Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Solutions politiques (ou + de 400 propositions de réformes politiques...)
  • Solutions politiques (ou + de 400 propositions de réformes politiques...)
  • : Analyses et propositions de réformes politiques institutionnelles, économiques, fiscales, sociales, juridiques, et autres, issues de ma pratique professionnelle et de la vie tout simplement ; pour vraiment changer...
  • Contact

Sommaire

 

Sélection partiale des derniers articles mis en ligne

Faire-part...

À mes lectrices et lecteurs : avertissements importants !

« Après moi le déluge ! » : constats « navrants » sur plus on sait et plus on est con...

Changer par la loi et pour une « vraie révolution fiscale »... sans sortir de l’Europe...

« La société du spectacle » et « No future », nos seuls avenirs ?...

L’irrésistible progression des souverainistes et des nationalistes : l’horreur absolue... Qui est responsable ?...

Homoparentalité et « mariage pour tous » : de la réalité à la loi...

« Nul ne peut s’enrichir sans cause » : une jurisprudence malheureusement oubliée...

Rapport Gallois et compétitivité... De qui se moque-t-on ?...

« Double contrainte » : 40 ans d’accords internationaux et de lois, qui rendent fou...

La propriété privée et la finitude : des nœuds systémiques centraux...

 

Quelques classiques et textes fondateurs

Imprécis précis de fiscalité… pour en finir avec les « croyances populaires »… si, c’est possible…

(3) - Mises au point et compléments sur la TVA sociale… 

Les dettes publiques : dans la série « on ne vous dit pas tout »… et c’est quoi la pensée virtuelle ?

Histoires de dettes interbancaires : dans la série « on ne vous dit pas tout »… et c'est quoi l'économie virtuelle ?…

Exercises appliqués d’analyse systémique sur la mondialisation et à propos de la décroissance…

À ceux qui prônent un retour au Franc… et aux autres, qui manquent d’arguments pour leur répondre…

(1) - Le marxisme est-il une drogue dure ? Ou quel est le véritable opium du peuple ? Essai de plaidoyer pour une révolution systémique des modes de pensée et des solutions de gauche... (début)

(1) Travailler plus intelligemment, produire utile et modifier les structures, pour travailler moins et créer de la valeur... (début)

(1) - TVA et TVA sociale substitutive : une arme pour le développement économique et de transparence démocratique… (début)

 

Une toute petite sélection d'articles qui aurait pu figurer sous une rubrique « On ne vous dit pas tout »

Le faux débat sur l'évasion fiscale et les paradis fiscaux...

Solidarités sociales et retraites : ce qu’il faut savoir et ce qu'on ne vous dit pas ou si peu...

Vélib' : problèmes d'arithmétique élémentaires, niveau CM1…

 


Tout les articles publiés (regroupés dans l'ordre de leur parution par catégorie : du plus ancien au plus récent)

  A - Préambules

Introduction et justifications de ce blog

D’où je viens, comment je me situe, philosophie et cadre général des propositions

Petites mises au point pour comprendre la logique de ce blog et des 400 propositions…

 

B - Le programme de réformes

1 - Les institutions

2 - Les institutions

1 - Economie et fiscalité

2 - Economie et fiscalité

Santé, Sécurité Sociale et retraites

1 - Droit du travail

2 - Droit du travail

Formation - Éducation - Recherche

Justice

Emplois

Sécurité et qualité de vie

Europe

Plan de mise en œuvre des propositions

Pour conclure provisoirement

 

D - Anecdotes, réflexions et solutions suggérées

Voirie parisienne : l’honneur perdu de Delanoë qui cautionne l’ayatholisme de Baupin et Contassot

(1) - Déficit de la Sécurité Sociale… mes expériences dans l’univers kafkaïen des services de "santé" (début)

(2) - Déficit de la Sécurité Sociale… mes expériences dans l’univers kafkaïen des services de "santé" (fin)

Violence des cités… : Quand on n’a pas les mots et qu’on a tous les maux, il reste le passage à l’acte violent…

A propos d'éducation - Une lettre à Science & Vie

Médias : leur responsabilité dans l'absence de pensée…

Politique internationale : Attentats du 11 Septembre - Au-delà du bien et du mal, il me manque les mots…

Politique internationale : Combien de temps encore nous ferons-nous la guerre pour les fautes des pères ?

