 3 à la fin, compromettant durablement toutes les marges de manœuvre budgétaires des gouvernements successifs, qui en tout état de cause continueront à nous enfoncer toujours plus dans cette « logique » keynésienne mortifère... sans oublier le taux de chômage qui sera passé de 6,4 % à 10,1 % à la fin du trop court mandat du regretté Bérégovoy.

 

Incontestablement, il avait la maîtrise du verbe et encore aujourd’hui, si on s’abstrait des faits, on peut encore vibrer à certains de ses discours…

C’est vrai, Mitterrand a écrit « Le coup d'État permanent »... Sauf qu’en 14 ans, il n'aura pas fait une seule réforme constitutionnelle (à part celles imposées par ses choix européens) pour modifier ce qu'il dénonçait de pourri dans la Vème République, dont il aura largement usé et abusé, exploitant le pouvoir personnel à des fins trop souvent exécrables... Résultat combiné de son absence de réformes constitutionnelles et de nos pertes de souveraineté européennes : un statu quo délétère qui réduit la politique et la démocratie à une pantalonnade de course aux places, où tous les mensonges sont permis, avec une classe politique figée et incapable d'inventer quoi que ce soit pour nous sortir de la mouise... L’impuissance politique faite loi…

Rappelons également, que 13 ans plus tôt, en 1969, cet homme combattait la régionalisation, une réforme courageuse de De Gaulle, qui supprimait également le Sénat, et qui l’a fait tomber. Sauf que Mitterrand nous l’a fait gober dès 1982, en appelant cela la décentralisation, sans référendum (!!!), juste en "triturant" les institutions, et sans rien modifier à l’existant ; de telle sorte que l’organisation politique française est devenue une vraie usine à gaz, où plus personne ne comprend rien et où chacun rejette sur d’autres instances les responsabilités de ce qu’il ne fait pas... éloignant toujours plus les citoyens de leurs représentants et entérinant un système oligarchique, où depuis 40 ans nous supportons toujours les mêmes, quel que soit le niveau d’incompétences qu’ils auront démontré…

 

Alors, ce n'est pas parce qu'il n'a pas été trop mauvais au niveau international et qu'il a aboli la peine de mort, que ça fait de lui un grand homme à commémorer... Il n'a rien changé aux fondamentaux de notre société, pire, ça s'est aggravé et sclérosé... conduisant toute une partie de la gauche à confondre realpolitik et politique dictée pas la réalité, le comble de la perversion et de l’incohérence, quand on prétend encore changer la société.

Pourtant entre l’absence de perspective du PS (dictée par la « réalité » qu'il a lui-même créée, notamment le libéralisme) et les doux rêves de sa gauche (qui sont en fait des cauchemars), il y a une voie intermédiaire qui permettrait d’utiliser ce que nous savons du système libéral pour le faire travailler dans l’intérêt du plus grand nombre… Mais ça doit être trop compliqué à imaginer ; c’est compréhensible, on ne peut pas en même temps être focalisé sur comment gagner des voix sans décevoir son électorat, et proposer un programme qui ferait bouger toutes les lignes, y incluses celles d’où on parle et d’où on vient (désolé, seuls ceux qui ont lu mes propositions sont à même de comprendre pourquoi je dis ça)…

 

Cet homme n'aura décidément vécu et voulu le pouvoir que pour satisfaire son égo, et c'est tout... et vous aurez du mal à me faire changer d'avis, alors inutile d'essayer… les faits rien que les faits…

Alors, je le redis, Mitterrand c'est vraiment l'imposture de la gauche... C'est plutôt le deuil de la gauche qu'il faudrait porter à cette date anniversaire du 10 mai 1981 ; et le PS a un sacré culot (à moins qu’il ne soit toujours et définitivement autiste) de vouloir fêter et commémorer le début de tous ses renoncements.

 

Partager cet article

Repost 0
Publié par : Incognitototo - dans G - Actualité
commenter cet article

commentaires

Christophe Vieren 06/11/2012 15:28


Les mécanismes ? Supprimer la TV, voire les minima sociaux, alias du pain et des jeux !!!! Ou moins difficle à mettre en oeuvre, militer pour la création d'une TV associative. En effet,
chercher et sélectionner l'info sur le net - comme nous le faisons (je n'ai pas la TV ce qui m'y oblige) est trop fatiguant et individualiste (difficile à faire en famille).


