Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Solutions politiques (ou + de 400 propositions de réformes politiques...)
  • Solutions politiques (ou + de 400 propositions de réformes politiques...)
  • : Analyses et propositions de réformes politiques institutionnelles, économiques, fiscales, sociales, juridiques, et autres, issues de ma pratique professionnelle et de la vie tout simplement ; pour vraiment changer...
  • Contact

Sommaire

 

Sélection partiale des derniers articles mis en ligne

Faire-part...

À mes lectrices et lecteurs : avertissements importants !

« Après moi le déluge ! » : constats « navrants » sur plus on sait et plus on est con...

Changer par la loi et pour une « vraie révolution fiscale »... sans sortir de l’Europe...

« La société du spectacle » et « No future », nos seuls avenirs ?...

L’irrésistible progression des souverainistes et des nationalistes : l’horreur absolue... Qui est responsable ?...

Homoparentalité et « mariage pour tous » : de la réalité à la loi...

« Nul ne peut s’enrichir sans cause » : une jurisprudence malheureusement oubliée...

Rapport Gallois et compétitivité... De qui se moque-t-on ?...

« Double contrainte » : 40 ans d’accords internationaux et de lois, qui rendent fou...

La propriété privée et la finitude : des nœuds systémiques centraux...

 

Quelques classiques et textes fondateurs

Imprécis précis de fiscalité… pour en finir avec les « croyances populaires »… si, c’est possible…

(3) - Mises au point et compléments sur la TVA sociale… 

Les dettes publiques : dans la série « on ne vous dit pas tout »… et c’est quoi la pensée virtuelle ?

Histoires de dettes interbancaires : dans la série « on ne vous dit pas tout »… et c'est quoi l'économie virtuelle ?…

Exercises appliqués d’analyse systémique sur la mondialisation et à propos de la décroissance…

À ceux qui prônent un retour au Franc… et aux autres, qui manquent d’arguments pour leur répondre…

(1) - Le marxisme est-il une drogue dure ? Ou quel est le véritable opium du peuple ? Essai de plaidoyer pour une révolution systémique des modes de pensée et des solutions de gauche... (début)

(1) Travailler plus intelligemment, produire utile et modifier les structures, pour travailler moins et créer de la valeur... (début)

(1) - TVA et TVA sociale substitutive : une arme pour le développement économique et de transparence démocratique… (début)

 

Une toute petite sélection d'articles qui aurait pu figurer sous une rubrique « On ne vous dit pas tout »

Le faux débat sur l'évasion fiscale et les paradis fiscaux...

Solidarités sociales et retraites : ce qu’il faut savoir et ce qu'on ne vous dit pas ou si peu...

Vélib' : problèmes d'arithmétique élémentaires, niveau CM1…

 


Tout les articles publiés (regroupés dans l'ordre de leur parution par catégorie : du plus ancien au plus récent)

  A - Préambules

Introduction et justifications de ce blog

D’où je viens, comment je me situe, philosophie et cadre général des propositions

Petites mises au point pour comprendre la logique de ce blog et des 400 propositions…

 

B - Le programme de réformes

1 - Les institutions

2 - Les institutions

1 - Economie et fiscalité

2 - Economie et fiscalité

Santé, Sécurité Sociale et retraites

1 - Droit du travail

2 - Droit du travail

Formation - Éducation - Recherche

Justice

Emplois

Sécurité et qualité de vie

Europe

Plan de mise en œuvre des propositions

Pour conclure provisoirement

 

D - Anecdotes, réflexions et solutions suggérées

Voirie parisienne : l’honneur perdu de Delanoë qui cautionne l’ayatholisme de Baupin et Contassot

(1) - Déficit de la Sécurité Sociale… mes expériences dans l’univers kafkaïen des services de "santé" (début)

(2) - Déficit de la Sécurité Sociale… mes expériences dans l’univers kafkaïen des services de "santé" (fin)

Violence des cités… : Quand on n’a pas les mots et qu’on a tous les maux, il reste le passage à l’acte violent…

A propos d'éducation - Une lettre à Science & Vie

Médias : leur responsabilité dans l'absence de pensée…

Politique internationale : Attentats du 11 Septembre - Au-delà du bien et du mal, il me manque les mots…

Politique internationale : Combien de temps encore nous ferons-nous la guerre pour les fautes des pères ?

(1) - Le marxisme est-il une drogue dure ? Ou quel est le véritable opium du peuple ? Essai de plaidoyer pour une révolution systémique des modes de pensée et des solutions de gauche… (début)

(2) - Le marxisme est-il une drogue dure ? Ou quel est le véritable opium du peuple ? Essai de plaidoyer pour une révolution systémique des modes de pensée et des solutions de gauche… (fin)

Perversions des systèmes : la démocratie en danger

Nicolas Hulot : l'équation économique insoluble et insolvable…

Quelques problèmes auxquels, je réfléchis sans vraiment trouver de remède pratique…

Un problème qui me pose vraiment problème : la société du spectacle, c'est maintenant…

Suite aux présidentielles : politique-fiction sur le mode de scrutin...

(1) - TVA et TVA sociale substitutive : une arme pour le développement économique et de transparence démocratique… (début)

(2) - TVA et TVA sociale substitutive : une arme pour le développement économique et de transparence démocratique… (fin)

(3) - Mises au point et compléments sur la TVA sociale…

(1) - Travailler plus intelligemment, produire utile et modifier les structures, pour travailler moins et créer de la valeur... (début)

(2) - Travailler plus intelligemment, produire utile et modifier les structures, pour travailler moins et créer de la valeur… (fin)

À propos de l’intéressement des salariés aux résultats de l’entreprise…

Pour redonner à la monnaie son équivalence travail et empêcher qu’elle soit gérée comme une marchandise, faut-il éliminer les spéculateurs ?...

Souvenirs d'un vieux con, à propos du féminisme... + Épilogue

Tribune de l'action...

Tribune de l'action : rêvons un peu… avec les banques…

Divagations sur la crise... L'inconscient, cette donnée incontournable oubliée par la politique...

Le faux débat sur l'évasion fiscale et les paradis fiscaux...

Solidarités sociales et retraites : ce qu’il faut savoir et ce qu’on ne vous dit pas ou si peu…

Juste deux ou trois choses qui personnellement me soucient bien plus que l’avenir des retraites !