(1) - Le marxisme est-il une drogue dure ? Ou quel est le véritable opium du peuple ? Essai de plaidoyer pour une révolution systémique des modes de pensée et des solutions de gauche… (début)

(2) - Le marxisme est-il une drogue dure ? Ou quel est le véritable opium du peuple ? Essai de plaidoyer pour une révolution systémique des modes de pensée et des solutions de gauche… (fin)

Perversions des systèmes : la démocratie en danger

Nicolas Hulot : l'équation économique insoluble et insolvable…

Quelques problèmes auxquels, je réfléchis sans vraiment trouver de remède pratique…

Un problème qui me pose vraiment problème : la société du spectacle, c'est maintenant…

Suite aux présidentielles : politique-fiction sur le mode de scrutin...

(1) - TVA et TVA sociale substitutive : une arme pour le développement économique et de transparence démocratique… (début)

(2) - TVA et TVA sociale substitutive : une arme pour le développement économique et de transparence démocratique… (fin)

(3) - Mises au point et compléments sur la TVA sociale…

(1) - Travailler plus intelligemment, produire utile et modifier les structures, pour travailler moins et créer de la valeur... (début)

(2) - Travailler plus intelligemment, produire utile et modifier les structures, pour travailler moins et créer de la valeur… (fin)

À propos de l’intéressement des salariés aux résultats de l’entreprise…

Pour redonner à la monnaie son équivalence travail et empêcher qu’elle soit gérée comme une marchandise, faut-il éliminer les spéculateurs ?...

Souvenirs d'un vieux con, à propos du féminisme... + Épilogue

Tribune de l'action...

Tribune de l'action : rêvons un peu… avec les banques…

Divagations sur la crise... L'inconscient, cette donnée incontournable oubliée par la politique...

Le faux débat sur l'évasion fiscale et les paradis fiscaux...

Solidarités sociales et retraites : ce qu’il faut savoir et ce qu’on ne vous dit pas ou si peu…

Juste deux ou trois choses qui personnellement me soucient bien plus que l’avenir des retraites !

(1) - Burqa et loi : un débat démocratique entre citoyens - Catherine Kintzler et Incognitototo (début)

(2) - Burqa et loi : un débat démocratique entre citoyens - Catherine Kintzler et Incognitototo (suite et fin ?)

Réchauffement climatique global ou pas ? Religiosité et politique : les Verts et Europe Écologie, la nouvelle secte des béni-oui-oui…

À ceux qui prônent un retour au Franc… et aux autres, qui manquent d’arguments pour leur répondre…

(1) - Euro contre Franc : un débat démocratique entre citoyens - Laurent Pinsolle et Incognitototo (début)

(2) - Euro contre Franc : un débat démocratique entre citoyens - Laurent Pinsolle et Incognitototo (suite et fin ?)

Exercices appliqués d’analyse systémique sur la mondialisation et à propos de la décroissance…

La « lutte des places » : la septicémie de notre démocratie...

Histoires de dettes interbancaires : dans la série « on ne vous dit pas tout »… et c'est quoi l'économie virtuelle ?…

Les dettes publiques : dans la série « on ne vous dit pas tout »… et c’est quoi la pensée virtuelle ?

Imprécis précis de fiscalité… pour en finir avec les « croyances populaires »… si, c’est possible…

La propriété privée et la finitude : des nœuds systémiques centraux...

Tous les extrémistes sont de dangereux malades mentaux...

Sciences et politique : un mauvais mélange... Le cas des réchauffistes...

« Double contrainte » : 40 ans d’accords internationaux et de lois, qui rendent fou...

Rapport Gallois et compétitivité... De qui se moque-t-on ?...

« Nul ne peut s’enrichir sans cause » : une jurisprudence malheureusement oubliée...

Homoparentalité et « mariage pour tous » : de la réalité à la loi...

La politique virtuelle contre « l’économie réelle »...

L’irrésistible progression des souverainistes et des nationalistes : l’horreur absolue... Qui est responsable ?...

« La société du spectacle » et « No future », nos seuls avenirs ?...

Changer par la loi et pour une « vraie révolution fiscale »... sans sortir de l’Europe...

« Après moi le déluge ! » : constats « navrants » sur plus on sait et plus on est con...

 

G - Actualité

Investiture socialiste, quand les vieux gouvernent la France,… étonnant, non ?

