Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Solutions politiques (ou + de 400 propositions de réformes politiques...)
  • Solutions politiques (ou + de 400 propositions de réformes politiques...)
  • : Analyses et propositions de réformes politiques institutionnelles, économiques, fiscales, sociales, juridiques, et autres, issues de ma pratique professionnelle et de la vie tout simplement ; pour vraiment changer...
  • Contact

Sommaire

 

Sélection partiale des derniers articles mis en ligne

Faire-part...

À mes lectrices et lecteurs : avertissements importants !

« Après moi le déluge ! » : constats « navrants » sur plus on sait et plus on est con...

Changer par la loi et pour une « vraie révolution fiscale »... sans sortir de l’Europe...

« La société du spectacle » et « No future », nos seuls avenirs ?...

L’irrésistible progression des souverainistes et des nationalistes : l’horreur absolue... Qui est responsable ?...

Homoparentalité et « mariage pour tous » : de la réalité à la loi...

« Nul ne peut s’enrichir sans cause » : une jurisprudence malheureusement oubliée...

Rapport Gallois et compétitivité... De qui se moque-t-on ?...

« Double contrainte » : 40 ans d’accords internationaux et de lois, qui rendent fou...

La propriété privée et la finitude : des nœuds systémiques centraux...

 

Quelques classiques et textes fondateurs

Imprécis précis de fiscalité… pour en finir avec les « croyances populaires »… si, c’est possible…

(3) - Mises au point et compléments sur la TVA sociale… 

Les dettes publiques : dans la série « on ne vous dit pas tout »… et c’est quoi la pensée virtuelle ?

Histoires de dettes interbancaires : dans la série « on ne vous dit pas tout »… et c'est quoi l'économie virtuelle ?…

Exercises appliqués d’analyse systémique sur la mondialisation et à propos de la décroissance…

À ceux qui prônent un retour au Franc… et aux autres, qui manquent d’arguments pour leur répondre…

(1) - Le marxisme est-il une drogue dure ? Ou quel est le véritable opium du peuple ? Essai de plaidoyer pour une révolution systémique des modes de pensée et des solutions de gauche... (début)

(1) Travailler plus intelligemment, produire utile et modifier les structures, pour travailler moins et créer de la valeur... (début)

(1) - TVA et TVA sociale substitutive : une arme pour le développement économique et de transparence démocratique… (début)

 

Une toute petite sélection d'articles qui aurait pu figurer sous une rubrique « On ne vous dit pas tout »

Le faux débat sur l'évasion fiscale et les paradis fiscaux...

Solidarités sociales et retraites : ce qu’il faut savoir et ce qu'on ne vous dit pas ou si peu...

Vélib' : problèmes d'arithmétique élémentaires, niveau CM1…

 


Tout les articles publiés (regroupés dans l'ordre de leur parution par catégorie : du plus ancien au plus récent)

  A - Préambules

Introduction et justifications de ce blog

D’où je viens, comment je me situe, philosophie et cadre général des propositions

Petites mises au point pour comprendre la logique de ce blog et des 400 propositions…

 

B - Le programme de réformes

1 - Les institutions

2 - Les institutions

1 - Economie et fiscalité

2 - Economie et fiscalité

Santé, Sécurité Sociale et retraites

1 - Droit du travail

2 - Droit du travail

Formation - Éducation - Recherche

Justice

Emplois

Sécurité et qualité de vie

Europe

Plan de mise en œuvre des propositions

Pour conclure provisoirement

 

D - Anecdotes, réflexions et solutions suggérées

Voirie parisienne : l’honneur perdu de Delanoë qui cautionne l’ayatholisme de Baupin et Contassot

(1) - Déficit de la Sécurité Sociale… mes expériences dans l’univers kafkaïen des services de "santé" (début)

(2) - Déficit de la Sécurité Sociale… mes expériences dans l’univers kafkaïen des services de "santé" (fin)

Violence des cités… : Quand on n’a pas les mots et qu’on a tous les maux, il reste le passage à l’acte violent…

A propos d'éducation - Une lettre à Science & Vie

Médias : leur responsabilité dans l'absence de pensée…

Politique internationale : Attentats du 11 Septembre - Au-delà du bien et du mal, il me manque les mots…

Politique internationale : Combien de temps encore nous ferons-nous la guerre pour les fautes des pères ?

(1) - Le marxisme est-il une drogue dure ? Ou quel est le véritable opium du peuple ? Essai de plaidoyer pour une révolution systémique des modes de pensée et des solutions de gauche… (début)

(2) - Le marxisme est-il une drogue dure ? Ou quel est le véritable opium du peuple ? Essai de plaidoyer pour une révolution systémique des modes de pensée et des solutions de gauche… (fin)

Perversions des systèmes : la démocratie en danger

Nicolas Hulot : l'équation économique insoluble et insolvable…

Quelques problèmes auxquels, je réfléchis sans vraiment trouver de remède pratique…

Un problème qui me pose vraiment problème : la société du spectacle, c'est maintenant…

Suite aux présidentielles : politique-fiction sur le mode de scrutin...

(1) - TVA et TVA sociale substitutive : une arme pour le développement économique et de transparence démocratique… (début)

(2) - TVA et TVA sociale substitutive : une arme pour le développement économique et de transparence démocratique… (fin)

(3) - Mises au point et compléments sur la TVA sociale…

(1) - Travailler plus intelligemment, produire utile et modifier les structures, pour travailler moins et créer de la valeur... (début)

(2) - Travailler plus intelligemment, produire utile et modifier les structures, pour travailler moins et créer de la valeur… (fin)

À propos de l’intéressement des salariés aux résultats de l’entreprise…

Pour redonner à la monnaie son équivalence travail et empêcher qu’elle soit gérée comme une marchandise, faut-il éliminer les spéculateurs ?...

Souvenirs d'un vieux con, à propos du féminisme... + Épilogue

Tribune de l'action...

Tribune de l'action : rêvons un peu… avec les banques…

Divagations sur la crise... L'inconscient, cette donnée incontournable oubliée par la politique...

Le faux débat sur l'évasion fiscale et les paradis fiscaux...

Solidarités sociales et retraites : ce qu’il faut savoir et ce qu’on ne vous dit pas ou si peu…

Juste deux ou trois choses qui personnellement me soucient bien plus que l’avenir des retraites !

(1) - Burqa et loi : un débat démocratique entre citoyens - Catherine Kintzler et Incognitototo (début)

(2) - Burqa et loi : un débat démocratique entre citoyens - Catherine Kintzler et Incognitototo (suite et fin ?)

Réchauffement climatique global ou pas ? Religiosité et politique : les Verts et Europe Écologie, la nouvelle secte des béni-oui-oui…

À ceux qui prônent un retour au Franc… et aux autres, qui manquent d’arguments pour leur répondre…

(1) - Euro contre Franc : un débat démocratique entre citoyens - Laurent Pinsolle et Incognitototo (début)

(2) - Euro contre Franc : un débat démocratique entre citoyens - Laurent Pinsolle et Incognitototo (suite et fin ?)

Exercices appliqués d’analyse systémique sur la mondialisation et à propos de la décroissance…

La « lutte des places » : la septicémie de notre démocratie...

Histoires de dettes interbancaires : dans la série « on ne vous dit pas tout »… et c'est quoi l'économie virtuelle ?…

Les dettes publiques : dans la série « on ne vous dit pas tout »… et c’est quoi la pensée virtuelle ?