(1) - Burqa et loi : un débat démocratique entre citoyens - Catherine Kintzler et Incognitototo (début)

(2) - Burqa et loi : un débat démocratique entre citoyens - Catherine Kintzler et Incognitototo (suite et fin ?)

Réchauffement climatique global ou pas ? Religiosité et politique : les Verts et Europe Écologie, la nouvelle secte des béni-oui-oui…

À ceux qui prônent un retour au Franc… et aux autres, qui manquent d’arguments pour leur répondre…

(1) - Euro contre Franc : un débat démocratique entre citoyens - Laurent Pinsolle et Incognitototo (début)

(2) - Euro contre Franc : un débat démocratique entre citoyens - Laurent Pinsolle et Incognitototo (suite et fin ?)

Exercices appliqués d’analyse systémique sur la mondialisation et à propos de la décroissance…

La « lutte des places » : la septicémie de notre démocratie...

Histoires de dettes interbancaires : dans la série « on ne vous dit pas tout »… et c'est quoi l'économie virtuelle ?…

Les dettes publiques : dans la série « on ne vous dit pas tout »… et c’est quoi la pensée virtuelle ?

Imprécis précis de fiscalité… pour en finir avec les « croyances populaires »… si, c’est possible…

La propriété privée et la finitude : des nœuds systémiques centraux...

Tous les extrémistes sont de dangereux malades mentaux...

Sciences et politique : un mauvais mélange... Le cas des réchauffistes...

« Double contrainte » : 40 ans d’accords internationaux et de lois, qui rendent fou...

Rapport Gallois et compétitivité... De qui se moque-t-on ?...

« Nul ne peut s’enrichir sans cause » : une jurisprudence malheureusement oubliée...

Homoparentalité et « mariage pour tous » : de la réalité à la loi...

La politique virtuelle contre « l’économie réelle »...

L’irrésistible progression des souverainistes et des nationalistes : l’horreur absolue... Qui est responsable ?...

« La société du spectacle » et « No future », nos seuls avenirs ?...

Changer par la loi et pour une « vraie révolution fiscale »... sans sortir de l’Europe...

« Après moi le déluge ! » : constats « navrants » sur plus on sait et plus on est con...

 

G - Actualité

Investiture socialiste, quand les vieux gouvernent la France,… étonnant, non ?

A propos de la Démocratie Participative...

Un débat presque oublié… Ou comment choisir notre futur(e) président(e) ?

Tramway parisien, ils persistent et ils signent... et les conneries continuent...

Mon raisonnement à la con pour choisir un Président…

Delanoë menteur et médias complices !!!

Quelques réflexions en vrac sur les résultats du premier tour des présidentielles… et notre système démocratique.

Débat télévisé des présidentiables… le degré zéro de la politique...

Quelques sentiments et idées en vrac, avant la mise en sommeil…

Hommage à Madame Benazir Bhutto…

Constitution européenne : Appels contre le traité de Lisbonne et le déni de démocratie

Edvige, Cristina et tous les autres...

Crise financière mondiale et faillite de la banque Lehman Brothers

Burqa : la liberté et le doute doivent-ils profiter à l’obscurantisme ?… Réflexions et solutions alternatives…

Revue de presse et informations complémentaires sur les retraites…

L’Islande, oubli ou désinformation ?... La révolution, dont (presque) personne ne parle…

Islande, les suites de leur révolution… ou les débats que nous évitons en France…

Mitterrand : l’imposture de la gauche - 10 mai 1981 : la commémoration du deuil de la gauche…

Les dettes souveraines : l’arnaque d’un demi-siècle de mensonges, ou de qui se moque-t-on ?…

11 septembre : la commémoration des amnésiques…

Primaires socialistes : allez-y...

« Votez, pour eux !... »

Croyances et politique : variations et élucubrations sur un second tour...

En vrac...

Compte-rendu d'étape de la présidence Hollande : toujours plus de la même chose : 1 / changement : 0,001

C’est la rentrée... Tous les gens qui s’offusquent de l’incivisme ou de l’immoralité de Bernard Arnault m’emmerdent...

Tribune de l’action : séparer les activités des banques (urgent et important !)... 

Fin de la souveraineté économique des pays et de la démocratie européenne...

À mes lectrices et lecteurs : avertissements importants !

 

E - Émotions, sentiments, humeurs, rires...

Une lettre anonyme que l'INSEE ne recevra pas...

Europe, après la victoire du "non" : les politiques me fatiguent et les journalistes aussi...

Nouvelles cartes grises : carton rouge aux eurocrates qui ont encore frappé très fort…

Quelqu'un connaît-il un descendant de Champollion ? Ou de quoi parlent 2 amis experts-comptables quand ils se rencontrent ?

Insécurité routière... pardonnez-moi, je me défoule...

Je n’ai rien à dire… ou presque…

Lettre à la direction d’un hôpital ou comment sont utilisés nos impôts...

Sarkozy élu… pour partager ma bile… et message(s) à cette gauche atteinte de crétinisme avancé…

Tous derrière Delanoë… pour sauver le monde en plantant des carottes…

Tramway parisien : le bal des cocus continue… et la mascarade passe…

ASSEDIC (et autres) : qui sont les crétins qui écrivent les directives ?...

Une journée dans les bas-fonds de la justice française...

Michel Onfray… Au secours ! La pensée dogmatique et l’ostracisme sont de retour…

Juste pour rire... le langage politique… 

Service des urgences de l’hôpital Tenon : la « honte » de nos services de santé…

Divagations sur le consentement, la sexualité et autres considérations sociales…

Partage d’émotions : quand les humains comprennent ce qui les réunit plus que ce qui les divise...

Une symbolique de 2012 : pour rire jaune… 

Récréation philosophique…

Mes interrogations du moment... ou quand le vide politique ne présage rien de bon...

Nouvelles du « monde du travail » dans la France d’aujourd’hui… interdit au moins de 18 ans…

Nouvelles de la barbarie, de l’individualisme et de l’indifférence…

11 Novembre, hommage et mémoire…

Chine-USA : « Une guerre sans limite »…

Spécial vœux 2012, le temps des bilans… hommage posthume au Diceros bicornis longipes...

"L’Université des Va-nu-pieds", quand les hommes comprennent ce qui les relie…

Faire-part de vie...

Être un homme de gauche, par Alex Métayer...

Le pouvoir des banques, le cas d’école : Goldman Sachs...