A propos de la Démocratie Participative...

Un débat presque oublié… Ou comment choisir notre futur(e) président(e) ?

Tramway parisien, ils persistent et ils signent... et les conneries continuent...

Mon raisonnement à la con pour choisir un Président…

Delanoë menteur et médias complices !!!

Quelques réflexions en vrac sur les résultats du premier tour des présidentielles… et notre système démocratique.

Débat télévisé des présidentiables… le degré zéro de la politique...

Quelques sentiments et idées en vrac, avant la mise en sommeil…

Hommage à Madame Benazir Bhutto…

Constitution européenne : Appels contre le traité de Lisbonne et le déni de démocratie

Edvige, Cristina et tous les autres...

Crise financière mondiale et faillite de la banque Lehman Brothers

Burqa : la liberté et le doute doivent-ils profiter à l’obscurantisme ?… Réflexions et solutions alternatives…

Revue de presse et informations complémentaires sur les retraites…

L’Islande, oubli ou désinformation ?... La révolution, dont (presque) personne ne parle…

Islande, les suites de leur révolution… ou les débats que nous évitons en France…

Mitterrand : l’imposture de la gauche - 10 mai 1981 : la commémoration du deuil de la gauche…

Les dettes souveraines : l’arnaque d’un demi-siècle de mensonges, ou de qui se moque-t-on ?…

11 septembre : la commémoration des amnésiques…

Primaires socialistes : allez-y...

« Votez, pour eux !... »

Croyances et politique : variations et élucubrations sur un second tour...

En vrac...

Compte-rendu d'étape de la présidence Hollande : toujours plus de la même chose : 1 / changement : 0,001

C’est la rentrée... Tous les gens qui s’offusquent de l’incivisme ou de l’immoralité de Bernard Arnault m’emmerdent...

Tribune de l’action : séparer les activités des banques (urgent et important !)... 

Fin de la souveraineté économique des pays et de la démocratie européenne...

À mes lectrices et lecteurs : avertissements importants !

 

E - Émotions, sentiments, humeurs, rires...

Une lettre anonyme que l'INSEE ne recevra pas...

Europe, après la victoire du "non" : les politiques me fatiguent et les journalistes aussi...

Nouvelles cartes grises : carton rouge aux eurocrates qui ont encore frappé très fort…

Quelqu'un connaît-il un descendant de Champollion ? Ou de quoi parlent 2 amis experts-comptables quand ils se rencontrent ?

Insécurité routière... pardonnez-moi, je me défoule...

Je n’ai rien à dire… ou presque…

Lettre à la direction d’un hôpital ou comment sont utilisés nos impôts...

Sarkozy élu… pour partager ma bile… et message(s) à cette gauche atteinte de crétinisme avancé…

Tous derrière Delanoë… pour sauver le monde en plantant des carottes…

Tramway parisien : le bal des cocus continue… et la mascarade passe…

ASSEDIC (et autres) : qui sont les crétins qui écrivent les directives ?...

Une journée dans les bas-fonds de la justice française...

Michel Onfray… Au secours ! La pensée dogmatique et l’ostracisme sont de retour…

Juste pour rire... le langage politique… 

Service des urgences de l’hôpital Tenon : la « honte » de nos services de santé…

Divagations sur le consentement, la sexualité et autres considérations sociales…

Partage d’émotions : quand les humains comprennent ce qui les réunit plus que ce qui les divise...

Une symbolique de 2012 : pour rire jaune… 

Récréation philosophique…

Mes interrogations du moment... ou quand le vide politique ne présage rien de bon...

Nouvelles du « monde du travail » dans la France d’aujourd’hui… interdit au moins de 18 ans…

Nouvelles de la barbarie, de l’individualisme et de l’indifférence…

11 Novembre, hommage et mémoire…

Chine-USA : « Une guerre sans limite »…

Spécial vœux 2012, le temps des bilans… hommage posthume au Diceros bicornis longipes...

"L’Université des Va-nu-pieds", quand les hommes comprennent ce qui les relie…

Faire-part de vie...

Être un homme de gauche, par Alex Métayer...

Le pouvoir des banques, le cas d’école : Goldman Sachs...

Des vœux pour 2014 que je fais miens !...  

Faire-part...

 

  F - Ville de Paris : urbanisme et politique...