Imprécis précis de fiscalité… pour en finir avec les « croyances populaires »… si, c’est possible…

La propriété privée et la finitude : des nœuds systémiques centraux...

Tous les extrémistes sont de dangereux malades mentaux...

Sciences et politique : un mauvais mélange... Le cas des réchauffistes...

« Double contrainte » : 40 ans d’accords internationaux et de lois, qui rendent fou...

Rapport Gallois et compétitivité... De qui se moque-t-on ?...

« Nul ne peut s’enrichir sans cause » : une jurisprudence malheureusement oubliée...

Homoparentalité et « mariage pour tous » : de la réalité à la loi...

La politique virtuelle contre « l’économie réelle »...

L’irrésistible progression des souverainistes et des nationalistes : l’horreur absolue... Qui est responsable ?...

« La société du spectacle » et « No future », nos seuls avenirs ?...

Changer par la loi et pour une « vraie révolution fiscale »... sans sortir de l’Europe...

« Après moi le déluge ! » : constats « navrants » sur plus on sait et plus on est con...

 

G - Actualité

Investiture socialiste, quand les vieux gouvernent la France,… étonnant, non ?

A propos de la Démocratie Participative...

Un débat presque oublié… Ou comment choisir notre futur(e) président(e) ?

Tramway parisien, ils persistent et ils signent... et les conneries continuent...

Mon raisonnement à la con pour choisir un Président…

Delanoë menteur et médias complices !!!

Quelques réflexions en vrac sur les résultats du premier tour des présidentielles… et notre système démocratique.

Débat télévisé des présidentiables… le degré zéro de la politique...

Quelques sentiments et idées en vrac, avant la mise en sommeil…

Hommage à Madame Benazir Bhutto…

Constitution européenne : Appels contre le traité de Lisbonne et le déni de démocratie

Edvige, Cristina et tous les autres...

Crise financière mondiale et faillite de la banque Lehman Brothers

Burqa : la liberté et le doute doivent-ils profiter à l’obscurantisme ?… Réflexions et solutions alternatives…

Revue de presse et informations complémentaires sur les retraites…

L’Islande, oubli ou désinformation ?... La révolution, dont (presque) personne ne parle…

Islande, les suites de leur révolution… ou les débats que nous évitons en France…

Mitterrand : l’imposture de la gauche - 10 mai 1981 : la commémoration du deuil de la gauche…

Les dettes souveraines : l’arnaque d’un demi-siècle de mensonges, ou de qui se moque-t-on ?…

11 septembre : la commémoration des amnésiques…

Primaires socialistes : allez-y...

« Votez, pour eux !... »

Croyances et politique : variations et élucubrations sur un second tour...

En vrac...

Compte-rendu d'étape de la présidence Hollande : toujours plus de la même chose : 1 / changement : 0,001

C’est la rentrée... Tous les gens qui s’offusquent de l’incivisme ou de l’immoralité de Bernard Arnault m’emmerdent...

Tribune de l’action : séparer les activités des banques (urgent et important !)... 

Fin de la souveraineté économique des pays et de la démocratie européenne...

À mes lectrices et lecteurs : avertissements importants !

 

E - Émotions, sentiments, humeurs, rires...

Une lettre anonyme que l'INSEE ne recevra pas...

Europe, après la victoire du "non" : les politiques me fatiguent et les journalistes aussi...

Nouvelles cartes grises : carton rouge aux eurocrates qui ont encore frappé très fort…

Quelqu'un connaît-il un descendant de Champollion ? Ou de quoi parlent 2 amis experts-comptables quand ils se rencontrent ?

Insécurité routière... pardonnez-moi, je me défoule...

Je n’ai rien à dire… ou presque…

Lettre à la direction d’un hôpital ou comment sont utilisés nos impôts...

Sarkozy élu… pour partager ma bile… et message(s) à cette gauche atteinte de crétinisme avancé…

Tous derrière Delanoë… pour sauver le monde en plantant des carottes…

Tramway parisien : le bal des cocus continue… et la mascarade passe…

ASSEDIC (et autres) : qui sont les crétins qui écrivent les directives ?...

Une journée dans les bas-fonds de la justice française...

Michel Onfray… Au secours ! La pensée dogmatique et l’ostracisme sont de retour…

Juste pour rire... le langage politique… 

Service des urgences de l’hôpital Tenon : la « honte » de nos services de santé…

Divagations sur le consentement, la sexualité et autres considérations sociales…

Partage d’émotions : quand les humains comprennent ce qui les réunit plus que ce qui les divise...

Une symbolique de 2012 : pour rire jaune… 

Récréation philosophique…

Mes interrogations du moment... ou quand le vide politique ne présage rien de bon...

Nouvelles du « monde du travail » dans la France d’aujourd’hui… interdit au moins de 18 ans…

Nouvelles de la barbarie, de l’individualisme et de l’indifférence…

11 Novembre, hommage et mémoire…

Chine-USA : « Une guerre sans limite »…

Spécial vœux 2012, le temps des bilans… hommage posthume au Diceros bicornis longipes...

"L’Université des Va-nu-pieds", quand les hommes comprennent ce qui les relie…

Faire-part de vie...

Être un homme de gauche, par Alex Métayer...

Le pouvoir des banques, le cas d’école : Goldman Sachs...

Des vœux pour 2014 que je fais miens !...  

Faire-part...

 

  F - Ville de Paris : urbanisme et politique...

Informations sur la catégorie : "Ville de Paris : urbanisme et politique..."

Voirie parisienne : l'honneur perdu de Delanoë qui cautionne l'ayatholisme de Baupin et Contassot

A propos de la Démocratie Participative...

Violence des cités... : Quand on n'a pas les mots et qu'on a tous les maux, il reste le passage à l'acte violent...

Tramway parisien, ils persistent et ils signent... et les conneries continuent...

Delanoë menteur et médias complices !!!

Insécurité routière... pardonnez-moi, je me défoule...

Tous derrière Delanoë… pour sauver le monde en plantant des carottes…

L’Omerta sur Michel Charzat, liste différente de Paris 20ème

Tramway parisien : le bal des cocus continue… et la mascarade passe…

Vélib' : problèmes d'arithmétique élémentaires, niveau CM1…

 

H - Livre d'or des commentaires et autres...

 

Rechercher

Diverses infos pratiques

    

Syndication (RSS : 2.0) - Pour être prévenu(e) des derniers article mis en ligne

Pour préserver un ordre de présentation cohérent sur ce blog, j'ai dû modifier les dates de publication (c'était le système Over-Blog qui voulait ça). Donc, je ne proposais pas de lien de syndication, car celui-ci ne donnait pas la réalité des derniers articles publiés.

Depuis, tout a changer en pire et cette option n'est plus possible.

Aussi, si vous voulez être tenu au courant des dernières publications ou encore du déménagement de ce blog sur une autre plate-forme abonnez-vous à la newsletter (deuxième pavé en partant du haut à droite). Pour information, je n'ai pas accès aux mails complets des inscrits et ne peux donc en faire aucune utilisation détournée.

Merci.

 

 

Quoi que vous inspire ces textes, merci de prendre le temps de laisser vos commentaires, avis et propositions ; ils sont une source précieuse pour les faire évoluer... Soit en cliquant sur le lien "Ecrire un commentaire" qui se trouve à la suite de chaque article, soit pour les commentaires généraux, avis, propositions, réactions, discussions, états d'âme et "coucou", ... en cliquant directement sur le ien suivant : "Livre d'or des commentaires et autres..."