Des vœux pour 2014 que je fais miens !...  

Faire-part...

 

  F - Ville de Paris : urbanisme et politique...

Informations sur la catégorie : "Ville de Paris : urbanisme et politique..."

Voirie parisienne : l'honneur perdu de Delanoë qui cautionne l'ayatholisme de Baupin et Contassot

A propos de la Démocratie Participative...

Violence des cités... : Quand on n'a pas les mots et qu'on a tous les maux, il reste le passage à l'acte violent...

Tramway parisien, ils persistent et ils signent... et les conneries continuent...

Delanoë menteur et médias complices !!!

Insécurité routière... pardonnez-moi, je me défoule...

Tous derrière Delanoë… pour sauver le monde en plantant des carottes…

L’Omerta sur Michel Charzat, liste différente de Paris 20ème

Tramway parisien : le bal des cocus continue… et la mascarade passe…

Vélib' : problèmes d'arithmétique élémentaires, niveau CM1…

 

H - Livre d'or des commentaires et autres...

 

Rechercher

Diverses infos pratiques

    

Syndication (RSS : 2.0) - Pour être prévenu(e) des derniers article mis en ligne

Pour préserver un ordre de présentation cohérent sur ce blog, j'ai dû modifier les dates de publication (c'était le système Over-Blog qui voulait ça). Donc, je ne proposais pas de lien de syndication, car celui-ci ne donnait pas la réalité des derniers articles publiés.

Depuis, tout a changer en pire et cette option n'est plus possible.

Aussi, si vous voulez être tenu au courant des dernières publications ou encore du déménagement de ce blog sur une autre plate-forme abonnez-vous à la newsletter (deuxième pavé en partant du haut à droite). Pour information, je n'ai pas accès aux mails complets des inscrits et ne peux donc en faire aucune utilisation détournée.

Merci.

 

 

Quoi que vous inspire ces textes, merci de prendre le temps de laisser vos commentaires, avis et propositions ; ils sont une source précieuse pour les faire évoluer... Soit en cliquant sur le lien "Ecrire un commentaire" qui se trouve à la suite de chaque article, soit pour les commentaires généraux, avis, propositions, réactions, discussions, états d'âme et "coucou", ... en cliquant directement sur le ien suivant : "Livre d'or des commentaires et autres..."

 

 

7 juillet 2010 3 07 /07 /juillet /2010 11:00
 
Il y a quelques jours, une amie proche, s’étonnait que je n’alimente plus mon blog en articles… et je lui répondais que je ne savais plus sur quoi écrire.
 
C’est vrai, je me sens sec… Non pas qu’il n’y aurait pas tant et tant à dire encore sur le landerneau politique et le tapage médiatique permanent que nous subissons, mais plutôt parce que je suis tellement atterré par les déclarations et les programmes des uns et des autres, que j’éprouve comme une sorte de sidération comateuse… et même un dégoût non dissimulé.
 
J’avais en projet de reprendre chaque programme proposé pour en faire l’exégèse (comme j’avais commencé à le faire avec Nicolas Hulot), mais à quoi bon… Il y a déjà 37 600 000 pages de sites qui passent leur temps à éplucher le moindre geste, le moindre mot, le plus minime faux pas de nos candidats, alors, inutile d’en rajouter.
De toute façon, de la gauche à la droite se sont les sempiternelles resucées, les perpétuelles vieilles recettes, les éternelles promesses, les immuables visions partisanes, sans qu’aucun ne s’attaque réellement aux problèmes de fond.
 
En fait, je suis fatigué de tout ce blabla…
Je pourrais reprendre les arguments de tous les déçus… Comment les croire ? Qu’est-ce que tous ces gens, qui sont dans la vie politique depuis plus de 20 ans et ont, pour la plupart, exercé des postes à responsabilités, vont faire de plus que leurs fonctions passées ne leur ont pas permis de faire ?
Mais ce n’est même pas ça, c’est beaucoup plus profond, beaucoup plus grave, que le simple désamour de l’électeur lambda qui a subi les successives trahisons, quel que fût le choix de son « camp » initial…
 
Il y a une chose quand même assez étrange en France, il semble définitivement qu’il y ait des sujets tabous que ni la gauche, ni la droite, ne veulent toucher, ni n’ose même aborder. On pourrait s’attendre, comme dans tous les pays démocratiques, que la droite fasse une politique de droite et la gauche de gauche, mais non, chez nous, ça ne fonctionne pas comme ça.
Non seulement, on a vu la gauche prendre des décisions qu’un gouvernement de droite n’aurait même jamais osé proposer de peur que les gens descendent dans la rue, mais également l’inverse, quand un Sarkozy supprime la double peine, alors que cela fait vingt ans que les successifs gouvernements de gauche n’y ont pas accordé la moindre importance, alors que c’était dans leur programme… De même que l’on a vu des gouvernements de gauche rétablir des équilibres financiers et d’autres de droite augmenter la dette publique de plus de 40%... et vice versa…
 
Bref, la confusion des genres règne en maître… et parfois, j’ai vraiment des doutes sur la cohérence de tous ces personnages.
 
Mais, il n’y a pas que ça, je me fais vraiment du souci sur la gauche de la gauche et également la droite de la droite (pas loin de 50 % des électeurs, à eux deux, quand même), qui continuent envers et contre tout, à nous asséner leurs vieilles rengaines, sans même s’être rendu compte que nous avons changé d’époque, de contexte, de façon de pensée… et que tout ce qui avait pu être imaginé pour répondre aux besoins d’un pays cloisonné dans ses frontières ne peut pas fonctionner dans un pays ouvert…
C’est pitoyable, … par exemple, je partage à 200 % les analyses de la gauche de la gauche sur les délocalisations et la mondialisation ; mais le problème est qu’en face de ces défis quelles sont les propositions ? Taxer toujours plus les entreprises et/ou collectiviser les bénéfices… et pour la droite de la droite, sortir de l’Europe, fermer les frontières et revenir au Franc…
Vraiment, on marche sur la tête, comme si de réaliser ces mesures n’allait pas nous débarrasser définitivement des entreprises en question et du travail qui va avec… comme si le fait que la France ait une des plus grosses pressions fiscales et sociales, n’était pas déjà une des causes des délocalisations…
 