Informations sur la catégorie : "Ville de Paris : urbanisme et politique..."

Voirie parisienne : l'honneur perdu de Delanoë qui cautionne l'ayatholisme de Baupin et Contassot

A propos de la Démocratie Participative...

Violence des cités... : Quand on n'a pas les mots et qu'on a tous les maux, il reste le passage à l'acte violent...

Tramway parisien, ils persistent et ils signent... et les conneries continuent...

Delanoë menteur et médias complices !!!

Insécurité routière... pardonnez-moi, je me défoule...

Tous derrière Delanoë… pour sauver le monde en plantant des carottes…

L’Omerta sur Michel Charzat, liste différente de Paris 20ème

Tramway parisien : le bal des cocus continue… et la mascarade passe…

Vélib' : problèmes d'arithmétique élémentaires, niveau CM1…

 

H - Livre d'or des commentaires et autres...

 

Rechercher

Diverses infos pratiques

    

Syndication (RSS : 2.0) - Pour être prévenu(e) des derniers article mis en ligne

Pour préserver un ordre de présentation cohérent sur ce blog, j'ai dû modifier les dates de publication (c'était le système Over-Blog qui voulait ça). Donc, je ne proposais pas de lien de syndication, car celui-ci ne donnait pas la réalité des derniers articles publiés.

Depuis, tout a changer en pire et cette option n'est plus possible.

Aussi, si vous voulez être tenu au courant des dernières publications ou encore du déménagement de ce blog sur une autre plate-forme abonnez-vous à la newsletter (deuxième pavé en partant du haut à droite). Pour information, je n'ai pas accès aux mails complets des inscrits et ne peux donc en faire aucune utilisation détournée.

Merci.

 

 

Quoi que vous inspire ces textes, merci de prendre le temps de laisser vos commentaires, avis et propositions ; ils sont une source précieuse pour les faire évoluer... Soit en cliquant sur le lien "Ecrire un commentaire" qui se trouve à la suite de chaque article, soit pour les commentaires généraux, avis, propositions, réactions, discussions, états d'âme et "coucou", ... en cliquant directement sur le ien suivant : "Livre d'or des commentaires et autres..."

 

 

15 juillet 2010 4 15 /07 /juillet /2010 14:00

 

Dans la torpeur estivale, juste un moment de partage d’émotions, d’un évènement qui s’est produit le 12 mars 2011, passé inaperçu dans nos médias (mais peut-être pas pour vous)…

Riccardo Muti dirige Nabucco au Teatro dell'Opera di Roma à l'occasion du 150ème anniversaire de l'Unité italienne.

 

Je reprends un texte (modifié à la marge, par mes soins) qui circule sur le Net et dont je ne connais pas l’auteur. Le voici :

 

Je vous invite d'abord à lire (surtout si vous ne comprenez pas l’italien), puis à regarder et écouter....

 

Silvio Berlusconi renversé par Giuseppe Verdi qui a fait face à la réalité en quittant sa loge…

 

L’Italie fêtait le 150ème anniversaire de sa création et à cette occasion fut donnée, à l’opéra de Rome, une représentation de l’opéra le plus symbolique de cette unification : Nabucco de Giuseppe Verdi, dirigé par Riccardo Muti (Nota : patronyme d’une haute portée symbolique, « Muti » veut dire littéralement « muets »).

 

Nabucco de Verdi est une œuvre autant musicale que politique : elle évoque l'épisode de l'esclavage des juifs à Babylone, et le fameux chant « Va pensiero » est celui du Chœur des esclaves opprimés.

 

En Italie, ce chant est le symbole de la quête de liberté du peuple, qui dans les années 1840 - époque où l'opéra fut écrit - était opprimé par l'empire des Habsbourg, et qui se battit jusqu'à la création de l’Italie unifiée.

 

Avant la représentation, Gianni Alemanno, le maire de Rome, est monté sur scène pour prononcer un discours dénonçant les coupes dans le budget de la culture du gouvernement. Et ce, alors qu’Alemanno est un membre du parti au pouvoir et un ancien ministre de Berlusconi.