 

 

30 mai 2010 7 30 /05 /mai /2010 11:00

 

Quand j'ai acheté le livre de NH ("Pour un pacte écologique" - Ed. Calmann-Lévy), je n'ai pas pu m'empêcher de dire à mon libraire qui voulait me le mettre dans un sac plastique :"non merci, c'est pour consommer tout de suite et jeter immédiatement après"...  

 

Je l’ai lu entièrement en lecture rapide, tant il ne m’a pas semblé nécessaire d’approfondir le moindre passage... Aussi, vous me pardonnerez par avance, si un de ses arguments ou propositions qui contredirait ce qui va suivre aurait pu m’échapper et merci, alors, d’éclairer ma "mauvaise" lanterne…

 

L’évidence de ses constats et de ses déclarations d'intentions, quoi en dire ? Celui qui voudrait les contredire serait soit suicidaire, soit de parfaite mauvaise foi...  

 

Passons également rapidement, sur l’impression de "beau produit marketing" et sur la "cohérence" du personnage... "Faites ce que je dis, mais ne faites pas ce que je fais"... Chacun vit avec des contradictions et dans son cas, c’est beaucoup trop facile de tirer sur l’ambulance (Cf : article sur l’IEESDS ) ; alors, évitons, encore une fois, ces débats stériles.

Peut-être attend-t-il que tous les autres s’y mettent, pour appliquer lui-même ses propositions de comportements civiques écologiques… et puis si, on demandait que tous les juges soient honnêtes, les psys heureux, les médecins en bonne santé, bref, que ceux qui prétendent avoir des compétences dans leur domaine démontrent dans leur vie qu'ils le sont (compétents et cohérents), nous serions en grave pénurie de personnes dans tous les métiers de notre société…

 

J'attendais d'arriver aux moyens pour pouvoir en dire plus... et, même si je m'y attendais un peu, je dois dire que je n'ai pas été déçu par la "candeur" des propositions…

 

Je reprendrais uniquement les grands thèmes, car, il n'est pas question de reprendre une à une ses propositions d'actions, sous peine de vous infliger une litanie sans fin de questions, auxquelles il ne répond pas…

 

A propos de l'économie : "organiser la baisse de la consommation, promouvoir l'économie circulaire, de la durabilité et de la fonctionnalité"

 

Cela part d'une vision assez étonnante… comme si la production actuelle couvrait ou sur-couvrait déjà tous les besoins des humains qu'ils soient français ou habitants de la terre… Je renvoie simplement NH à la dure réalité des chiffres : C - 7 - Le marxisme est-il une drogue dure ? Ou quel est le véritable opium du peuple ? Essai de plaidoyer pour une révolution systémique des modes de pensée et des solutions de gauche... (début) .

 

Je ne pense pas que nous pourrions (sans quelques problèmes de conscience, alors que depuis des siècles nous avons pillé, pour notre seul profit, la planète avec nos politiques colonialistes) dire aux 3 milliards d'êtres humains qui vivent dans des conditions de misère sans fond : "on stabilise la production , parce que, sinon tout le monde va mourir ; donc vous remballez vos espoirs de consommation et de vie digne, pour que nous, nous puissions continuer à vivre".

 

Ces chiffres sont implacables et promouvoir la décroissance même si on pourrait imaginer une politique volontariste de la seule France (à l'image de ce qui se dessine dans les pays nordiques), ne nous dit pas comment nous allons résoudre nos problèmes avec nos 4 millions de chômeurs, 1 million de SDF, 5 millions de mal logés, 8 millions de personnes vivant sous le seuil de pauvreté… Par le partage de ce qui existe déjà ? Par la création d’emplois de service qui recycleront les produits usagés ou cassés ?

 

Il y a un problème de taille, déjà nous ne sommes pas capables de produire suffisamment pour tous, ni même de générer suffisamment de ressources pour répondre à nos besoins sociaux, et il faudrait en plus dire "halte-là, on gèle la croissance… ". Ça ne tient pas et ça tient d'autant moins que NH semble avoir une méconnaissance abyssale des processus de production (et même de consommation) en nous proposant une économie circulaire et de fonctionnalité pour compenser cette "stabilisation" de la croissance.

 

Pour illustrer mon propos, je vais prendre quelques exemples vécus :

●  Dans une salle blanche informatique, j'ai hérité un jour d'un climatiseur, ancien modèle, d'il y a 15 ans, avec des compresseurs conçus pour durer 60 ans… Devant cette merveille technologique, je me suis obstiné à entretenir et à faire réparer cette superbe machine pendant 3 ans à chaque fois qu'un relais claquait, qu'une fuite apparaissait, qu'un dispositif de régulation dysfonctionnait… Mais c'était peine perdue le cumul de mes frais d'entretien sur 3 ans m'ont vite fait comprendre qu'il ne servait à rien de s'obstiner. Avec moins du prix de l'entretien de ces 3 années, je pouvais largement remplacer ce modèle par une nouvelle unité toute neuve, aux performances similaires, et 3 fois moins volumineuse, même si je sais que celle-ci ne durera pas plus de 10 ans avant d'aller à la casse ; et c'est bien ce que j'ai dû me résoudre à faire.
●  Pour les produits de consommation courante (disons entre 15 et 1 500 €), tous les industriels savent qu'il est impossible de promouvoir une économie circulaire performante sans rendre prohibitif le coût de revient du SAV… Cela tient à ce que NH dénonce lui-même, sans se rendre compte de la contradiction. Pour un simple SAV, les coûts de transport et de traitement administratif représentent, à eux-seuls, entre 60 à 90 % sur le total de la facture demandée au client ; pour atteindre pour la plus minime opération de réparation entre 40 à 80 % du prix du produit neuf, sans que l'industriel fasse la moindre marge là-dessus. Quel consommateur préférera réparer à ce prix là, plutôt que d'acquérir un nouvel objet plus à la mode ou plus développé technologiquement. Pour ce dernier point la loi de Moore (jamais prise en défaut depuis 30 ans : http://fr.wikipedia.org/wiki/Loi_de_Moore ) est un sérieux handicap à la promotion d'une économie circulaire pour tous les produits technologiques. Je vois mal quelqu'un vouloir réparer son ordinateur de 3 ans d'âge ou même son lecteur de DVD, alors que ce qu'on lui proposera sur le marché, pour à peine plus cher que le prix de sa réparation, lui donnera 4 fois plus de fonction et de puissance que son "vieux coucou"… Même en redéveloppant des centres de réparation de proximité (comme ils en existaient encore dans mon enfance), les coûts dépasseraient les attentes des clients en matière de rénovation du produit… Le dernier réparateur local de télés, de mon quartier parisien, a disparu il y a 4 ans et n’a jamais été remplacé… Même en prévoyant, dès la conception, des produits, dont les composants seraient "upgradables" (ce qui est déjà le cas actuellement) le coût d’un remplacement restera toujours prohibitif…
●  Enfin à propos des comportements de consommation, quand vous avez un accroc à un pantalon, à partir de quel prix d'achat initial du produit estimez-vous qu'il reste intéressant de faire appel à votre retoucheur de quartier ? Quelle personne ne préférera pas plutôt acquérir un nouveau vêtement ? J’ai même fait une expérience récemment qui en dit long sur l’impossibilité de promouvoir une "économie circulaire" dans notre contexte d’économie ouverte : j’ai acheté 2 pantalons en solde et le prix des 4 ourlets m’a coûté le prix d’un pantalon !!!… Le pire étant ces centres d'aide sociaux qui regorgent de vêtements inutilisés, à la disposition des plus démunis, au point que la politique actuelle est de les revendre au poids à des fripiers qui, soit les retransformeront en fibre, soit les revendront en Afrique...