Au risque de me répéter, il n’y a vraiment que le « comment on fait » qui m’intéresse. Mais, dès qu'il s'agit de sortir des déclarations d'intentions, des positions idéologiques et de rentrer dans la matière concrète, il n'y a plus personne...
Sur le net, il y a en tout et pour tout, à ma connaissance, une petite douzaine de sites qui se posent ces questions (dont un qui vient de s’ouvrir http://www.commentonfait.fr le site d’Alexandre Jardin, si ça vous amuse de discuter des propositions de nos candidats une à une…), tout le reste n’est qu’un déferlement de blablas idéologiques réchauffés et de déferlements de bonnes intentions sans aucun intérêt pratique…
 
Il y a bien des sujets tabous…
On voit bien qu'aucun de nos candidats, je dis bien aucun, n'ose affronter notre système paritaire français, bloqué dans ses retranchements et ses conservatismes... alors, qu'il est une des grandes causes de la faillite de notre "modèle social"... alors, qu’il y a de colossales économies d’échelle à réaliser sur le système lui-même…
On entend bien le silence assourdissant de nos candidats qui ne sont pas prêts à remettre en cause notre pléthorique administration fiscale et le système contre-productif de perceptions qui l’accompagne…
On applaudirait presque quand tous les raisonnements sur les mesures sociales de nos candidats se terminent pas « favoriser le retour à l’emploi », mais là encore personne ne nous dit « comment il va créer le contexte qui permettra de créer les emplois qui manquent »… et là, encore, les promesses et les intentions se terminent en impasse de pensée…
Sans même évoquer les indispensables réformes de notre système électoral qui continue à laisser sans représentation près de 50 % des électeurs, sans la moindre vergogne et sans se demander si l’impossibilité des changements en profondeur ne viendrait pas de ce grave défaut démocratique…
Et tant et tant d’autres sujets, passés sous silence, comme si leur simple évocation allait priver nos candidats des voix qu’ils chassent… jouez violons, sonnez crécelles sont les seuls sons qu’on entend en ce moment et non, vraiment, face à ça, je n’ai rien à dire…
 
Mon vrai et quasiment seul sujet de réflexion actuel est comment trouver les "déclics" pour que les voix de ceux qui « pensent efficacités et non idéologies » se fassent entendre. À part, aller m’immoler devant le siège de l’UMP ou du PS (oui, il faut faire un choix je ne pourrai pas faire les 2 ;-), vraiment je ne vois pas… et encore les Verts m’accuseraient sûrement d’aggraver les problèmes écologiques, alors je ne le fais pas…
 
Il reste quelque chose à inventer pour nous sortir du blabla et du ronron politique, mais à part reprendre des actions du type situationniste, comme je le faisais dans mes jeunes années, je ne vois toujours pas… Et encore, cela ferait plaisir à nos médias, toujours à l'affût de sensationnel, sans que ça ne touche ceux qui devraient l’être…
Bref, je sèche lamentablement pour l'instant, pour imaginer des actions pour peser davantage dans les débats. En fait, je ne vois que le chantage électoral, pour alerter nos candidats sur leurs insuffisances et leur vacuité… Mais comment nous compter ? Comment faire pour que tous ceux qui veulent parler du « comment, on fait concrètement » en fonction de certains objectifs, puissent se regrouper et former un mouvement non pas apolitique, mais de « réelle-politique » ?
 
C’est là-dessus que je réfléchis, sauf que la dispersion du net ne favorise pas les regroupements, sauf que je suis seul à parler dans le désert, avec les quelques autres qui y sont avec moi… nous nous reconnaissons quand nous nous rencontrons, nous nous saluons ; mais, nous constatons mutuellement notre impuissance à faire avancer les pensées communément admises, toutes celles qui sont enkystées dans les idéologies mortifères qui s’enthousiasment pour leurs candidats respectifs, comme des enfants hypnotisés par les bonbons qu’on leur promet…
 
Je cherche, mais si vous trouvez avant moi, je suis preneur.
J’en arrive à penser que de mon vivant, je n’arriverai pas à laisser à nos descendants la plus minime partie des rêves de société plus juste et prospère qui m’habitent encore… Je n’aurai servi à rien… malheureusement, exactement comme tous ces politiques qui continuent d’essayer de nous faire croire, envers et contre tout, qu’ils maîtrisent encore quelque chose…
 
Repost 0
6 juillet 2010 2 06 /07 /juillet /2010 11:00
 
Aujourd’hui, après avoir manqué de me faire dégommer en moto par un chauffard, pour la ixième fois, comme une quille dans un bowling à la suite d'un Strike, je vais vous parler de l'insécurité routière… sujet futile et de nantis, s’il en est (sauf pour ceux qui ont perdu des proches ou les survivants estropiés de cette chasse ouverte permanente), quand on sait que 840 millions d’êtres humains continuent à être sous-alimentés et qu'en plus, la terre produit, maintenant, largement de quoi nourrir toute la planète…
 
"J’adore" ceux qui mettent leur clignotant et qui déboîtent sans vérifier qui, arrive derrière, comme s'ils avaient la priorité ; mais, "j'aime" également ceux qui déboîtent sans mettre leur clignotant… C'est plus drôle, si pour les éviter, je dois me payer le véhicule qui arrive en face…
 
"J'adore" ceux qui s'engagent dans les croisements, alors qu'ils vont bloquer tout le monde ; mais, "j'aime" également quand c'est des bus qui le font… Là, au moins, on est vraiment dans la m…
 
"J'adore" ceux qui roulent à la vitesse d'un escargot au galop et qui accélèrent brusquement quand le feu passe à l'orange pour passer au rouge ; mais, "j'aime" également tous les vélos qui ne respectent jamais les feux et que je manque à chaque fois de couper en deux… Mince ! Encore raté…
 
"J'adore" les vieux qui hésitent à traverser et qui se décident, enfin, quand le petit bonhomme devient rouge ; mais "j'aime" également tous les kamikazes qui traversent n'importe où, et de préférence, en déboulant de derrière un camion en stationnement… J'en suis à ma troisième chute pour les éviter, le prochain n'y coupera pas…
 
"J'adore" les conducteurs à casquette qui s'obstinent à rouler à 80 km/h sur la file de gauche de l'autoroute ; mais, j'aime également ceux qui avancent à cheval sur la ligne de séparation des rares deux voies qui restent encore à Paris, y inclus les bus que je n'ai jamais vu rouler dans leurs anciens couloirs… Mais, il est vrai que cela constitue à peine des infractions de ne pas rouler à droite…
 