 

Cette intervention politique, dans un moment culturel des plus symboliques pour l’Italie, allait produire un effet inattendu, d’autant plus que Sylvio Berlusconi en personne assistait à la représentation…

 

Repris par le Times, Riccardo Muti, le chef d'orchestre, raconte ce qui fut une véritable soirée de révolution : « Au tout début, il y a eu une grande ovation dans le public. Puis nous avons commencé l’opéra. Il se déroula très bien, mais lorsque nous en sommes arrivés au fameux chant Va Pensiero, j’ai immédiatement senti que l’atmosphère devenait tendue dans le public. Il y a des choses que vous ne pouvez pas décrire, mais que vous sentez. Auparavant, c’est le silence du public qui régnait. Mais au moment où les gens ont réalisé que le Va Pensiero allait démarrer, le silence s’est rempli d’une véritable ferveur. On pouvait sentir la réaction viscérale du public à la lamentation des esclaves qui chantent : « Oh ma patrie, si belle et perdue ! ». »

 

Alors que le Chœur arrivait à sa fin, dans le public certains s’écriaient déjà : « Bis ! » Le public commençait à crier « Vive l’Italie ! » et « Vive Verdi ! » Des gens du poulailler (places tout en haut de l’opéra) commencèrent à jeter des papiers remplis de messages patriotiques – certains demandant « Muti, sénateur à vie ».

 

Bien qu’il l’eut déjà fait une seule fois à La Scala de Milan en 1986, Muti hésita à accorder le « bis » pour le Va pensiero. Pour lui, un opéra doit aller du début à la fin. « Je ne voulais pas faire simplement jouer un bis. Il fallait qu’il y ait une intention particulière. », raconte-t-il.

 

Mais le public avait déjà réveillé son sentiment patriotique. Dans un geste théâtral, le chef d’orchestre s’est alors retourné sur son podium, faisant face à la fois au public et à M. Berlusconi, et voilà ce qui s'est produit :

 

Après que les appels pour un "bis" du "Va Pensiero" se soient tus, on entend dans le public : « Longue vie à l'Italie ! » 

 

Le chef d'orchestre Riccardo Muti : « Oui, je suis d'accord avec ça, "Longue vie à l'Italie" mais... »

 

[applaudissements]

 

Muti : « Je n'ai plus 30 ans et j'ai vécu ma vie, mais en tant qu'Italien qui a beaucoup parcouru le monde, j'ai honte de ce qui se passe dans mon pays. Donc j'acquiesce à votre demande de bis pour le "Va Pensiero" à nouveau. Ce n'est pas seulement pour la joie patriotique que je ressens, mais parce que ce soir, alors que je dirigeais le Chœur qui chantait "O mon pays, beau et perdu", j'ai pensé que si nous continuons ainsi, nous allons tuer la culture sur laquelle l'histoire de l'Italie est bâtie. Auquel cas, nous, notre patrie, serait vraiment "belle et perdue". »

 

[Applaudissements à tout rompre, y compris des artistes sur scène]

 

Muti : « Depuis que règne par ici un "climat italien", moi, Muti, je me suis tu depuis de trop longues années. Je voudrais maintenant... nous devrions donner du sens à ce chant ; comme nous sommes dans notre Maison, le théâtre de la capitale, et avec un Chœur qui a chanté magnifiquement, et qui est accompagné magnifiquement, si vous le voulez bien, je vous propose de vous joindre à nous pour chanter tous ensemble. »

 

C’est alors qu’il invita le public à chanter avec le Chœur des esclaves. « J’ai vu des groupes de gens se lever. Tout l’opéra de Rome s’est levé. Et le Chœur s’est lui aussi levé. Ce fut un moment magique dans l’opéra. »

« Ce soir-là fut non seulement une représentation du Nabucco, mais également une déclaration du théâtre de la capitale à l’attention des politiciens. »

 

Voici la vidéo de ce moment plein d'émotion...
 

 

Un tout petit d’espoir qui fait chaud au cœur, dans ce monde de brutes…

 

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

 

Texte italien (Va, pensiero)

 

Va, pensiero, sull'ali dorate;

Va, ti posa sui clivi, sui colli,

Ove olezzano tepide e molli

L'aure dolci del suolo natal!

 

Del Giordano le rive saluta,

Di Sionne le torri atterrate...

Oh mia patria si bella e perduta!

O membranza sì cara e fatal!

 

Arpa d'or dei fatidici vati,

Perché muta dal salice pendi?

Le memorie nel petto raccendi,

Ci favella del tempo che fu!