 


 


 


 


 


 


 


 

Incognitototo 06/11/2012 15:40



Marrant que tu me parles de TV... ça fait longtemps que je réfléchis au fait qu'il faudrait une télé, où on puisse "épuiser les sujets", faire des débats de fond (comme il n'en existe nulle part
actuellement)...
J'ai même pensé à enregistrer certains articles en les mettant en scène... qui seraient suivis d'un débat interactif ensuite...
Mais, c'est tellement de boulot... et en tout état de cause, ça ne pourrait se faire que par le Web, parce qu’il n'y pas d'accès à des canaux nationaux...



Christophe Vieren 04/11/2012 19:34


Je crains que ce ne soit pas beaucoup mieux ailleurs.


Peut-être là où il y a plus de proportionnelle (toute l'europe ou presque sauf la france) des référendums ou des conférences de citoyens ou autres modalités de démocratie participative (Suisse,
pays scandinaves, ....). Car lorsque l'on regarde bien, se sont alternés depuis 40 ans, la droite (alias républicains, ump, CDU conservateurs, ...)  ou la "gauche" (alias démocrate, ps, spd,
travailliste, ...).


Tous ou presque on appliqué les "recettes" du néolibéralisme, atteignant le comble- et une quasi irréversibilité -  avec la création de l'OMC en 1995 (Merci Pascal !). On a échappé de
justesse à l'AMI (merci sans ironie à Jospin). Et depuis il semble que l'AGCS, son clone, piétine.

Incognitototo 06/11/2012 14:38



Oui, le "défaut" démocratique est encore plus patent en France qu'ailleurs... reste à comprendre, alors qu'une majorité n'en peut plus, quels sont les mécanismes qui feront qu'un jour les
citoyens arrêteront de préférer le "toujours plus de la même chose",à des solutions qui changeraient vraiment les choses...



Christophe Vieren 02/11/2012 17:33


C'est sûr que voter pour le moins pire n'est pas très séduisant mais avons-nous d'autres choix ? D'autant que cela ne coûtte tout de même pas grand chose, même par procuration ou correspodance.


Je crois savoir que les patrons (ar exemple) s'abstiennent beaucoup moins que les CSP défavorisées. Et pourtant, je suis persuadé qu'ils ont également l'impression de voter pour le moins pire !


 

Incognitototo 04/11/2012 18:00



Non, on n'a pas d'autre choix et c'est bien l'horreur "démocratique" en France....



Christophe Vieren 02/11/2012 11:36


Oui ce serait bien de faire apparaitre la date d'édition et/ou d'actualisation sous le titre.

Incognitototo 02/11/2012 15:41



Fait... Oui, je dois reprendre et reclasser plus de 100 articles, et j'ai du mal à dégager du temps pour ça... Mais, c'est prévu...



Christophe Vieren 02/11/2012 11:34


Je partage tout ce qui est décrit dans cet article.


En revanche peut-être pas la conclusion. En effet, l'on peut jeter la pierre à tous les partis au pouvoir dans le monde. Après avoir été élu et tenu peu ou prou leur promesses, les élus
nationaux, et dns une moindre mesure locaux, s'éloignent de la vie des gens et de leur préoccupation. Simultanément ils se rapprochent de leurs ennemis de classe (concrètement je ne sais trop
comment : corruption, indemnités et protection sociale à vie, confort matériel accru, réseau, le Siècle, ...). 


Et cela est encouragé par le vote utile ! Si les partis à la gauche (puisque je sui de gauche) du PS, et le PCF en particulier dans les années 80' faisaient des scores plus importants, nul dout
que les gouvernants du PS en place seraient bien obligés de tenir un peu plus leurs promesses de gauche. Si le PS a signé le programme commun, c'est parce que M. 3% alors que le PC flirtait avec
les 20%, loin de vant le PS.


Mais le peuple déçu préfère s'abstenir pour "se venger" des promesses non tenues. Mauvais calcul selon moi. Un assoiffé de pouvoir se fout de sa légitimité. Ëtre élu avec une voix de plus de son
adversaire lui suffit quelque soient le % d'exprimées. 


Une autre partie préfère voter "utile", surtout depuis 2002 ! Ou pire, à l'extrème droite.