"J’adore" les transports en commun et les poids lourds qui fonctionnent encore au charbon ; mais "j'aime" également les 4X4 qui prennent, pour un passager, la place d'un camion… Seuls ceux qui ont déjà pris une giclée de fumées d'échappement de diesel dans la figure, visière relevée, me comprendront…
 
"J'adore" devoir perpétuellement contrôler au rétro mes arrêts à l'orange, pour évaluer l'automobiliste que j'ai au cul et pour savoir si, lui s'arrêtera à temps ou pas, alors qu'il a vu le même feu que moi ; mais, "j'aime" également ceux qui klaxonnent les rares automobilistes qui respectent le code de la route ; sur ce point, je me demande également si je ne "préfère" pas quand je klaxonne quelqu'un qui fait une infraction et que celui-ci me répond en me faisant un mauvais geste… Personnellement, je m'arrête toujours quand un piéton est engagé sur un passage protégé, dommage que ceux qui me suivent ne fassent pas pareil…
 
"J'adore" les automobilistes qui continuent à téléphoner en roulant en s'imaginant qu'ils maîtrisent la situation, alors qu'en moins de 5 minutes ils sont capables de faire 5 infractions et de mettre la vie des autres en danger, et principalement celle des deux-roues ; mais, "j'aime" également cette "nouvelle mode" qui s'est étendue aux cinglés qui roulent avec leur portable coincé sous leur casque… Quand on connaît l'attention de conduite accrue qu'il faut pour ne pas rester paraplégique ou mourir en deux roues, on comprend mieux pourquoi, ils sont surnommés dans les services d'urgence : "les donneurs d'organes"…
 
"J'adore" les feuilles d'automne qui s'entassent sur la voirie formant une couche méga glissante, jamais enlevée ; mais, "j'aime" également tous les aménagements "super intelligents" qui ont transformé nos rues en pistes à gymkhanas, faut-il le préciser, votées par des gens qui ne conduisent pas leur véhicule eux-mêmes ou qui ne se déplacent qu'avec des motards… Peut-être y a-t-il un lien de cause à effet avec l'augmentation du taux d'accidentologie à Paris, alors qu'elle régresse dans le reste de la France ; mais bon je n'en sais rien, je ne suis qu'un pauvre citoyen, qui serre de plus en plus les fesses dès qu'il doit faire un trajet…
 
Bon j'arrête là, l'énumération, à vous de faire le reste dans les commentaires, je ne vais quand même pas faire tout le boulot…
 
Pour votre parfaite information : depuis 2003 non seulement l'accidentologie a baissé moins vite à Paris que dans le reste de la France, mais depuis 2005 elle enregistre même une augmentation, alors que celle du reste du pays continue à décroître…
De plus, ce rapport (le rapport 2006 a disparu (!!!???) du site, mais vous pouvez consulter les suivants) de la Préfecture de Police, est assez inquiétant ; il indique que le nombre d'accidents est en augmentation de plus de 4% sur le premier semestre 2006 et celui des morts de + 30% (principalement piétons et deux-roues).
                                                                                                                
Vous comprenez mieux pourquoi, je serre de plus en plus les fesses au moindre de mes trajets…
 
 
3 ans, c'est le temps, digne du livre des records, qu'il aura fallu à cette municipalité pour pourrir la vie à tous les usagers de Paris... sauf, celle des fêtards bien entendu...
 
Mais, pourquoi, me direz-vous, nous répéter que "tu adores" et que "tu aimes", alors qu'on voit bien que tu détestes… He bien, c'est pour rester dans des préceptes chrétiens, car, il en faut une sacrée dose (sans pour autant devenir pratiquant intégriste et même en restant agnostique) pour ne pas mourir ou devenir un meurtrier sur la route. Entre faire une connerie irréparable soi-même ou faire avaler son volant au premier chauffard rencontré qui aura tenté de vous tuer, il faut choisir la voie de l'amour pour rester en vie… même si des fois ça fait vraiment c…
Au fond, je "leur" pardonne, que celui qui n'a jamais fait une infraction au code de la route me jette la première manivelle… par contre, j'en balancerai bien une (de manivelle) à la Présidence du conseil de Paris et, même, une deuxième à celle de la région, mais ça ne serait pas très chrétien, alors…
 
Ha, encore une chose, relevée dans "www.actu-idf.com" : "A l’occasion de la séance du Conseil régional du 15 novembre, Jean-Paul Huchon, président du Conseil régional d’Ile-de-France et les élus régionaux reçoivent les membres du CRJ (Conseil régional des jeunes) venus présenter leurs propositions pour améliorer la vie des jeunes des quartiers sensibles. (…) Parmi ces 40 propositions, six priorités, dont la première citée et mise en avant est :
-                Mettre fin à l’enclavement des banlieues notamment par la mise en place d’une bourse pour passer le permis de conduire. Alors que le permis de conduire est un véritable passeport pour l’emploi et l’autonomie, son prix reste inaccessible pour une majorité de jeunes. " (SIC et RESIC)
 
C'est bien de leur offrir le permis, mais qui va leur payer la bagnole ? Ne serait-ce pas une incitation supplémentaire à ce qu'ils en volent une ? Enfin, … cela se fera en toute sécurité puisqu'ils auront leur permis… Et… heu…. Ça ne va pas un peu contrarier tous les efforts que fait notre "brave" Delanoë pour diminuer le flot de voitures en créant toujours plus d'embouteillages ?…
Bon… Pas grave, ils démontrent encore une fois leur cohérence et leur courage ; c'est vrai que c'est un peu plus difficile de leur donner du boulot, ou encore de faire un plan de déplacement routier, de redistribution des activités et de dessertes des transports, en IDF, qui tiennent la route… "Qui tiennent la route ?"…
Il va vraiment falloir, un jour, qu'on fasse souffler dans le ballon tous nos politiques, je crois que nous aurions de drôles de surprises…
 