 

O simile di Solima ai fati

Traggi un suono di crudo lamento,

O t'ispiri il Signore un concento

Che ne infonda al patire virtù!

 

Traduction littérale (Va, pensée)

 

Va, pensée, sur tes ailes dorées ;

Va, pose-toi sur les pentes, sur les collines,

Où embaument, tièdes et suaves,

Les douces brises du sol natal !

 

Salue les rives du Jourdain,

Les tours abattues de Sion ...

Oh ma patrie si belle et perdue !

Ô souvenir si cher et funeste !

 

Harpe d'or des devins fatidiques,

Pourquoi, muette, pends-tu au saule ?

Rallume les souvenirs dans le cœur,

Parle-nous du temps passé !

 

Ô semblable au destin de Solime

Joue le son d'une cruelle lamentation

O que le Seigneur t'inspire une harmonie

Qui nous donne le courage de supporter nos souffrances !
 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

I-Cube 15/07/2011 09:42



@ L'ami-râle : Moins farouche que leurs "cousines Corsa" !


Et je parle d'expérience...



L'Ami-râle 15/07/2011 09:23






Un raz-de-marée d’émotion…


 


Tout d’abord parce que c’était le 150ème anniversaire de l'Unité italienne.


Ensuite, parce que « Le Chef » s’est fait giflé en public par le maire de Rome !...


Une révolte contre l’Imperator !...


 


La salle était déjà « chauffée à blanc » quand a commencé l’opéra.


 


Le cœur des esclaves a décuplé le sentiment de révolte contre Sylvio, devenu indigne de l’Italie.


Effectivement, c’est une révolte contre l’autorité, celle d’un président finissant…


Et je comprends très bien ce puissant sentiment de révolte contre un pouvoir pervers.


Il y a un sentiment nationaliste dans cet évènement, d’une puissance terrible, et je ne vois pas ce que cela a de péjoratif.


Le sentiment nationaliste, ou celui d’être Normand, ou Breton, ou Corse, structure notre identité et prend ses racines bien lointaines dans la
défense de la tribu originelle.


C’est, à l’origine, une question de survie pour le groupe, et les émotions, la passion, et les armes, deviennent alors  les maîtres du jeu.


C’est un extraordinaire sentiment humain qui a structuré nos sociétés.


D’ailleurs, je développe le « Pari de la Mer », dont l’un des objectifs est la création de Parlements régionaux qui seront destinés
à nous redonner une autonomie par rapport à la capitale…


 


Et, si nécessaire, je serais même le premier à prendre les armes pour défendre ma liberté.


Mais je me méfie de mes pulsions, pas toujours facile à … contrôler pour un « capitaine Haddock ».


D’où l’intellectualisation de ma révolte contre nos « socedémocratouilles » et autres mafieux.


 


Ce que je veux dire, c’est que la manipulation nationaliste par des individus sans scrupule (ou cinglés), qui peuvent s’appuyer sur
l’incroyable pouvoir des médias, peut nous conduire à la catastrophe comme cela a déjà été le cas.


 


Néanmoins, j’aurais aimé être là pour admirer toutes ces Italiennes habillées, parées, pour une soirée à l’Opéra.  Ah !... Les Italiennes



I-Cube 13/07/2011 08:26



Ah c'est Piaget ! Je ne me souvenais plus.


Mais j'ai pu le vérifier maintes et maintes fois (y compris dans des manifs de rue...)


Y'a aussi un phénomène de clonage indéniable dans toute hiérarchie, pour les passages de témoins et de générations, quel que soit la constitution du groupe...


C'est d'ailleurs ce qui a tué en interne le PCF, par exemple...



Incognitototo 14/07/2011 16:46



Oui, et cela réduit la démocratie à une espèce de bagarre, où ce sont les plus féroces et les plus manipulateurs qui gagnent... pas les idées, les programmes et les valeurs humaines
transcendantes... Pourtant, il y a des solutions à ces problèmes, mais il ne faut attendre de ceux qui profitent de ce système pour les mettre en oeuvre... Logique jusqu'au bout.



Michel MARTIN 12/07/2011 17:03



Emouvant, mais pourquoi et comment sélectionnons-nous tant de fourbes, de brutes et d'imbéciles à notre tête? A la tête de nos états et à la tête de nos entreprises.


Ta rubrique institutions propose des pistes.