Incognitototo 02/11/2012 15:49



Tous les pouvoirs corrompent, et la "lutte des places" est le grand mal de de notre "opportunocratie"... et encore plus quand le système a intrinsèquement été créé sans garde-fous...

Hum... et quand on pense qu'il n'y a pas d'alternative crédible actuellement en France, comment on fait pour voter ? Personnellement, je n'en peux plus de voter toujours pour le moins pire....



Bertrand BARERE 11/12/2011 20:09


Bonjour,


Je découvre votre blog et compte tenu de la quantité d'articles à explorer je pense que je vais passer quelques W.E hivernaux afin alimenter mes réflexions personnelles.


Pour ce qui est des socialistes, parcours identique. Vote pour Mitterrand en 1981 et constat de la supercherie quelques années plus tard. Les dirigeants socialistes ne sont plus de gauche et je
trouve surprenant qu'il existe encore des militants (voire des petits soldats) qui usent de leur temps afin de tracter et coller des affiches lors des élections alors qu'il y a beaucoup à dire
sur la notion de démocratie en interne, dans les fédérations. Ils se battent actuellement comme des chiffoniers afin de désigner leur futurs chevaux pour les prochaines légilsatives afin de
continuer à alimenter le rang des futurs oliguarques. Nous constatons tous les jours qu'entre les discours et les actes, ce n'est plus un fossé, c'est une falaise et celui qui subit la chute est
bien le peuple.


Je vous rejoins. Gauche ou droite, tout ceci ne veut plus rien signifier !


Il faut vraiment réinventer un système afin de retrouver les valeurs de notre République.


Bien cordialement

Incognitototo 12/12/2011 02:23



Bonjour Bertrand et bienvenue,

C'est sympa d'accueillir un libre penseur ; je me sens moi seul...

Oui, pour avoir connu le PS de l'intérieur (feu un de mes frères fut secrétaire de section dans un gros arrondissement parisien, durant les années 80), j'ai connu l'arrivée sur le marché
politique de toute cette nouvelle génération d'arrivistes, aux convictions et aux alliances à géométrie variable, sous réserve que ça leur permette d'accéder à quelques fonctions électives...
dégueulasse et puant... Il faut dire qu'ils ont eu de qui apprendre, quand on voit, par exemple, Delanoê, et tant d'autres... qui ont creusé le fossé entre les discours et les actes... et
Mitterrand a montré l'exemple à tout le monde... 

Je suis comme vous, sous réserve des objectifs que je récapitule dans cet article, je pense également qu'une solution politique n'est ni de gauche, ni de droite... elle donne les résultats attendus ou non, en fonction des objectifs fixés et c'est
tout... En tout état de cause, c'est bien que j'essaye de démontrer avec mes propositions.

Je dois reclasser ce blog, aussi faites attention pour vos lectures, notamment dans la section actualité, car il y a des textes très anciens qui trainent... Référez-vous aux dates des
commentaires pour en connaître la fraîcheur... Pour les articles de fond, ça n'a pas beaucoup d'importance, bien qu'il y ait quand même des choses qui ont un peu mal vieilli ou qui mériteraient
d'être actualisées avec des chiffres récents notamment...

Au plaisir de vous lire, bien cordialement itou.



PhL 19/05/2011 16:25



Dans le cumul des mandats, c'est moins le cumul des indemnités que le confort de toujours conserver un strappontin qui motive, surtout que dans son cas, aux législatives de 2007, le couperet
était passé très près (à peine plus de 50%).


Toujours cette necessité, en France, pour le ambitieux, de durer en politique qui, vous avez raison, éloigne nos élus du monde du travail.


 



Incognitototo 20/05/2011 04:27



Oui, nous avons vraiment un gros problème avec la professionnalisation de la politique... un vrai cancer de la démocratie ou du moins de ce qu'il en reste..



PhL 19/05/2011 15:19



2 remarques :


A un an des présidentielles, choisir de commémorer le 10 mai 1991 ce n'est pas choisir de commémorer l'homme (les socialistes auraient plutôt choisi son anniversaire ou celui de sa mort) c'est
choisir de mettre en avant l'arrivée de la gauche au pouvoir (aux "affaires" ?) après tant de nombreuses années d'infortune...