Autre perle de l’article cité plus haut : "(…) Jean-Paul Huchon a fait de la démocratie participative un axe de sa politique. (…)" Si c'est comme monsieur Delanoë (voir : D - Tramway parisien, ils persistent et ils signent… et les conneries continuent…), on peut être sûr que cette nouvelle forme de démagogie va porter ses fruits…
Je pense, même, qu'à la suite d'un prochain scandale médiatisé et médiatique, portant sur une victime qui n'aura pas été secourue à temps à cause des embouteillages, la prochaine mesure que nos élus vont prendre en IDF sera la création "d'unités d'urgence à moto"… Cela devient vital aux heures de pointe, pour que les services d'intervention puissent arriver sur les lieux en moins d'une heure et cela permettrait également à nos élus locaux de consulter, eux-mêmes, en urgence, avant de prendre d'autres décisions absurdes, comme ils nous en ont gavés depuis 2001
Quand je pense que j'ai voté depuis 29 ans pour eux à Paris, je crois que je mérite bien, comme pénitence, de faire, à 18 heures, deux fois le tour du périphérique en moto… Si, j'y survis, c'est que plus rien ne peut m'arriver…
 
C'est tout pour aujourd'hui…
 
Repost 0
5 juillet 2010 1 05 /07 /juillet /2010 11:00

Première date de publication : 13/11/2006

Date de la dernière mise à jour : 13/11/2006



Lui message téléphonique :
(…) J’aurai besoin de tes lumières sur l’autoliquidation de la TVA, j’ai lu le feuillet rapide du Lefebvre mais je n’y comprends rien (…)
 
Précisons qu’il s’agit de clore un vieux débat concernant le lieu de paiement et de la redevabilité de la TVA pour les échanges entre européens (Article 94 de la loi de finance rectificative pour 2005), débat qui dure depuis 10 ans et qui a donné lieu à de multiples contentieux entre l'administration fiscale et les contribuables, mais aussi entre Etats membres de l'UE…
 
Moi mail: J’ai bien eu ton message sur la TVA, qui m’a bien fait rire, car je n’y ai strictement rien compris moi non plus…
 
Envoie-moi la note rapide, pour que je vois s’ils y disent quelque chose en plus que la RF (NDR : Revue Fiduciaire : 9 pages écrites serrées avec des exemples abscons et des conclusions interrogatives)…
 
Sinon on n’est pas dans la merde…
 
Amitiés.
 
 
Lui mail : Je confirme : on est dans la merde ! Grosse merde !! Ou alors, il faut connaître un descendant de Champollion !!!
 
Ma source est la même que la tienne et la note que j'ai trouvée, n'est qu'un pâle délayage indigeste lui aussi...
 
Si tu as sous la mimine un traducteur, je suis preneur...
 
En attendant un kidnapping d'énarques (faut-pas rêver !)...
 
A bientôt pour une bouffe à refaire le monde, comme je les aime.
 
 
Puis appel téléphonique (extrait) :
 
Lui : Ton mail m’a fait mourir de rire, au point que quelqu’un qui passait dans le couloir est venu voir ce qui se passait…
 
Moi : Le tien était pas mal non plus, je te promets que la suggestion de demander de l’aide à un descendant de Champollion va devenir publique dans mon blog… (NDR : voilà c’est fait)
 
Lui : J’ai fait des recherches sur le net et je ne suis pas plus avancé. J’ai trouvé un essai d’explication sur le site de la Chambre de Commerce, mais à mon avis le mec qui a pondu l’article doit être sous Gardénal maintenant… et l’était déjà au moment où il a pondu l’article, parce que je ne suis pas plus avancé. On fait quoi ?
 
Moi : Je sais pas moi, … on tue le chien ou on saute par la fenêtre ? (NDR pour les âmes sensibles : je n’ai pas de chien et je souffre du vertige, alors ça risque pas d’arriver).
 
Lui : Je vais m’inscrire à un stage pour la fin du mois, je vois que ça.
 
Moi : Oui et tu me tiens au courant (…""$$££??!!!****#### - censuré)
 
 
Puis l’échange se poursuit…
 
C’est là que je lui apprends qu’il faut dorénavant se méfier d’une nouvelle stratégie de l’URSSAFF qui consiste à envoyer les significations fin juillet ou début août, ce qui lui évite de recevoir dans les temps les réponses (30 jours pour répondre ou saisir le tribunal)…
Be oui c’est plus simple, en août peu d’entreprises ont un service qui reste ouvert uniquement pour recevoir les recommandées. C’est vraiment bien pensé… J’ai fait un rescrit social (NDR : procédure qui consiste à demander à l’administration, si on est dans la légalité en faisant telle ou telle chose) en février et ils m’envoient la réponse le 27 juillet… Au final en rentrant fin août, la recommandée est repartie chez eux. Le temps que je m’inquiète auprès de leurs services de ne toujours pas avoir reçu de réponse à ma demande de février et je suis déjà hors délais pour un recours gracieux…
Et ils m’ont fait le même coup suite à un contrôle dans l’entreprise d’un ami, où j’étais sûr de les bananer devant le tribunal. Manque de bol, l’entreprise qui était fermée n’a jamais reçu la mise en recouvrement (envoyée le 3 août) qui aurait dû dans les 30 jours déclencher mon action…
Mon ami expert-comptable me confirme qu’ils lui ont fait le même coup sur une des entreprises qu’il suit…
 
C’est là que je lui apprends que suite à la réponse du Ministre à une question d’un parlementaire, nous allons enfin savoir comment classifier les entrepôts pour la taxe foncière et la taxe professionnelle (NDR : surface commerciale, industrielle, de bureau, … car, aucune précision n’est donnée dans le CGI quant à leur classification, ce qui, en fonction du choix, modifie notablement l’assiette et le montant des taxes à payer… et donne lieu à de multiples contentieux)… Fausse joie, après la réponse du Ministre et 1 page de développement, la conclusion de l’article est : « les juges apprécieront cas par cas les contentieux qui leur seront présentés »… Merde, il a pondu une page, tout ça pour ne pas répondre à la question !!!
 
 

C’est tout pour ce soir… car sinon je serai obligé de vous infliger un autre blog consacré uniquement aux aberrations, contradictions, abus et vides législatifs de nos camarades énarques.
 
Au secours !!! Alors on le tue ce chien ou on le balance par la fenêtre ?

 
 

P.-S. : et maintenant si vous voulez connaître la suite de cette histoire et rentrer dans les interrogations existentielles des "spécialistes" du droit, cliquez sur le lien "Voir les commentaires" ci-dessous, notamment, si vous souhaitez comprendre comment notre droit évolue pour devenir de plus en plus inapplicable, allez à la réponse du commentaire n° 8...