 

Autrement dit, pour tous les produits qui sont en dessous d'un certain coût de revient, même avec la meilleure volonté du monde, on ne sait pas faire et, persister dans cette voie, c’est même un contresens économique qui va à l’encontre des nobles objectifs poursuivis par les verts !!! Et croyez bien que la recherche de la qualité et de la durabilité, contrairement aux idées reçues, sont des préoccupations permanentes des fabricants, qui absorbent déjà de colossaux budgets… Aucun industriel n'a envie de gérer du SAV qui ne fait que coûter, ni une image de marque commerciale déplorable qui serait due à la non-fiabilité de ses produits.

 

Cependant que par ailleurs, les seules latitudes de développement des fabricants sont de jouer sur la variable marge/prix de vente. Ils sont donc dans une double contrainte qui les oblige :

●  à produire toujours moins cher pour préserver leurs parts de marché, ce qui a forcément des conséquences sur la qualité, et la possibilité de proposer du SAV performant et abordable,
●  à renouveler en permanence leurs gammes de produits, car les habitudes de consommation, la "mode" et les avances technologiques, se satisfont assez mal de renouvellement à la marge, …

 

Enfin, soit je ne comprends pas, soit cela m’échappe, mais, pour des produits plus chers, je ne vois pas ce que cela changera au fond de remplacer l'acquisition d'une voiture par une location ou un droit d'usage… Je reste perplexe et j’attends que quelqu’un m’explique en quoi cela pourrait en réduire l’utilisation et les effets néfastes, si les personnes qui ont besoin d’un véhicule continuent à en avoir besoin (rappelons au passage que les véhicules particuliers ne représentent qu’entre 5 à 20 % des émissions polluantes, selon la façon, dont on les calcule)…

 

Même en imaginant que le coût de l’entretien soit déporté sur l’industriel, qui mettrait à la disposition ce véhicule (qui ne ferait donc plus que du service), même en imaginant que cela l’obligerait à produire des produits de plus en plus fiables et recyclables… Au final, les 3 effets contre-productifs que cela produirait, seraient que :

●  ces coûts seraient forcément répercutés sur le consommateur qui paierait beaucoup plus cher son usage,
●  nous roulerions tous encore en 2 cv, car ce serait le meilleur rapport coût/entretien/durabilité,
●  et compte tenu du non-renouvellement technologique, le parc automobile n’aurait jamais divisé par 3 ses émissions de CO2 en 15 ans…

 

Actuellement, les loueurs renouvellent leur parc tous les 3 à 5 ans, pour garder un niveau de qualité attrayant pour le client et un haut niveau de prestation, dans quoi roulerions-nous s’ils ne le renouvelaient que tous les 20 ans ? En Jeep ? Que deviendraient la recherche et le développement des industriels s’ils ne pouvaient plus amortir sur des séries leurs investissements ? Et si le seul objectif était de faire durer les produits ?

 

Bref, cette vision d’une économie circulaire, durable et fonctionnelle se heurte quelque peu à quelques réalités assez triviales, concernant les seuils de rentabilité, les surcoûts induits, la non-évolution technologique au profit de la durabilité… sauf à "s’imaginer" que les besoins de consommation pourraient ne plus évoluer et même régresser… sauf à "s’imaginer" que les industriels pourraient concilier durabilité et évolution technologique. C’est un sérieux paradoxe, peut-être pas insoluble, mais sûrement pas pour demain, ni même parce que nous le déciderions aujourd’hui…

 

À propos de sa vision de la mondialisation et des problèmes de développement

 

Ses propositions sont en-soi d’une irréalité impressionnante. Elles se fondent sur une vision fermée de l'économie, alors que tous nos problèmes actuels sont justement ceux consécutifs à un marché ouvert à la libre concurrence des centres de production mondiaux et à la libre circulation des capitaux.

 

Entre un produit qui durera 10 ans à 300 € et un produit qui durera 3,3 ans à 100 €, lequel achèterez-vous ? Le calcul est vite fait votre produit actualisé à 4 % vous a coûté au bout de 10 ans 444 € dans le premier cas, et 392 € dans le deuxième cas (12 % moins cher)… Toute l’économie et tous les ménages fonctionnent ainsi et on voit mal comment une industrie qui ne produirait que des produits durables pourrait lutter contre des centres de production qui continueront à produire toujours moins cher… et à grignoter de la qualité et de la durabilité au fur et à mesure de leur apprentissage des techniques…

 

Encourager les gens à "acheter européen", pour paraphraser un vieux slogan qui n’a jamais fonctionné, alors qu’on ne propose rien pour faire évoluer le pouvoir d’achat relève de l’utopie la plus complète. Tant que nous n’aurons pas résolu les problèmes de dumping social et fiscal, c’est une vue de l’esprit de croire que nous pourrions faire cavalier seul pour une industrie propre.

 

Sans oublier que tous les pays qui se développent grâce aux dettes que nous accumulons, veulent eux aussi accéder à notre niveau de consommation… Aurions-nous vraiment la capacité et le front de leur demander d’arrêter de produire pour nous ? Où iront les capitaux de nos industriels, si nous leur imposons des normes de production qui feront de leurs produits des beaux objets durables invendables ?

 

À propos de la fiscalisation et des financements  

 

Tout est axé sur une politique qui me rappelle "furieusement" la politique de voirie de monsieur Delanoë… On ne veut pas prendre les mesures qui permettraient de régler les problèmes à la base et de changer, en conséquence, les comportements, alors on rend la vie impossible à tous ceux que l'on désigne comme responsable du "désastre".

 

Le message est simple : vous consommez trop, mal et pas ce qu’il faut… comme, s’il existait des alternatives viables… alors, vous allez payer et nous allons vous rendre la vie impossible…

 

Et là, c’est l’avalanche de vieilles recettes… taxes sur le carbone, taxes sur les déchets, taxes sur l’eau, le recyclage, … taxes et encore taxes… Toujours et comme si, les entreprises n’allaient pas répercuter sur leurs prix de vente ces charges supplémentaires… Y a-t-il eu une évaluation des conséquences de cette politique sur la baisse du pouvoir d’achat des consommateurs ? Est-ce ainsi que NH espère régler nos problèmes d’emploi ? En comprimant la demande et en faisant une discrimination par l’argent ? Ça n’a pas de sens… et cela en a d’autant moins que nous savons très bien ce qui va se passer, car, nous avons des exemples concrets avec les taxes sur les activités polluantes (1992) et celles sur l’eau…

Depuis les industries les plus sales se sont exportées dans les pays du tiers-monde, dont nous réimportons maintenant les produits… Qu’avons-nous gagné ? À part, d’avoir déplacé les problèmes et mis au chômage quelques salariés de plus…

Depuis les grandes centrales distributrices et d’assainissement d’eau ont multiplié par 4 à 10 les prix de vente (ainsi que leurs profits), sans que rien n’ait été réglé, ni même amélioré, sur le plan écologique…

 

Ça n’est pas sérieux, c’est toujours et encore augmenter les coûts de revient, perdre de la compétitivité, exporter des emplois, faire perdre encore et toujours plus de pouvoir d’achat aux mêmes…

 

Alors pas de solutions ?  