Montebourg est un peu seul, plutôt conscient de ses limites et des défauts qu'il véhicule (voir son anti-biographie sur le site que vous mettez en lien). Pas aussi "révolutionnaire" que vous le
souhaiteriez, certes, mais les Français n'ont jamais fait confiance à un homme public en une seule campagne électorale... Ce qui ne les empêche pas de se tromper !   


 


 



Incognitototo 19/05/2011 15:45



Bé oui, je suis d'accord avec vous et c'est bien pour cela que je souligne l'erreur sur l'objet de la commémoration : ce n'est pas la gauche qui est arrivée au pouvoir le 10 mai 1981, c'est un
homme qui était tout sauf de gauche... comme je le rappelle dans cet article.
À moins que le PS ne s'identifie réellement à ce qui s'est passé à partir de cette date et dans ce cas c'est grave, si leur modèle "idéal" actuel est encore celui de tous les renoncements.

Je ne suis moi-même pas un révolutionnaire au sens où peuvent l'entendre l'extrême gauche, le PC ou Mélenchon... Je souligne juste que Montebourg fait preuve d'une singulière absence
d'imagination, qui tendrait à démontrer que cela fait bien longtemps qu'il n'a pas travaillé dans la société civile, ce qui en conséquence l'éloigne des préoccupations et désirs des citoyens...
ni plus ni moins d'ailleurs, que ses "camarades" du PS... et plutôt moins si on veut bien être tout à fait objectif... Quant à ses incohérences, qu'il les assume ou pas peu importe, le "mal" est
fait. Je recommencerai à le croire honnête (et pas un opportuniste comme bien d'autres) quand il aura remboursé le montant des indemnités perçues pour un de ses mandats cumulés.



« L’Ami-râle » 16/05/2011 16:57



« Où tous les mensonges sont permis, avec une classe politique figée et incapable d'inventer
quoi que ce soit pour nous sortir de la mouise... L’impuissance politique faite loi »


 


Et c’est bien pour cela que j’en suis réduit à créer un parti politique, « Le Parti de la Mer », qui présente de franches ruptures
par rapport à ce que nous connaissons depuis quatre décennies :


http://euroclippers.typepad.fr/parti_de_la_mer/


 


C’est loin d’être joué, mais je vais au moins essayer…


 


Haddock


 



Incognitototo 16/05/2011 19:32



Oui, Haddock, le problème est surtout que vous pouvez créer tous les partis constitués d'honnêtes citoyens que vous voulez, ... nous n'avons plus les clefs des accès au pouvoir, en dehors des
"partis de gouvernement", et donc c'est, malheureusement, une bataille perdue d'avance.

Bon courage, quand même.



I-Cube 16/05/2011 15:29



Hélas, hélas.


Mais note que c'est du pareil au même avec d'autres constitution.


Y'a vraiment que dans les pays nordiques (hors, l'Islande) que ça ne se passe par de la même façon.


Les "meilleurs" restant les Suédois : Mais ils ont un roi !



Incognitototo 16/05/2011 19:31



Oui, un roi qui n'a strictement aucun pouvoir et qui est juste le représentant symbolique de l'État... à peu près ce que je voudrais faire avec mes propositions de réformes constitutionnelles, où
le Président deviendrait plutôt un garant des institutions et de la démocratie, plutôt qu'un acteur politique investi de tous les pouvoirs...

On peut toujours rêver... de même qu'on peut toujours rêver à une moralisation et une responsabilisation des politiques, comme elles existent dans les pays nordiques.



I-Cube 16/05/2011 08:53



Oui enfin perso (qui n'ai pas voté pour lui), il ne m'a trop déçu, finalement...


Il a même fait mieux que beaucoup en "cassant" pour les figer nos institutions (le piège a failli se refermer), en fixant dans la mélasse la classe politique toute entière (ex : L'IGF, qui reste
30 ans plus tard un "merdier" pas possible !).


Je le trouve finalement assez génial de ce que la"gôche" peut produire contre la V° République...


Mais c'est un point de vue de "droâtiste" !



Incognitototo 16/05/2011 13:28



Moi non plus, il n'a pas pu me décevoir... c'est plutôt le PS et la gauche en général qui sont décevants. Ce qu'il y a de terrible, c'est qu'il n'y a pas que la gauche qui produit ce délire de
course au pouvoir, c'est une maladie inhérente et consubstantielle à la Ve République...