 

 

Repost 0
4 juillet 2010 7 04 /07 /juillet /2010 11:00

 

 

Vous avez vu les nouvelles cartes grises ?
 
Passons sur le format de 25,5 cm X 12,5 cm, alors que l'ancien était de 17,5 cm X 13,5 cm… soit quand même 35% de papier utilisé en plus...
 
Tout ça pour quoi ? Pour nous indiquer sur la deuxième page l'explication des codes qui ont remplacé les caractéristiques qui étaient précédemment écrites en clair sur les anciennes cartes grises.
 
Donc, pour comprendre maintenant sa carte grise, il faut se prêter au jeu de la bataille navale…
 
Par exemple (V.9), pour ceux que cela intéresserait, il faut retourner sa carte, chercher le renvoi et, ô merveille, on peut y apprendre que ce code veut dire : "Indication de la classe environnementale de réception CE : mention de la version applicable en vertu de la directive 70/220/CEE ou de la directive 88/77/CEE" (SIC et RE-SIC).
Et alors elles disent quoi ces normes ? Faut-il que j'appelle mon avocat pour connaître ces lois, vu que personne n'est censé les ignorer ? Qui sont les enculeurs de mouche qui ont inventé ça ? Des noms s'il vous plaît !!!
 
Si vous cherchez votre PTC, sachez que c'est le code (F.2) qui l'indique et qu'il s'appelle désormais : "Masse en charge maximale admissible du véhicule en service dans l'État membre d'immatriculation (en kg)".
Ca veut dire quoi ? Que dans d'autres Etats membres le PTC est différent ? Ou/et que dans d'autres États membres ils n'utilisent pas le kilo (alors que c'est la norme internationale depuis plus de 50 ans) ?
 
Je serais curieux de connaître, combien d'années ont été nécessaires aux camarades de la Commission Européenne des transports pour valider ces nouvelles normes ? Et combien cette "merveilleuse innovation" nous a encore coûté en impôts ? Temps de discussion à 25 membres, études et contre-études, mise au point des procédures, validation des lois, publication des lois, mise à jour des outils techniques et informatiques, formation des personnels, etc, … tout ça pour chaque pays. Pour quels gains ? Et surtout pour arriver à un résultat qui oblige les citoyens à apprendre une nouvelle langue…
Vous comprenez mieux maintenant pourquoi une nouvelle carte grise vous en coûtera 231 € !!!
 
Est-ce que vraiment j'ai tort, quand je vous dis que nos énarques sont devenus fous et qu'ils ne savent plus gérer les priorités ?
 
Pour ce genre de problèmes idiots et sans aucun enjeu fondamental, ne pourrait-on pas décider une fois pour toutes qu'un européen qui applique ses lois nationales, pour un certain nombre de sujets,  sur un autre territoire, n'est pas en infraction ? Comme par exemple, l'obligation d'avoir un gilet phosphorescent pour les conducteurs français qui vont en Espagne, sous peine de se faire coller une amende dès qu'ils ont franchi la frontière…
 
Faire la part des choses, entre l'indispensable, le nécessaire et le superflu, semble avoir totalement disparu de la pensée de nos politiques.
 
 

PS : "Le Canard enchaîné " du mercredi 18 octobre 2006 (extrait de la Mare aux canards : "L’Europe, c’est rétro") : Une trentaine de parlementaires français étaient en visite pour mieux comprendre et discuter avec le président de la commission José Manuel Barroso… Après quelques échanges, un hôte lui demanda : quelles sont ses priorités… Réponse : "Harmoniser le type des rétroviseurs pour les camions européens" (SIC)…
 

Quand je vous dis qu'ils sont devenus fous… Ça fait vraiment mal au cœur de savoir que ces gens-là n'ont rien de plus urgent à traiter et dépensent notre argent pour ça…
 

Repost 0
3 juillet 2010 6 03 /07 /juillet /2010 11:00

 

Même si j’ai voté "non", je ne me réjouis pas du résultat de ce référendum… Je l’avais déjà dit sur le forum de Libération : au lendemain du 29 mai, nous aurons tous la gueule de bois. Pas de celle que l’on éprouve en cas de victoire ou de défaite, mais de celle amère qui fait que le résultat, quel qu’il soit, ne satisfera vraiment personne : un résultat perdant / perdant en quelque sorte… dommage qu’une si belle et grande idée ait autant été dévoyée par ce que l’on nous a proposé.
 
Par contre, je suis stupéfait par les réactions des politiques qui, de tous bords, essayent de se raccrocher aux branches. Vraiment, ils me fatiguent et augmentent d’un cran ma colère et mon désamour. Ils continuent à être sourds, aveugles et malheureusement pas muets, essayant pour les vainqueurs de s’approprier mon "non" au nom de raisons qui ne sont pas les miennes ; et pour les vaincus de me faire croire qu’ils ont compris ma supposée colère… Ils y en a qui ne doutent vraiment de rien…
 
Alors, je le répète, mon "non" n’est ni de gauche, ni de droite et je dénie à quiconque le droit de se l’approprier. Et pour que ce soit tout à fait clair, je vous le redis :
  • - mon "non" est celui de quelqu’un qui doit travailler tous les jours avec les perversions des systèmes juridiques et institutionnels français ou européens,
  • - mon "non" est celui de quelqu’un qui réfléchit aux conséquences morbides inscrites dans la structure des organisations (Cf : les analyses fort pertinentes : d’Etienne Chouard),
  • - mon "non" est celui de quelqu’un qui reconnaissait dans cette constitution l’inscription dans le marbre de la fin des responsabilités politiques et de la démocratie directe,
  • - mon "non" est celui de quelqu’un qui pense que voter "pour le moins pire", c’est toujours et encore voter pour le pire…

même, si par ailleurs, de tout autres raisons, tout aussi importantes, m’avaient déjà conduit à penser que nous étions en train de vivre la plus grande supercherie politique de ces 40 dernières années ; mais c’est un autre débat.
 