 

Au risque de lasser mes lecteurs, je vous renvoie encore une fois à mes propositions qui forment un tout pour optimiser le développement des richesses et la création de ressources supplémentaires (ou encore C - 1 - Voirie parisienne : l’honneur perdu de Delanoë qui cautionne l’ayatholisme de Baupin et Contassot pour la pollution automobile).

 

Pour espérer arriver un jour à appliquer des contraintes environnementales à notre façon de produire et de vivre, il y a quelques préalables incontournables :

●  ceux concernant la dénonciation ou la renégociation des accords sur le libre échange international, en demandant des clauses de réciprocité, afin que les produits importés répondent à nos normes environnementales de consommation, de recyclage et de production,
●  ceux concernant l’aménagement de notre fiscalité pour répondre au dumping social et fiscal, ainsi qu’à l’augmentation de nos besoins sociaux,
●  ceux concernant une vraie politique volontariste pour arrêter de saucissonner les PLU en zones ou les activités et les destinations ne doivent pas se mélanger,
●  ceux concernant l’optimisation des structures institutionnelles, sociales, économiques, pour recréer une économie d’abondance, … car, ce qui semble totalement échapper à NH, c’est que la préoccupation environnementale demande des ressources supplémentaires, qu’on ne pourra pas se contenter de prendre dans ce qui existe déjà…

 

Par ailleurs, des taxes supplémentaires n’ont jamais rien réglé. Je pense qu’il serait plus efficace de fixer des normes de production qui progressivement nous permettront d’accéder aux objectifs environnementaux fixés. C'est-à-dire, un fonctionnement par objectifs avec des sanctions non déductibles fiscalement et même des fermetures, si les objectifs ne sont pas atteints. Ça les industriels savent faire, pour peu qu’on ne leur demande pas l’impossible.

 

Je fais confiance à la science pour développer les énergies alternatives de demain : pile à combustible, bio gaz, énergie renouvelable, … Comme la Suède et la Suisse, nous pouvons également nous fixer des objectifs d’indépendance vis-à-vis des énergies fossiles.

 

Bien évidemment, une démocratie, à l’abri des groupes de pression, qui aura les moyens d’exercer une extrême vigilance pour que les grands lobbys énergétiques ou industriels et les fournisseurs de services publics ne viennent pas saboter les efforts communs reste encore le préalable des préalables.

 

Pour terminer, je voudrais vous soumettre l’échelle des besoins de Maslow… Je laisse à votre perspicacité, le soin de vous situer sur cette échelle, mais également de situer les catégories socio-économiques françaises et encore le reste du monde…
 

 
1- Besoins physiologiques de base :
(par ordre de priorité) Oxygénation - Équilibre hydrique et sodé - Équilibre alimentaire - Équilibre acide-base - Élimination des déchets - Température normale - Sommeil - Repos - Relaxation - Activité - Mobilisation - Énergie - Confort - Stimulation - Propreté - Sexualité.
2 - Besoins de sécurité : (par ordre de priorité) Protection du danger physique - Protection des menaces psychologiques - Délivrance de la douleur - Stabilité - Dépendance - Prédictibilité - Ordre.
3 - Besoins de propriété : Besoin de maîtrise sur les choses, sur les événements - Besoin d'impact, de pouvoir sur l'extérieur et donc besoin important de connaissances pour y arriver.
4 - Besoins d'appartenance : (par ordre de priorité) Amour et affection - Acceptation - Relations et communications chaleureuses - Approbation venant des autres - Être avec ceux qu'on aime - Être avec des compagnons.
5 - Besoins d'estime de la part des autres : (par ordre de priorité) Reconnaissance - Dignité - Appréciation venant des autres - Importance, influence - Bonne réputation - Attention - Statut - Possibilité de dominer.
6 - Besoins d'estime de soi : (par ordre de priorité) Sentiment d'être utile, valorisé - Haute évaluation de soi-même - Se sentir adéquat, autonome - Atteindre ses buts - Compétence et maîtrise - Indépendance.
7 - Besoins de se réaliser : (par ordre de priorité) Croissance personnelle et maturation - Prise de conscience de son potentiel - Augmentation de l'acquisition des connaissances - Développement de son potentiel - Amélioration des valeurs - Satisfaction sur le plan religieux et/ou philosophique - Créativité augmentée - Capacité de percevoir la réalité et de résoudre les problèmes, augmentée - Diminution de la rigidité - Mouvement vers ce qui est nouveau - Satisfaction toujours plus grande face à la beauté - Moins de ce qui est simple, plus de ce qui est complexe. 
 

Il ne faut pas rêver pour les autres d’une société qui fonctionnerait en haut de l’échelle, alors que les besoins vitaux de la plupart n’ont pas encore été satisfaits… et ce d'autant plus quand soi-même on est à l'abri du "besoin".
 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Thorn 31/08/2008 17:31

Enfin à propos des
comportements de consommation, quand vous avez un accroc à un pantalon,
à partir de quel prix d'achat initial du produit estimez-vous qu'il
reste intéressant de faire appel à votre retoucheur de quartier ?
Quelle personne ne préférera pas plutôt acquérir un nouveau vêtement ? J’ai même fait une expérience
récemment qui en dit long sur l’impossibilité de promouvoir une "économie
circulaire" dans notre contexte d’économie ouverte :
j’ai acheté 2 pantalons en solde et le prix des 4 ourlets m’a coûté le
prix d’un pantalon !!!… Le pire étant ces centres d'aide sociaux qui
regorgent de vêtements inutilisés, à la disposition des plus démunis,
au point que la politique actuelle est de les revendre au poids à des
fripiers qui, soit les retransformeront en fibre, soit les revendront
en Afrique...Je reste perplexe devant ce raisonnement...Quand j'ai un accroc à mon pantalon ou un ourlet à faire, je le fais, cela ne me coûte pas grand chose. Et si je ne sais pas faire / si je ne supporte pas d'y passer mon temps (mais quel luxe, déjà, de pouvoir négliger un apprentissage de base ou de refuser d'y passer le temps nescessaire), je peux échanger cette tache contre une autre (un babysitting, un cours d'informatique, un bon plat chaud...) avec quelqu'un qui le fera pour moi.Je n'ai pas si souvent que ça besoin d'acheter du neuf (envie si par contre... mais c'est un autre problème). A part la nourriture et les produits d'hygiène...Quand vous demandez qui serait prêt à faire réparer un pantalon pour le prix d'un neuf, c'est supposer que le prix du pantalon neuf est ridiculement bas.S'il est produit localement, il n'y a pas de raison qu'il soit plus bas qu'une reprise faite localement (en comparaison, presqu'aucune matière première, et beaucoup moins de temps de travail).S'il est produit au loin, il n'est pas cher que si le niveau de vie de l'ouvrier est bien plus bas que le mien (et ça ne me semble pas admissible) et que le coût des transports est négligeable (ce qui restera peut-être vrai... mais je ne vois pas comment tabler la dessus).