Je crois qu'il faut prendre au sérieux toutes les objections argumentées et tous les objecteurs, je vois cette règle en haut de la pile des exigences démocratiques. 



Incognitototo 13/07/2011 01:55



Rappelle-toi... Piaget disait : un groupe fonctionne toujours au niveau le plus bas du plus bas de ses membres... Je pense qu'il y a un phénomène similaire dans le choix de nos dirigeants (c'est
pour cela que je crains le pire en 2012). D'ailleurs, s'il y a une originalité dans la sociocratie que j'ai retenue, c'est celle-là : on élit ceux qui ne se présentent pas... ça me parait
vraiment intéressant, car l'expérience aurait plutôt tendance à démontrer que ce ne sont pas ceux qui veulent le plus du pouvoir qui sont le plus aptes à l'exercer dans le respect des électeurs.
Mais comment appliquer ça, à un pays ?



I-Cube 11/07/2011 10:31



Inco : Merci ! Merci mille fois !


Je t'adore !


 


On peut encore espérer du genre humain, tu sais !


Magnifique : j'en pleure de joie...



Incognitototo 13/07/2011 01:55



De rien...

Oui, comme je le disais à Fanfanchatblanc, c'est mon nouveau médicament anti désespoir politique...



L'Ami-râle 11/07/2011 08:43



Je suis bien d’accord avec vous, mais il n’en demeure pas moins que l’effondrement financier de l’Italie, qui commence à être l’objet de la
spéculation sur sa note, provoquera des émotions nationalistes ou sécessionnistes, y compris celle-ci qui est superbe.


 


L’instrumentalisation de l’art a toujours été l’une des composantes des totalitarismes.


Ce n’est pas l’analyse froide et logique qui prédomine, mais l’émotionnel.


Et si l’émotionnel est capable de "transporter des
montagnes" il n’en demeure pas moins à la base de l’action politique de beaucoup de partis.


 


C’est une composante de notre humanité, à manipuler avec prudence.


 



Incognitototo 13/07/2011 01:56



Mais enfin, l'Ami-Râle pourquoi voulez-vous absolument plaquer un sentiment nationaliste sur cet évènement ? Personnellement, je n'en vois... pas besoin de ça, ni de manipulation pour dire aux
oppresseurs : basta ! Et leur exprimer notre juste colère... qui est une composante intrinsèque de l'humain. Je ne vois pas non plus pourquoi, les émotions ne feraient pas partie de la
politique... du moins si elles sont soumises à la raison et à l'intelligence. Reste que si ceux, qui ont donné leur sang notamment pour la démocratie, avaient écouté leur raison, nous ne serions
pas là pour en discuter librement (ou presque).



L'Ami-râle 10/07/2011 21:33



Superbe !...


 


Les spectateurs Italiens ont réagi comme s’ils étaient mis en esclavage…


Mais quel est l’ennemi contre lequel doivent  se révolter les Italiens pour retrouver leur
liberté ?...


Une réaction purement affective, émotionnelle, qui demande un peu plus d’analyse.


 


Ce n’est pas une révolte contre l’Empire austro-hongrois... C’est fini depuis longtemps.


Une révolte contre l’Union européenne ?...


Bof…


C’est une révolte contre les baisses de crédit pour les artistes, et en fait contre l’effondrement économique et financier de l’Italie.


 


Les coupables ?...


La mondialisation, l’ultralibéralisme financier et la corruption endémique en Italie.


Un ensemble de facteurs qui vont subir d’ailleurs d’importants bouleversements dans les mois qui viennent.


 


Ce qui est amusant, c’est que, dans la difficulté, la vieille compagne nationaliste des peuples se réveille, en Italie comme ailleurs.


Le nationalisme comme solution aux problèmes !...


On connait…


 



Incognitototo 11/07/2011 01:14



Non, non, l'Ami-râle, vous vous trompez, ça n'est pas le sentiment nationaliste là... d'autant que l'Italie est plus parcouru de courants sécessionnistes que nationalistes...

C'est plutôt le sentiment qu'éprouve tout être humain face à l'oppression quand il prend conscience que la solidarité peut renverser les montagnes... si vous ajoutez à cela la communion que
provoque le fait de vibrer au son d'une musique qui dit toute la souffrance d'un peuple, alors l'essentiel de chaque être ne peut que s'identifier et se sentir transporter.