C'est assez marrant de voir que tu fais des bilans sur tes champions sur ton blog à partir du même point de vue que cet article : les faits rien que les faits !... À l'évidence, la classe
politique tout entière a pris le pli de promettre plus qu'elle ne fait ; et c'est bien ça le problème...



Chouette et chouette 15/05/2011 12:22



Mon minuscule article sur mon blog, qui ne va pas au fond des choses comme le tien, dit quand même pareil.


C'est drôle que cet article très succinct est quand même soulevé une petite volée de bois vert. Comme quoi la mémoire est effaçable/et/ou/sélective à souhait.


Sans doute les gens n'ont-ils pas envie qu'on leur mette le nez dans leur enthousiasme erroné.


Je redis ici, quand même, que l'abolition de la peine de mort était de toute manière dans l'air du temps. En France et ailleurs. Il n'a fait qu'entériner un désir fort de la nation.


D'accord, il l'a fait... Mais merci Badinter...


 



Incognitototo 15/05/2011 13:43



Tu sais, la plupart de nos congénères ont besoin d'aimer leurs dirigeants ou des personnalités envers et contre tous les faits (qu'en plus, la plupart du temps, ils ignorent ou n'en ont pas la
mémoire)... c'est si humain qu'on sait qu'il y en a même qui en sont arrivés à aimer leurs bourreaux... c'est ainsi.

Ce qui est étonnant, c'est que les adorateurs de Mitterrand citent toujours les mêmes choses : ce que tu évoques et la retraite à 60 ans, la libéralisation de l'information, le RMI, le passage
aux 39 heures, et cetera, ... bref que des faits qui n'ont strictement rien changé aux fondamentaux socio-économiques, ni à "la hiérarchie ou ordre social"... or un parti de gauche qui "oublie"
que ça fait partie de son projet, qui se contente simplement d'administrer le libéralisme de façon un peu moins sauvage, n'est pas un parti de gauche...

Je n'ai pas voulu accabler le lecteur, mais il n'y a pas de hasard, toutes les réformes (je dis bien toutes) susceptibles de faire évoluer un tant soit peu l'ordre social et/ou la démocratie ont
été enterrées... au point qu'au PS on n'en parle même plus, c'est devenu tabou.
Leur programme actuel est d'ailleurs tellement vide à ce
niveau-là que c’en est stupéfiant. Et en plus, les 4/5 des propositions ont, soit déjà été expérimentées sans succès, soit sont déjà en place sous une forme ou une autre, soit sont totalement
inapplicables... et le reste c’est de la roupie de sansonnet en terme d’efficacité... avec toujours aucune mesure qui ne s'attaque aux problèmes structurels de fonds sur la démocratie,
l'économie, l'emploi, le système paritaire, et cetera, et cetera...
C’est pas possible d’être aussi con, d’avoir aussi peu d’imagination et de sens des réalités ; ça me donne envie de hurler. Quand on parle de faillite et de coupure des élites avec les citoyens
et les problèmes réels, à l’évidence, ce n’est pas qu’une formule...

De renoncement en renoncement, ce parti est en plus totalement oublieux de sa responsabilité dans les désastres.
Il n'y a qu'une seule ligne d'autocritique sur tout ce qu'a fait le PS quand il était au pouvoir : "La responsabilité de la gauche en général et du Parti Socialiste en particulier est
historique : il nous revient de redonner la foi (Sic !!!) dans la possibilité d'un nouveau départ."
Ce timide aveu (?) se situe page 5, totalement isolé au point qu'on peut se demander comment il a atterri là.
Sur 110 pages, oublier à ce point que nombre de problèmes énumérés ont été créés par le PS au pouvoir ou à cause de leurs votes d'élus (libéralisation des marchés financiers, traité du
Luxembourg, puis de Nice, création de l'OMC, oui au TCE puis au traité de Lisbonne, et cetera, et cetera...), c'est passer un peu vite sur leurs anciens choix, qu'en aucune manière ils ne
remettent en cause. Des vrais autistes...

2012 sera encore l'année du non-choix... Punaise, y en a plus que marre...

Bises ma Chouette, qui souffre réellement, elle, et dont tous les politiques se foutent.