Incognitototo 31/08/2008 19:17


Bonjour Thorn,

Ha, un peu de grains à moudre... pas inintéressant. Votre raisonnement se tient et est tout à fait juste... J'ai longtemps fonctionné, comme vous... Je faisais mon ménage, ma couture, mon
repassage, ma mécanique, etc... et ça me prenait un temps dingue... Puis, j'ai évolué dans l'échelle des salaires et des responsabilités ; donc, forcément, j'ai eu aussi beaucoup moins de
temps pour tout ça... et ça devenait incohérent que je passe du temps à faire des choses que quelqu'un d'autre, pouvait faire à ma place, pour beaucoup moins cher que moi (à temps
équivalent)...
C'est une erreur du maoïsme d'avoir cru que cela serait profitable de mettre aux champs des intellectuels... c'est à peu près le raisonnement que je me tiens quand je fais faire mes ourlets par
quelqu'un d'autre ; je crois que mon temps est mieux employé dans ce que je sais faire (et pour lequel je suis très bien payé), plutôt que de vivre dans l'autonomie totale.
À part ça, je suis d'accord sur les problèmes de relocalisation de nos productions ou pour ne pas accepter de payer des clopinettes le travail d'un ouvrier chinois... le problème, c'est qu'on n'a
plus le choix ; et c'est bien pour nous redonner ce choix, que je fais d'autres propositions.


Michel MARTIN 22/07/2008 14:06

Sujet écolo: un des meilleurs reportage sur le sujet: "Mouloud passe au vert".http://mouloud.blog.canal-plus.com/archive/2008/07/19/mouloud-passe-au-vert.htmlAvec son style très personnel, Mouloud explore la galaxie bio.

totoseb 07/02/2007 17:46

Tu m'as foutu le moral à zéro. Allez, je remets un coup de chauffage.

Incognitototo 08/02/2007 16:20

T'es sûr que c'est moi qui te l'ai foutu à zéro ?... De toute façon, rien qu'à voir Sarko l'autre soir à la télé, il y a de quoi l'avoir en-dessous de zéro...

Infreequentable 25/01/2007 14:36

M... ! Etron et damnation ! Il ne les boit pas, ses grands crus ? M'enfin, du temps de Tibéri, au moins on pouvait récupérer, en bon vivant, un peu de nos impôts locaux en nature !
Jean, lui ne boit pas, n'a jamais bu, ne boiera jamais... même pas une lampée du "tord-boyaux" de ses cousins corse. Mais il savait partager... Et j'apprends qu'il en restait ?
Décidément, les bons vivants restent une éspèce en voie de disparition... Faut que j'en cause à NH !

nabu 24/01/2007 16:57

Vous parlez du maire qui vend des bouteilles de grand cru car il n'y a plus un sous dans les caisses ?                                                           Mais , si il n'y a plus une bouteille, comment vont 'ils faire la fête? 
Pour revenir a Nicolas Hulot, il a le mérite de se déclarer incompétant en politique et c'est pourquoi(avec d'autre raisons aussi), il a décidé de ne pas se présenter aux élections. Apres, si ses propositions sont impossibles à mettre en place ou inefficace ce n'est pas moins bien que nos dirigents politques qui eux, sont censés etre compétant dans ce domaine.

Infreequentable 24/01/2007 16:30

Mon pôvre Ami... Tu le sais bien pourtant : "du pain et des jeux" qu'ils réclament tous (jusqu'à notre maire commun qui pompe le fric des crèches et des écoles et des HLM et de la RIVP, durement payés par les kontribuables parigot pour faire des "fêtes", blanches, musicales, gay, parade et même une plage éphémère !).
Le cochon de bourgeois paiera !

Infreequentable 23/01/2007 08:58

Comment vote-t-on pour toi au festival de Romans ?

Incognitototo 23/01/2007 11:31

Je m'y suis pris trop tard... les votes sont clos... Il est toujours intéressant de constater que je suis au fin fond du classement...Il n'y a pas de hasard... les votants continuent à préférer les blogs avec strass et paillettes plutôt que de discuter de propositions concrètes...C'est ainsi...

Infreequentable 22/01/2007 17:57

Mon ami !
Tu es un "géant" ! Arriver à te tartiner le laïus de NH, pour nous en faire un commentaire critique et magnifique... Décidément, je t'adore ! Une corvée en moins !
1° - NH est un "nain" question "écologie globale", ressources durables et autres "néologisme" du genre "économie circulaire" : sans aller jusqu'à ton pantalon, note que les bouteilles "étoilées" (pour être de verre consigné) ont disparu des étals depuis quelques années : c'était un enfer que de les "recycler" : les laver, encore, passons, mais faire de la "distribution numérique" à l'envers (du consommateur vers l'industriel), je ne te raconte pas !
2° - Notons aussi que "Alipasha" ignore que la terre, aujourd'hui, sans travaux excessifs, pourrait nourrir non pas 6 mais 12 milliards d'invidus ! Si...
Si la moitié des 6 crèvent plus ou moins de faim, c'est faute de "bras utiles"... et de bon sens !
3° - Quant à la pyramide de Maslow, je l'utilise en cours de "rémunération globale"... C'est la réponse à cette "question idiote" : Pourquoi les "prolétaires" travaillent-ils ? N'est-ce pas affolant de devoir perdre sa vie à la gagner ?
Eh bien Maslow y répond. Ca se lit de bas en haut, mais tout autant de haut en bas : se contenter de peu permet aussi de vivre heureux, juste entre deux famines, deux mauvaises récoltes chez les affamés !
4° - Mais je crois dans le progrès scientifique, qui va permettre demain et encore plus après-demain, de disposer d'énergie abondante et non polluante.
Reste que le problème sera encore entier pour les générations futures, puisque toute énergie mécanique, électrique, ce que tu veux, finit forcément en chaleur depuis Lavoisier...
Le reste, le temps qui se détraque, c'est la faute aux Spoutniks, disait ma grand-mère qui en connaissait un rayon pour avoir vécu deux guerres mondiales !
Bonne soirée (et merci encore pour cette longue lecture)...
PS : Finalement, NH ne se présente pas, au grand soulagement des ayatohlas verdoyants... Promotion de son bouquin : terminée !

Incognitototo 22/01/2007 23:53

Merci Infreequentable, Tes compliments me vont droit au coeur...  C'est vrai que les techniciens de l'économie et ceux qui ne ferment pas les yeux devant la misère humaine, ne peuvent être que rebutés pas les assertions de NH... Et comme tu le dis si "perfidement", maintenant que les ventes de bouquins ont atteint les objectifs, il est heureux qu'il se soit calmé tout seul... Gageons qu'il saura intervenir aux moments opportuns pour que les ventes reprennent... Ho, mais quel mauvais esprit, je fais là... Excusez les autres, mais, il faut bien se lâcher de temps en temps. Tes remarques, sur ce que pourrait nourrir la terre (qui est déjà autosuffisante depuis 4 ans et on se demande bien pourquoi la nourriture n'arrive pas dans certains endroits...)  et tout ce qui produit de la chaleur, sont exactes. Il y a vraiment du boulot pour donner un peu de sens à tout ça... A bientôt, ami.

moebius 20/01/2007 19:29

Encore une fois, je partage en grande partie tous les arguments que tu mobilises...Encore une fois, on se complète: j'avais écris un articlehttp://sosses.over-blog.com/article-3890225.htmlOn retrouve la pyramide, les grandes questions et j'ai trouvé un collègue qui est écologiste, et qui fait une critique des thèses de la décroissance (c'est un lien où il faut un peu fouiller, sinon, tu lis son livre)http://cyril-dimeo.over-blog.com/