Les villes contre les campagnes, les vieux contre les jeunes, les cadres contre les employés, l’intelligentsia contre les abrutis, tout ça avec un Serge July qui sucre les fraises et qui voudrait nous faire croire que ce "non" est celui des trouillards, des xénophobes et des populistes (en oubliant au passage que 82 % de gens ont dit "non" à Le Pen en 2002) … Mon pauvre, pauvre monsieur, le fait de passer à la télé vous aura sûrement fait tourner la tête comme à bien d’autres… où peut-être qu’à force de manger des petits fours la raison se ramollit et la vue s’obscurcit…
Il y a cependant une statistique qui a été oubliée dans la précédente énumération, c’est que ceux qui ont vraiment lu le traité, ont majoritairement voté "non" et vice versa… C'est bizarre et sûrement pas un hasard, qu'un élément, aussi important, qui aurait pu expliquer le résultat d'une tout autre manière, ait échappé à ce point à nos journalistes, aux politiques et aux commentateurs de tous horizons...
 

Honte à tous ceux qui ne démissionnent pas, qui ne veulent pas entendre qu’ils ne nous représentent plus, qu’ils ne nous ressemblent plus.
 

Honte à tous ceux qui ne prennent pas la mesure de leurs incompétences, que 20 ans de promesses et de revirements ça suffit, qui n’arrivent même plus à se rendre compte du gouffre qui les sépare du quotidien des gens…
 

Honte à tous ceux qui ont gouverné et qui n’assument pas l’état dans lequel se trouve la France aujourd’hui :

  • - un pouvoir d’achat amputé de 25 % depuis le passage à l’Euro,
  • - 2,8 M de chômeurs plus 1,2 M de Rmistes,
  • - une misère en croissance exponentielle,
  • - une insécurité sociale permanente généralisée,
  • - et des rentiers toujours plus riches.
Honte à tous ceux qui s’apprêtent à nous faire croire qu’ils ont compris mon "non", mais qui vont faire en sorte que celui-ci ne remette rien en cause.
  
Alors au risque de paraître un peu plus populiste aux yeux de Monsieur Serge July qui visiblement ne sait plus ce que les mots conviction, démocratie, honnêteté et morale veulent dire, un petit rappel s’impose :
  • - Tous les politiques qui ont été dans des gouvernements et qui ont appelé à voter "oui" devraient démissionner de leurs fonctions,
  • - Tous les députés et sénateurs qui ont appelé à voter "oui" devraient démissionner,
  • - Les traités antérieurs, signés sans l'accord des Français, sont dans cette constitution. Il n’y a pas de "demi non" et il faudra dénoncer et renégocier tout ce qui a été accepté sans l’accord des peuples.
On y verrait déjà un peu plus clair, non ?
  
Mais que les tenants du OUI se rassurent, comme ils peuvent le constater le NON de la France n’a strictement rien changé et même l’Europe s’apprête à faire comme s’il ne s’était rien passé.
 
Ni vu, ni connu je t’embrouille, c’est la démonstration du nouveau courage politique de nos dirigeants, de leur respect de la démocratie et de leur honnêteté…
 
La France va vraiment très mal… 
 
Repost 0
2 juillet 2010 5 02 /07 /juillet /2010 11:00

 


            Messieurs,
 
Il faut que vous le sachiez, vous m’emmerdez en me demandant chaque année les chiffres de mon entreprise, alors que je ne peux pas vous les donner si tôt (NDR : en février, alors que les comptes ne sont rendus que fin avril) et que vous pourriez vous les procurer auprès des services des impôts, sans venir me persécuter. Vous m’emmerdez également quand, régulièrement, vous me demandez de passer du temps pour répondre à vos enquêtes absconses (voir exemple ci-après : une des 4 pages de conneries à remplir, pour lesquelles nous avons en plus 2 pages d'explications) qui nécessiteraient que je perde, pour vos petits délires de toute puissance, la seule valeur vraiment précieuse dans cette vie : le temps et la façon dont on l’emploie.
 
Mais il faut que vous le sachiez, je vous emmerde encore plus fort, … aussi fort que j'emmerde tous les parasites technocrates, énarques, hiérarques, ploutocrates, bureaucrates, politicards et autres enculeurs de mouches, qui n’ont pas d’autres buts dans la vie que de faire perdurer leur place au chaud à l’abri des vrais problèmes, protégés par des lois adaptées à leurs privilèges qui leur donnent une toute petite jouissance de puissance pour les impuissants qu’ils sont…
 
Il faut que vous le sachiez, à fort juste raison vous exaspérez les gens qui travaillent, ceux qui pensent et qui produisent utile, en voulant vous faire croire et faire gober aux autres que vous détenez un savoir, que vous faites œuvre utile, et pire, en voulant nous faire croire que vous savez mieux que nous, que vous savez pour nous…
 
Il faut que vous le sachiez, à votre place, j'aurais déjà émigré au fin fond de la forêt amazonienne de honte ou avoué publiquement que je suis trop con (pas bête et même parfois intelligent, juste con) pour les problèmes à résoudre… Cela fait des années que des gens comme vous, nous abreuvent de conneries en essayant de nous faire croire qu'ils maîtrisent la situation, qu'ils savent ce qu'ils font, que leurs chiffres sont bons, qu'ils ont les solutions et que ça ira mieux demain. Mais qu'est-ce qui a vraiment changé, à part le nombre en croissance exponentielle de gens dans la misère, d'imbéciles qui ne vivent plus dans la vraie vie et de crétins qui s'imaginent qu'ils font œuvre grandiose en appliquant bêtement des lois.
 
Il faut que vous le sachiez, vous faites bien partie de la même race de fonctionnaires tortionnaires qui n'ont pas eu à répondre de leurs crimes après la guerre, qui sont restés en place, qui n'ont jamais demandé pardon et qui pour toute excuse ont ânonné "on ne savait pas, on obéissait aux ordres"…
 
Il faut que vous le sachiez, vous ne servez à rien, vous ne me servez à rien et contrairement à ce que vous pouvez penser vous n'êtes pas plus utiles à ceux que vous croyez servir ; vous permettez tout juste de justifier la place de vos maîtres qui ne vivent pas plus dans la vraie vie que vous.
 
C'est tout pour aujourd'hui et s'il vous restait un neurone de conscience humaine, à votre place je démissionnerais en faisant savoir que ma fonction ne sert à rien et qu'il est inutile de la remplacer et de continuer à collecter des impôts pour elle.
 
Et comme nous ne luttons pas à armes égales (puisque les lois protègent vos incompétences et votre bonne conscience), et que je n'ai aucune envie que vous veniez en plus me faire chier pour outrage parce que vous ne pouvez admettre certaines vérités, vous supporterez bien que cette lettre reste anonyme.
 
C’est tout.

 
Repost 0