Personnellement, je pleure pareil et j'ai le même type d'émotions, notamment, quand je vais écouter les chants de rage et de révolte... et toujours aucun sentiment nationaliste parce que la lutte contre les oppresseurs est
fondamentalement internationaliste.



Mezetulle 10/07/2011 09:53



Magnifique, émouvant.


Lors de la reprise d'Atys à l'Opéra comique de Paris, il y a eu une retransmission tv sur Mezzo le 21 mai dernier avec comme il se doit interviews des principaux artistes autour du
spectale et pendant les entractes. Celle de William Christie, sans atteindre l'intensité ni la "gravité" de ce que Incognitototo nous propose ici, loin de s'en tenir aux déclarations
conventionnelles du genre "quel beau travail, quelle belle équipe, quel bel opéra", a avancé quelques réflexions fortes sur les rapports entre la culture et l'Etat. Car il faut préciser que cette
reprise n'aurait pas pu avoir lieu sans un mécène privé américain, naguère tombé amoureux de Lully. Christie a souligné avec plus que de l'amertume que le désinvestissement public dans la "chose
culturelle" est catastrophique, particulièrement en France où la tradition de mécénat d'entreprise est très faible. Bien sûr cela n'atteint pas la dimension de ce que nous donne à voir ici
Incognitototo, mais il y avait là plus qu'un frémissement d'indignation : quelque chose des enjeux politiques se joue cette année non pas en marge de l'opéra, mais bien sur la scène et en pleine
lumière.


Quant à vous donner une référence vidéo de cet entretien étonnant, j'en suis incapable, ce n'est pas faute d'avoir fouillé le site de Mezzo, on peut voir aussi l'opéra sur Dailymotion, mais pas
l'interview.



Incognitototo 10/07/2011 23:52



Merci pour l'info significative.

Oui, on le sait bien tous les pouvoirs, même les plus "démocratiques", ont peur de la culture et des arts libres... et les ont toujours considérés comme non prioritaires. La "crise" provoquée par
l'incurie et l'incompétence de nos politiques (mondiaux) a bon dos pour justifier tous les renoncements.

J'ai fait des propositions très constructives (et pas chères) à une mairie, pour valoriser et rentabiliser les nombreuses richesses artistiques qui résident dans cette ville, je n'ai même jamais
reçu une réponse.

Je me demande quel a été l'impact d'un Verdi sur l'unification italienne, mais à mon avis il n'y est pas pour rien.



Améthyste 10/07/2011 04:21



Grazie !



Incognitototo 10/07/2011 23:29



Di niente, tanto più che ho ricevuto questo testo di te.

Un bacio.



Chouette et chouette 09/07/2011 18:40



C'est simple ce qu'a fait Muti et en même temps demande un courage certain.


Beaucoup de personnes "célèbres" peuvent en prendre de la graine et à certaines occasions pouraient ainsi influer la réflexion de beaucoup... Puique, hélas, il faut être célèbre pour se faire
entendre...



Incognitototo 10/07/2011 23:26



Célèbre ou nombreux...

Bises ma Chouette.



fanfanchatblanc 09/07/2011 18:00



C'est la troisième fois que je visionne ce moment unique de fraternité et de courage.. je frisonne et je me dis que rien n'est perdu .. mais douce illusion probablement.. quoique le commodore a
subi des revers non négligeables ces derniers temps.. espérons.. et chapeau à Riccardo Muti pour ce courage alors que Berlusconi était présent...quant à ce chant inoubliable.. Merci Verdi



Incognitototo 10/07/2011 23:25



En ce moment, je l'écoute tous les matins, moi... C'est mon nouveau médicament antidésespoir politique...
Il est vraiment temps que l'Italie vire ce pantin et si on était moins amorphe en France, il faudrait également qu'on se débarasse du nôtre. Le problème c'est pour mettre qui ?



Flo-Avril 09/07/2011 17:16



C'est superbe, je n'avais pas eu l'occasion de voir ce magnifique moment, mon frère m'en avait parlé mais je l'avais raté de peu. Moment intense en émotion, moment de pur bonheur, moment de pur
vérité.


Merci mon Toto, e viva l'italia libera anche tutti i populi


Amicizie, Flo



Incognitototo 10/07/2011 23:07



De rien ma Flo tout le plaisir est pour moi.

Popolo unito non sarà mai vinto.

Un bacione a te.