Incognitototo 20/01/2007 22:28

Oui, effectivement excellent... C'est assez drôle d'ailleurs, j'avais dans l'idée de compléter cet article par les points que je découvre dans le tien : Nous sommes plus riches donc plus heureux ?Ou autrement dit, est-ce la possession des biens matériels qui rend les gens plus heureux... Mais comme tu y réponds très bien, je ne vais pas me fatiguer à le faire... Ta conclusion, tirée de la sagesse bouddhiste, est d'ailleurs tellement vraie que nous savons bien, au fond, que cette "course poursuite" finira bien, immanquablement, par nous reconduire à des fondamentaux psychologiques qu'aucun bien de consommation ne pourra jamais remplacer. Tout le problème est comment amener cette mutation et cette prise de conscience...  C'est à partir de là que les problèmes écologiques pourront réellement se résoudre et certainement pas en imposant la décroissance à ceux qui estiment qu'ils n'en ont pas "encore assez" ou pire à ceux qui n'ont déjà pas grand chose...Donc, comme tu as déjà fait une partie du boulot, je vais plutôt réfléchir aux moyens d'y arriver... Ca sera plus efficace. Il faudra bien, un jour, que la politique intègre dans la façon de concevoir son action, la dimension psychologique des problèmes... qui ne peut pas se résoudre avec toujours plus de la même chose à un niveau matériel...

jasmin 19/01/2007 18:31

....blasée et cynique....

Un même mot ne veut pas dire la même chose pour un homme et pour une femme.
Tu vois je n'aurais jamais utilisé les deux ci-dessus en ce qui me concerne.
On doit sans doute mal se connaître soi-même, non ?

Incognitototo 21/01/2007 14:00

C'était une petite pique amicale... Moi-même, je suis le premier à me désespérer de la capacité des humains à faire un jour des choix qui seraient en dehors des phénomènes de croyance... Mais bon, si on désespère de l'humain, alors il n'y a plus qu'à se faire moine... Et ce n'est pas la voie que ni toi, ni moi, avons choisie... Non ? Alors tout va bien.

jasmin 19/01/2007 10:44

Pour les médias, je savais.
Pour les humains, j'espère encore...

Incognitototo 19/01/2007 12:47

Tu ne serais donc pas si blasée et cynique que tu le montre parfois ???

jasmin 18/01/2007 17:53

Coucou Incognitototo !

Je viens de te parcourir, avec le même intérêt à chaque fois.

....l'économie circulaire....Euh, je ne voyais pas Hulot sous cet angle. Ca me glace en fait. Sauf erreur de ma part, je ne trouve pas dans le texte les références de son ouvrage. Peux-tu les mettre sur mon mail ou ici.

Une chose commençait à me gêner un peu, c'était l'ampleur médiatique qu'il prenait. J'ai trop souvent été déçue des gens que je découvrais différents tout d'un coup...

Incognitototo 18/01/2007 21:45

"Pour un pacte écologique" - Ed. Calmann-Lévy... Pour le reste tu sais tout maintenant... ces médias sont vraiment des miroirs aux alouettes...

alipasha 12/01/2007 21:57

Ca marche!!!

Incognitototo 15/01/2007 01:13

Bonjour Alipasha,
Je vous adresse itou mes meilleurs vœux pour 2007.
Je ne pense pas minorer les problèmes, ni vouloir les ignorer, je constate simplement que ce que propose NH pour les corriger est inapplicable sans produire des effets qui seraient pires que le mal… et surtout, il passe totalement à la trappe nos défis actuels, sans rien proposer pour sortir de la crise sociale et démocratique que nous subissons, en ignorant également totalement tous les grands problèmes mondiaux. C’est comme quand on se permet de dire à quelqu’un qui meurt de faim, ne brûlez pas la forêt amazonienne pour pouvoir planter de quoi vivre, sans rien lui proposer comme alternative… d’où nous autorisons-nous à parler ? Cette logique « moraliste » de ceux qui ne manquent de rien face à l’immense majorité de ceux qui manquent de tout a effectivement le don (et ça ne vous a pas échappé) de m’énerver quelque peu… Je le supporterais de quelqu’un comme l’abbé Pierre, mais c’est beaucoup plus problématique de quelqu’un comme NH ou, même, de tous ceux qui composent son « comité » de soutien…
À part ça, il a le mérite de mettre sa notoriété au service de réels problèmes et c’est déjà pas mal. Mais, j’aurais vraiment souhaité que sa démarche soit un peu plus politique… on ne peut pas se contenter d’affirmer que les problèmes écologiques sont au-dessus des partis… Au contraire, il n’y a rien de plus politique que ce qu’il dénonce… Toutes les conséquences que nous subissons aujourd’hui et que nos enfants vont payer au centuple, ne sont-elles pas directement issues de notre système d’accaparement et de production des richesses, qu’il soit dérégulé, comme dans les économies libérales, ou qu’il soit « régulé » comme dans les économies dites planifiées… Le saccage de nos ressources est bien une des conséquences du système de société que nous avons choisi (qu’il soit de droite ou soi-disant de gauche) et c’est bien de politique, dont nous parlons ; de cette même politique qui essaye d’imposer au reste du monde (envers et contre tout, et même à coup de bombes), son modèle de développement économique et démocratique. Cet « angélisme » qui consiste à dire que nous allons dans le mur et que cela transcende les partis est quelque peu hypocrite… car, dans cette logique qu’il dénonce, le seul remède possible est que nous retournions à des sociétés du type de celles des anciens Indiens d’Amérique, des bushmans, des Indiens d’Amazonie, des aborigènes, … bref, de toutes ces sociétés qui ont choisi d’autolimiter leur développement démographique pour ne prélever à la terre que le minimum nécessaire à leur survie… Seulement, voilà, c’est trop tard, nous sommes déjà 6,5 milliards, dont 3 vivent dans un état de misère à côté duquel, celui de nos SDF ou Rmistes pourrait presque paraître un paradis…  alors, on ne peut pas, d’où il parle, dire « stop on arrête tout »… C’est indécent, c'est presque de la grossièreté… ou alors, c’est qu’on peut admettre sans sourciller que les génocides pour la survie continuent, encore et encore, à ensanglanter la terre entière…
Non, non, croyez bien que je ne minimise pas les problèmes, au contraire, mais, je pense mes propositions quelque peu plus efficaces et réalistes, pour nous donner les marges de manœuvre, dont nous avons besoin, pour modifier en profondeur les problèmes.  Pour les propositions que vous rappelez (comme celles sur la recherche), oui, ... qui peut être contre ? Mais cela reste presque anecdotique...
Au fond, il n’y a rien de plus politique que de continuer à penser que l’on pourrait réguler le capitalisme pour que tous ses effets mortifères se transforment en bien-être pour tous... Quand je parle d’angélisme, c‘est cette vision que je pointe… Le mode même d’accumulation et de développement du capitalisme (quelle que soit sa forme) porte en lui les conséquences écologiques que nous subissons. Ce n’est pas avec des déclarations d’intentions sur, comment il faudra à l’avenir produire (ni encore moins avec de nouvelles taxes) que nous pourrons changer en profondeur les paradigmes qui le sous-tendent. À ce propos, la démarche de quelqu’un comme Corinne Lepage (même, si je ne partage pas beaucoup de ses points de vue) me paraît quelque peu plus ancrée dans la réalité que celle de NH…
Enfin, ne vous y trompez pas, mes 400 propositions ne sont qu’une étape pour nous redonner des marges de manœuvre pour attaquer les vrais problèmes à la racine… ceux d’êtres humains qui « croient » trouver dans la consommation, la propriété privée et l’accumulation de richesses des réponses et un sens à leur vie… Cette « religion » de la consommation, de la propriété privée et de l’accumulation de richesses sont bien les fondements de tous nos maux… croire que l’on pourrait l’éradiquer en laissant des ventres vides est une vue de l’esprit de ceux qui ont le ventre plein… Alors effectivement, je fais avec ces réalités là dans mes propositions, pour que tout le monde ait le ventre plein, mais je n’oublie pas le sens du chemin… et avec les ressources nouvelles que j’espère créer, mes objectifs sont bien de mettre un terme à cette « religion », étape par étape, pas à pas en empêchant, entre autres, que l’environnement international et les grands groupes industriels ne viennent saboter nos efforts. C’est le sens que je suggérais aux lecteurs de cet article en leur proposant de réfléchir à partir de la pyramide des besoins de Maslow… Quand on rate une étape, tout peut être remis en cause à tout moment, et les préalables que je suggère n’ont pas d’autres buts que de nous permettre de faire la politique environnementale que nous souhaitons, sans se faire annihiler par toutes les forces qui, fatalement, s’y opposeront… NH semble à mille lieues de comprendre les forces réactionnaires contre lesquelles il doit lutter ; et la meilleure preuve reste, quand même, qu’il a réussi le tour de force d’inscrire son action avec le soutien de groupes qui sont les plus grands pollueurs et destructeurs de la planète et des cerveaux… Le capitalisme a la furieuse capacité de tout digérer et quand il ne peut pas le faire, il préfère « sponsoriser » ses ennemis, pour les garder sous la main et en état de dépendance… Dommage que NH ne se rende pas compte du piège dans lequel, il s’est enfermé lui-même. Tant qu'il amuse la galerie en donnant bonne conscience à tout le monde, tout ira bien pour lui ; mais croyez bien que le jour où il ira jusqu'au bout de sa logique, ses sponsors le détruiront aussi sûrement que Ben Laden est devenu l'ennemi public numéro un, après avoir été financé 15 ans par les USA... Cette absence totale de vision politique, des enjeux et des forces à l'oeuvre me font dire que NH (même s'il est là et a le mérite d'exister médiatiquement) ne me paraît vraiment pas la personne la mieux indiquée pour mener les combats écologiques à leurs termes.
Désolé, si je vous fais de la peine ou douter de vos engagements... seuls ceux qui ne font rien ne se trompent jamais. Au plaisir de vous lire, bien amicalement.

alipasha 12/01/2007 21:56

Bonjour Incognitototo et bonne Année,Comme mon premier commentaire avait buggué j\\\'ai fait un essai avant de renouveler cette prose.Je suis heureusement surprise que vous vous soyez pencher sur le Pacte Ecologique et vous en remercie. Je me suis aussi posée certaines des questions que vous soulevez. Je comprends que l\\\'engouement pour une "star" du système médiatique vous laisse perplexe et vous laissez transparaître dans votre analyse qu\\\'il s\\\'agit là d\\\'un effet de mode portés par des repus de la croissance. Toutefois, vous minorez un aspect essentiel du problème. Alors que nos hommes politiques le font à dessein. Ils ont pour excuses les pressions économiques, le rythme des élections, des habitudes gauche - droite qui les amènent à discourir plus aisément sur des sujets "sociaux" porteurs de voies. Mais ils savent. Ils savent que si nous ne faisons rien nous allons droit dans le mur. Ils savent que jamais les pays dits émergents ne pourront développer le même niveau de vie qui est le notre. Qu\\\'au regard d\\\'une démographie galopante dont on ne situe une stabilisation que d\\\'ici une quarantaine d\\\'années, jamais les ressources de notre planète ne suffiront. Quoique les informations demeurent variables le Pik oil et le Pik gas, pour ne citer que des ressources énergétiques, seront bien des réalités d\\\'ici 15 à 35 ans. En prévision, certains pays s\\\'équipent de centrales nucléaires mais l\\\'uranium ne vient pas de..Mars. Nous vivons sur une terre dans un espace fini. Pourquoi faire des plans sur la comète en espérant que les progrès de la Recherche fondamentale et ses applications nous sortirons de ce mauvais pas?Pourquoi devrions nous croire que l\\\'Homme, l\\\'élu de la création, peut se tirer de ce tirer d\\\'affaire quoiqu\\\'il en soit?Ne serait-il pas temps de prendre la mesure de ses responsabilités et d\\\'aborder pragmatiquement les problèmes qui se posent? Le Pouvoir politique sait que ce nouveau défi qui est posé ne pourra être relevé sans une prise de conscience du plus grand nombre, sans une "reprise en main" de chacun, à son niveau, sur son "territoire":-)Nous reconnaissons l\\\'un et l\\\'autre la contre productivité d\\\'un amoncellement de taxes et de règlements. Quelque chose qui est subi est rejeté, relégué. Plaintes et jérémiades, inertie et syndromes des "éviers bouchés", repli sur soi. Des tonnes d\\\'énergie pour accoucher d\\\'une souris. Sans doute avez-vous vécu  ce phénomène  dans le microcosme de l\\\' entreprise ?Nos décideurs politiques savent  aussi combien la défiance est grande à leur encontre et combien le sentiment d\\\'impuissance traverse aussi bien leur propre rang que celui des populations.   A contrario, quelle force quand le mouvement est accompagné.Car la force de ce Pacte c\\\'est bien d\\\'inviter chacun d\\\'entre nous à retrouver à cette occasion un niveau d\\\'être et d\\\'action.Pour information, je vous invite à lire:  Rapport du Groupe de travail"Division par quatre des émissions de gaz à effet de serre de la France à l\\\'horizon 2050"www.industrie.gouv.fr/energie/facteur4.htmPar ailleurs, vous exposez une antinomie entre développement durable et 1)progrès technologiques (signe de vitalité et de créativité)2) comportements sociauxCe à quoi je vous réponds1) Les véritable progrès technologiques se font par spasmes sur des intervalles relativement long, compte-tenu de la durée de vie d\\\'un objet. Si je m\\\'en réfère à mon métier par exemple, il aura fallu 25 ans pour passer du pinceau à la découpe assistée par informatique et ensuite à l\\\'impression numérique quadrichromie. La prochaine vrai échéance technologique devrait se situer aux alentours de 2015. Entre temps, de petites amèliorations.Cela fait 110 ans que nos véhicules sont équipés de moteur thermique.!! En outre, si je lis  le pacte écologique il est mis en exergue que la Recherche est TRES importante: bâtiment, énergies renouvelables...transport...2)Les comportements sociaux:Allez, juste pour le fun: En quoi le renouvellement de notre garde robe chaque saison peut il procéder d\\\'un besoin d\\\'estime de soi ou de reconnaissance tel que définit dans la pyramide de Maslow?  Alors pourquoi Nicolas Hulot et pas un autre? Il est là. Il est là et non dans les interstices de la droite ou la gauche. Ce n\\\'est pas le Christ sauveur, la faveur qu\\\'il soulève est aussi le fruit d\\\'un concours de circonstances. Il dit, il fait, avec toute son imperfection.

alipasha 12/01/2007 20:52

essai 2 de réponses

Incognitototo 12/01/2007 21:23

Allez-y Alipasha, ...Oui des fois le serveur sature et quand on valide le "temps permis" est dépassé... et on perd tout. Je vous conseille de taper votre texte dans le bloc-note (surtout pas Word) et de faire un copier/coller après avoir ouvert la fenêtre "ajouter un commentaire"...A bientôt.